Un nouveau contrat pour Wideman

Chris Wideman a plusieurs raisons de célébrer aujourd'hui.... (Ellen Ozier, Archives AP)

Agrandir

Chris Wideman a plusieurs raisons de célébrer aujourd'hui.

Ellen Ozier, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(VANCOUVER) Dans la ville la plus dispendieuse au Canada, Chris Wideman a signé une prolongation de contrat mercredi matin en déjeunant au pied des Rocheuses.

Son pacte à sens unique lui rapportera 800 000$ par an lors des deux prochaines saisons, pas assez pour penser s'acheter un condominium à Vancouver, certes, mais la recrue avait des plans bien plus modestes.

«Je pense que je vais payer pour le lunch avec les gars», a blagué le défenseur recrue des Sénateurs.

Défenseur par excellence dans la Ligue américaine la saison dernière, Wideman était un joueur autonome sans compensation l'été dernier, mais il avait décidé de rester avec l'organisation qui l'a repêché en quatrième ronde en 2009 quand elle lui a offert un pacte d'un an à deux volets pour 600 000$ l'été dernier. Une décision qu'il ne regrette évidemment pas.

«Je ne sais pas s'il y avait un plan de développement pour moi, c'est surtout de prendre les choses au jour le jour. Signer une prolongation de contrat de deux ans fait que la journée d'aujourd'hui est excitante», a indiqué Wideman. Le défenseur avait obtenu une passe en revenant dans l'alignement la veille à Edmonton, ce qui porte sa récolte à cinq buts et quatre passes en 44 parties. Ses cinq filets sont le troisième plus haut total pour un défenseur recrue dans le circuit Bettman.

«Il apporte de l'offensive, il est mobile et il a une bonne tête de hockey... Je pense qu'il (Wideman) pourrait nous en donner un peu plus, si on lui donne la chance de jouer un peu en avantage numérique. Il a une bonne attitude, une bonne éthique de travail et une bonne dose de talent», a commenté le dg Bryan Murray à son sujet.

Alternant avec Patrick Wiercioch sur la troisième paire aux côtés de Mark Borowiecki depuis l'arrivée de Dion Phaneuf, Wideman aimerait maintenant s'imposer suffisamment pour mériter un poste régulier. «C'est le but, montrer que je suis un gars sur qui on peut se fier dans toutes les situations et être toujours dans l'alignement pour développer mon jeu», a indiqué l'arrière originaire de St. Louis.

Zack Smith s'impose encore

Zack Smith... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Zack Smith

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Quand les Sénateurs ont commencé leur irrésistible poussée il y a un an, c'est Mark Stone qui dirigeait leur attaque la plupart du temps.

Dans le gain de 4-1 contre les Oilers mardi, Stone a bien obtenu un but dans un filet désert et une passe, mais c'est la contribution des joueurs de troisième et quatrième trios qui leur a permis de remporter cette quatrième victoire d'affilée.

Zack Smith y est allé de son sixième but en neuf parties, son 15e de la saison pour établir une marque personnelle, en plus de préparer celui d'Alex Chiasson de belle façon, un deuxième but en trois matches pour ce dernier. Et Nick Paul, nouveau membre de la quatrième ligne, y est allé de son premier but en carrière.

«Nous avons obtenu des buts de nos joueurs secondaires (contre les Oilers) et c'est important à ce temps-ci de l'année, il faut trouver des moyens de gagner... On va espérer que ça va continuer», a souligné l'entraîneur-chef Dave Cameron après la rencontre.

Smith et Chiasson complètent un troisième trio solide avec le Gatinois Jean-Gabriel Pageau, à qui Smith donne beaucoup de crédit pour ses récents succès.

«J'ai confiance de compter quand une chance de tirer se présente... J'ai beaucoup de bonnes choses à dire sur les gars avec qui je joue. J'ai une bonne chimie avec Pageau depuis que nous avons été jumelés à Pittsburgh. On pense de la même façon, nos styles de jeu sont similaires, donc c'est facile de jouer avec lui», a-t-il souligné.

Ironiquement, c'est quand Smith s'est disloqué un poignet en décembre 2014 que Pageau a été rappelé pour de bon par les Sénateurs. Il avait raté une quarantaine de parties, revenant au jeu à la fin mars.

«J'avais beaucoup de doutes en revenant, je me demandais si je pourrais jouer à la vitesse nécessaire dans cette ligue après avoir été absent si longtemps. Mais ça m'a permis de travailler d'autres éléments de mon jeu, je patine mieux et je lance mieux que jamais aussi. Il n'y a pas eu que du mauvais à cette blessure», souligne Smith.

Le dg Bryan Murray a parlé mercredi du développement de Smith en tant qu'ailier gauche capable de jouer sur un des trois premiers trios, plutôt que d'un simple centre de quatrième ligne comme il était en début de saison. «Il s'est vraiment développé. Si on a un Clarke MacArthur qui revient sur la deuxième ligne et qu'on a Zack sur la troisième, ça voudrait dire qu'on a un très bon club... Il n'est pas à échanger», a souligné Murray.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer