Les Sénateurs mettent Scott Gomez sous contrat

L'ancien des Devils et du Canadien a commencé... (Jeff Roberson, Archives AP)

Agrandir

L'ancien des Devils et du Canadien a commencé la présente saison avec les Blues de St. Louis avant d'être libéré.

Jeff Roberson, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La perte de Kyle Turris pour une période indéterminée a poussé les Sénateurs d'Ottawa à poser un geste assez surprenant: offrir un contrat au bon vieux Scott Gomez.

Ils ont tendu une perche à l'ancien des Devils et du Canadien, entre autres, alors qu'il jouait dans la Ligue américaine pour les Bears de Hershey, club-école des Capitals de Washington qui lui avait consenti un contrat d'essai professionnel. Il a été libéré de celui-ci pour accepter l'offre des Sénateurs, un pacte à sens unique pour le reste de la présente campagne à un salaire annuel de 575 000 $ - environ 120 000 $ au pro rata des 18 parties restant au calendrier.

«Nous pensons que l'addition de Scott va apporter l'expérience d'un vétéran et nous offrir de la profondeur à la position de centre pour le reste de la saison», a déclaré le d.g. Bryan Murray par le biais d'un porte-parole.

«Nous voulions ajouter un autre centre, que ce soit par le biais d'un échange ou une mise sous contrat, ce que l'addition de Scott nous permet de faire. Nous savons qu'il ne sera pas disponible si nous parvenons à nous qualifier pour les séries, mais nous avons confiance que Scott nous donnera du bon temps de glace jusqu'au retour de Kyle Turris dans l'alignement», a-t-il ajouté.

Gomez, 36 ans, a commencé la présente saison avec les Blues de St. Louis, amassant un but et sept passes en 21 parties avant d'être libéré.

À Hershey, il avait 4 buts et 24 points à sa fiche en 18 rencontres.

Ottawa sera la septième équipe dans la LNH du vétéran qui a aussi joué pour les Rangers de New York, les Sharks de San Jose et les Panthers de la Floride, en plus de faire deux séjours différents avec le New Jersey, pour qui il s'alignait la saison dernière.

En carrière, il totalise 181 buts et 755 points en 1066 parties dans le circuit Bettman.

Il devrait se rapporter au Centre Canadian Tire jeudi matin et pourrait affronter Tampa Bay en soirée. Gomez commentera alors cette autre chance qui s'offre à lui de prolonger sa carrière.

Un meilleur Gomez

L'an dernier, le hockeyeur natif de l'Alaska avait signé un texte sur le site The Player's Tribune où il expliquait pourquoi il continuait à jouer, malgré quelques saisons de misère.

«Je ne pense pas que j'avais perdu mon habileté pour jouer au hockey. S'il y a quelque chose, ces expériences à Montréal, à San Jose et en Floride m'ont fait apprécier le hockey encore plus. Si vous n'avez jamais eu d'échecs, il est difficile d'apprécier quand vous avez du succès. J'avais besoin de ces expériences pour devenir une meilleure personne. Je savais que je pouvais encore jouer, j'avais juste besoin d'une chance», a-t-il dit.

«Mon histoire n'est pas terminée. Je pense que j'ai le contrôle de ma carrière et qu'il reste encore de la gomme sur mes pneus. Je me sens frais après avoir joué moins lors des dernières années. Je suis un joueur plus intelligent, aussi», a-t-il ajouté.

Karlsson se réjouit déjà

Erik Karlsson participera à la Coupe du monde... (Patrick Woodbury, archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Erik Karlsson participera à la Coupe du monde de hockey, en septembre prochain.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Il fallait s'y attendre, Erik Karlsson a été le seul joueur des Sénateurs dont le nom a été inscrit sur les listes préliminaires des huit équipes en vue de la prochaine Coupe du monde de hockey, qui ont été dévoilées mercredi.

Le capitaine des Sénateurs et deux fois récipiendaire du trophée Norris fait partie du groupe de 16 joueurs retenus par Équipe Suède, qui devrait avoir une forte brigade défensive alors qu'elle alignera aussi les Henrik Lundqvist, Oliver Ekman-Larsson, Victor Hedman, Niklas Hjalmarsson, Niklas Kronwall et Anton Stralman.

«Ça va être bien, c'est quelque chose de différent. Je pense que j'avais 12 ans la dernière fois qu'il y en a eu une (en 2004), je me souviens de l'avoir regardée à la télévision. Comme je n'y ai pas encore participé, je ne sais pas si ça va être comparable aux Jeux olympiques, qui sont un fait saillant de ma jeune carrière jusqu'à maintenant. J'imagine que ça va s'en rapprocher, et c'est certain que ça va obtenir beaucoup d'attention à Toronto. J'espère qu'on va s'amuser, on va avoir une bonne équipe», a dit Karlsson après l'entraînement optionnel des siens mercredi, auquel il n'a pas participé.

En participant à ce tournoi international en septembre prochain à Toronto, Karlsson s'attend à devoir changer sa routine estivale d'entraînement et dans l'éventualité d'une élimination hâtive des Sénateurs, il a laissé entendre qu'il pourrait aussi se désister d'une participation aux Championnats mondiaux du mois de mai. «Ça va être différent, il va falloir être en forme de match beaucoup plus tôt que d'habitude. L'horaire estival va être ajusté un peu pour ça, il faut se préparer de la bonne façon. Ça va être la même chose pour tout le monde, mais on va tous être frais et dispo, personne ne va traîner de blessures. Ça fait longtemps que je n'ai pas joué au hockey si tôt, je vais devoir faire les bons ajustements», a-t-il indiqué.

Son patron Dave Cameron n'est pas trop inquiet que son meilleur joueur rate la majeure partie du camp d'entraînement. «C'est un événement pour les meilleurs joueurs au monde, et il est l'un d'entre eux. Il va représenter son pays, ce qui est toujours spécial. Le niveau de jeu et la vitesse vont être tellement plus élevés que lors de notre camp d'entraînement qu'on ne peut que sortir gagnant de sa participation à ce tournoi. En se croisant les doigts qu'il ne se blesse pas, mais tu ne peux t'empêcher de vivre en ayant peur des blessures», a-t-il souligné.

Et les autres?

Reste à voir si d'autres Sénateurs auront la même chance de jouer du hockey de haut calibre. Bobby Ryan n'a pas été retenu sur la liste initiale de 16 joueurs des États-Unis, et il en va de même pour le défenseur Cody Ceci, que certains observateurs voyaient sur l'équipe nord-américaine des moins de 23 ans. Mark Stone pourrait quant à lui être un candidat pour un des derniers postes avec Équipe Canada.

Karlsson pense que son coéquipier Mika Zibanejad pourrait pour sa part être ajouté à la formation suédoise lorsqu'elle sera complétée, plus tard pendant la saison morte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer