Pageau répond à l'appel de ses patrons

Jean-Gabriel Pageau a obtenu deux mentions d'assistance contre... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Jean-Gabriel Pageau a obtenu deux mentions d'assistance contre les Canucks.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CALGARY) Kyle Turris et Mika Zibanejad brillaient par leur absence vendredi lorsque les Sénateurs d'Ottawa se sont entraînés au Scotia Bank Saddledome.

Alors qu'ils profitaient d'une journée «d'entretien général» et qu'ils devraient affronter les Flames samedi soir, selon l'entraîneur des gardiens Rick Wamsley, les cyniques diront qu'ils ne se présentent pas trop souvent lors des matches de leur équipe non plus.

Turris a l'excuse de jouer en dépit d'une blessure à une cheville suspectée, ce qui explique en grande partie sa profonde léthargie, qui s'élève maintenant à 14 matches sans point et 25 sans but. Zibanejad n'est pas aussi «froid», mais ça ne va guerre mieux avec seulement une passe à ces cinq dernières sorties, lui qui a frappé un poteau en fin de rencontre dans le revers de 5-3 contre les Canucks jeudi soir alors que l'écart n'était que d'un but.

Avec ses deux premiers centres qui en arrachent, l'entraîneur-chef Dave Cameron, qui a pris congé des journalistes vendredi, n'a d'autre choix que de faire encore plus confiance à Jean-Gabriel Pageau. Le Gatinois a répondu à son appel avec deux mentions d'assistance contre les Canucks, portant sa séquence de matches avec au moins une passe à quatre parties, où il en a récolté cinq en tout. 

L'ancien des Olympiques a été le deuxième attaquant le plus utilisé des siens tout juste après Mark Stone, avec 22:05 minutes de temps de glace. C'est loin devant Zibanejad (18:09) et Turris (14:19). 

«C'est le plus que j'ai jamais joué (en carrière), mais à vrai dire, je me sentais bien. Quand tu joues beaucoup, que tu es dans le feu de l'action, tu es plus dans la game», a confié Pageau, qui s'est retrouvé la plupart du temps sur la glace en même temps que le trio des jumeaux Sedin, blanchis même s'ils ont étourdi la défensive ottavienne à quelques occasions.

«Ça va assez bien de ce temps-ci, je récolte des passes un peu chanceuses, mais quand tu travailles fort, des fois, de bonnes choses arrivent. C'est le fun de récolter des points pour aider l'équipe à gagner, c'est de valeur pour le dernier match qu'on a perdu après nos quatre victoires de suite», a aussi mentionné Pageau, qui a maintenant 13 buts et 15 passes à sa fiche, en plus d'avoir le deuxième meilleur différentiel de son club (plus-6, derrière Marc Méthot à plus-10).

En plus de ses mentions d'assistance, celui-ci a servi d'appât sur une descente à deux contre un où Mark Stone a compté en désavantage numérique. Séparés depuis le retour de Turris alors qu'ils avaient formé un dangereux trio avec Zack Smith pendant son absence de trois semaines, les deux joueurs s'entendent encore comme larrons en foire quand ils se retrouvent à court d'un homme.

«[Pageau] est un joueur qui peut remplir tous les rôles. Il peut compter des buts, il est capable de remplir un besoin à ce niveau, et il est un de nos meilleurs gars pour écouler les punitions. Il est un agitateur en plus, ce n'est pas facile de jouer contre lui», notait Stone vendredi.

Le personnel d'entraîneur l'a remarqué également. «Il est une force pas si tranquille que ça, vous savez ce que vous allez obtenir de lui chaque soir, et quand tu lui en demandes plus, ce n'est plus surprenant de voir qu'il est capable de le faire aussi. Il a une très bonne saison pour nous», a noté Wamsley.

Concernant les problèmes de Turris, ce dernier a mentionné que la situation n'est pas facile à gérer.

«Pour lui comme pour l'entraîneur, c'est difficile de passer à travers ce qu'il vit présentement, mais il est un vétéran qui veut jouer et il va continuer à le faire. On va espérer qu'il va se mettre à produire, que sa ligne contribue avec ce qu'il a à offrir malgré ses limites» , a ajouté Rick Wamsley.

Wiercioch de mauvais poil

Patrick Wiercioch... (Archives Getty Images/AFP) - image 3.0

Agrandir

Patrick Wiercioch

Archives Getty Images/AFP

Laissé de côté alors qu'il était de passage dans son patelin de Vancouver la veille, le défenseur Patrick Wiercioch n'était visiblement pas de bonne humeur vendredi après l'entraînement des Sénateurs à Calgary.

Ironiquement, il n'a pas encore joué au Rogers Arena en trois saisons dans la LNH, son seul match à Vancouver ayant été la Classique hivernale disputée à BC Place en mars 2014.

Approché par LeDroit pour une entrevue à l'approche de la date limite des transactions, lui qui pourrait peut-être souhaiter un changement d'air d'ici lundi, il a sèchement décliné. «Non», a-t-il répondu avant de filer à l'anglaise.

Wiercioch a regardé les deux derniers matches de la galerie de presse et les Sénateurs seraient certes prêts à refiler son contrat de 2 millions $ à un autre club, s'ils peuvent obtenir un choix de repêchage en retour.

Le dg Bryan Murray a déjà révélé qu'il était passé près d'échanger cet ancien choix de deuxième ronde à la date limite de l'an dernier. Wiercioch n'a que cinq passes à sa fiche en 50 parties cette saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer