Un accueil «style Alfie» attend Phaneuf

Dion Phaneuf effectuera un retour dans la Ville... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Dion Phaneuf effectuera un retour dans la Ville Reine pour la première fois depuis la transaction qui l'a amené à Ottawa le 9 février.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Bataille de l'Ontario n'est plus ce qu'elle était, et le fait que Dion Phaneuf ait changé de camp  ne devrait pas raviver la rivalité même si le nouveau défenseur des Sénateurs d'Ottawa peut s'attendre à entendre des huées lors de son retour au Air Canada Centre de Toronto samedi soir.

«Notre meilleure rivalité est avec le Canadien de Montréal maintenant. Avec les Maple Leafs, le personnel a changé énormément depuis les années où c'était la guerre», a souligné le vétéran Chris Neil, qui a vécu les belles années des affrontements à haute intensité contre les Leafs.

Ça fait déjà 12 ans que les deux clubs se sont affrontés pour la dernière fois en séries éliminatoires, Toronto éliminant alors Ottawa pour la quatrième fois en cinq ans.

Phaneuf n'a évidemment pas vécu cette rivalité de près, étant arrivé dans la Ville Reine en janvier 2010. Il était quand même un «vilain» dans la capitale avant l'échange qui l'y a amené le 9 février dernier, dans une transaction impliquant un total de neuf joueurs et un choix de repêchage.

À la veille de son premier match contre son ancien club, qui l'avait refilé aux Sénateurs trois jours après un revers de 6-1 au Centre Canadian Tire, le défenseur de 30 ans ne savait pas trop à quoi s'attendre comme accueil.

«C'est certain qu'il y a des émotions différentes ressenties quand tu retournes affronter un ancien club pour la première fois, mais pour être honnête, je me concentre sur ce qui se passe ici et ce qu'on doit faire pour que notre jeu soit au niveau où il doit être. En fin de compte, je fais partie de cette organisation et comme je l'ai dit après l'échange, je suis fier d'être un Sénateur d'Ottawa et de faire partie de ce groupe. Ça ne discrédite pas où j'étais avant, mais mon 'focus' est ici maintenant», a-t-il dit d'entrée de jeu vendredi.

Les Leafs ont déjà fait savoir qu'ils ont l'intention de présenter un vidéo lui rendant hommage sur leur écran géant pendant ce match qui sera retransmis à la télévision nationale, une présentation qui risque de lui attirer autant de huées que d'applaudissements.

«Je ne suis pas certain, c'est ma réponse honnête à cette question. On verra demain comment je serai reçu... J'ai été bien traité là, l'organisation et les amateurs m'ont bien traité, je n'ai que de bonnes choses à dire sur l'organisation des Maple Leafs. Mais je suis un Sénateur d'Ottawa maintenant et on va de l'avant», a-t-il souligné.

Phaneuf se souvenait de son match de retour à Calgary, son premier club dans la LNH, «principalement parce que j'avais assisté aux funérailles de ma grand-mère la veille sur l'Île-du-Prince-Édouard, ça avait été un match chargé d'émotion».

Il entend encore des huées quand il passe à Calgary, comme samedi dernier.

«Ça va être 100 fois pire à Toronto que ça l'a été à Calgary, pense son coéquipier Craig Anderson. Il risque d'avoir le même genre d'accueil qu'Alfie (Daniel Alfredsson) recevait là-bas. Peut-être que ça va diminuer éventuellement, mais ça ne l'a jamais fait pour Alfie

«C'est difficile de prédire comment des amateurs vont réagir, surtout à Toronto, a renchéri l'attaquant Zack Smith. Moi, j'aimais toujours affronter Dion quand il était avec eux, il cherchait la grosse mise en échec vu qu'on avait eu quelques échanges verbaux par le passé.»

Phaneuf a assuré qu'il ne fera pas de quartier avec les amis qu'il lui reste dans l'alignement rajeuni de ces Leafs en reconstruction: «J'ai joué avec plusieurs gars qui sont encore là et je les respecte beaucoup, on a bâti des amitiés qui vont durer longtemps. Mais sur la glace, il n'y a pas d'amitié, ils vont jouer avec ardeur contre moi comme je vais le faire avec eux. Quand la rondelle est en jeu, nous sommes des adversaires et on veut gagner», a assuré celui qui a un but et six passes en 11 parties depuis son arrivée à Ottawa.

«Je ne sais pas comment les partisans de Toronto vont l'accueillir, mais l'important dans notre métier, c'est d'avoir le respect de nos pairs. Ses anciens coéquipiers ont mentionné qu'il est un bon gars et je sais qu'il est un bon gars, c'est ça l'important», a noté l'entraîneur-chef Dave Cameron pour sa part.

Mark Borowiecki.... (Étienne Ranger, Archives LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Mark Borowiecki.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Borowiecki blessé, rappel à venir

Blessé au genou gauche lors de sa première présence du match de jeudi, le défenseur Mark Borowiecki a été vu au Centre Canadian Tire portant une attelle pour immobiliser toute sa jambe, indice que le reste de sa saison pourrait être compromis. Dave Cameron a réitéré vendredi que son statut sera évalué de «semaine en semaine», laissant entendre également qu'un défenseur sera rappelé du club-école de Binghamton en vue du match de samedi à Toronto. Les petits Senators disputaient cependant un match à domicile en soirée vendredi contre Hershey. Plus tôt cette saison, Fredrick Claeson et Michael Kostka ont tous deux eu droit à des rappels d'urgence, Claeson disputant huit parties alors que Kostka n'a pas joué. L'un d'eux devrait s'amener comme septième défenseur alors qu'en théorie, Patrick Wiercioch devrait pouvoir réintégrer l'alignement après avoir été laissé de côté lors des cinq dernières rencontres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer