Bryan Murray ne planifie rien de majeur

Le directeur général des Sénateurs a profité de... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le directeur général des Sénateurs a profité de la journée de congé à Vancouver pour discuter de ses plans afin d'améliorer son équipe.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(VANCOUVER) Après avoir secoué son club avec la mégatransaction qui a amené Dion Phaneuf à Ottawa, Bryan Murray n'a pas l'air intéressé à faire un autre coup d'éclat d'ici à la date limite des transactions dans la LNH, lundi prochain.

Le directeur général des Sénateurs a profité de la journée de congé à Vancouver pour discuter de ses plans afin d'améliorer encore plus son équipe, et ceux-ci semblent assez mineurs.

Il a notamment laissé entendre que le nom de Chris Neil peut être «enlevé de la liste» des joueurs disponibles vu qu'il a amorcé des négociations avec son principal joueur autonome potentiel. L'attaquant Zack Smith, dont la valeur n'a jamais été aussi élevée, n'est pas à échanger non plus. Et une prolongation de contrat offerte à la recrue Chris Wideman n'influence pas l'avenir à Ottawa de Patrick Wiercioch. «Nous devons avoir sept défenseurs», a-t-il souligné.

«Je ne suis pas certain du plan que nous avons. Nous allons continuer à regarder, nous avions quelques idées concernant des joueurs qui ne jouaient pas beaucoup pour nous, c'était peut-être le temps de faire quelques changements et nous avons promu (Nick) Paul et (Ryan) Dzingel. Mais si on gagne nos deux prochains matches, ça va rendre plus évident que nous sommes dans la course. À ce moment-là, je ne sais pas qui serait disponible si on voulait magasiner, mais ça ouvrirait la porte à ce que différentes choses se produisent», a dit Murray d'entrée de jeu.

«On pensait à l'origine échanger un joueur. Ce qui est certain, c'est que je ne vais pas dépenser beaucoup pour aller chercher un agent libre (potentiel). Si un joueur disponible pouvait nous apporter une aide immédiate et être avec nous pour une couple de saisons ensuite, j'ai l'esprit ouvert pour parler de ça», a-t-il ajouté.

Wiercioch pourrait partir

Wiercioch, qui a un salaire de 2 millions $ et deviendra joueur autonome avec compensation l'été prochain, est probablement le joueur le plus susceptible de partir si un autre club manifeste un intérêt pour ses services. Depuis l'arrivée de Phaneuf, il a alterné avec Wideman comme septième défenseur relégué à la galerie de presse.

«Tout dépend des performances. Si Patrick joue un peu mieux et que Chris continue à jouer comme il le fait, c'est un défi pour l'entraîneur d'avoir un alignement. C'est quelque chose que je devrais considérer d'ici la date limite, si je le considère en fait», a-t-il noté.

Murray pense que le vétéran Clarke MacArthur pourrait effectuer un retour au jeu de sa sévère commotion cérébrale d'ici quelques jours, ce qui serait comme un échange pour aller chercher un attaquant capable de jouer sur les deux premiers trios. «C'est sa décision (quand revenir), on ne forcera jamais un joueur à revenir au jeu qui n'est pas prêt physiquement et émotionnellement... C'est un joueur qu'on aime beaucoup, l'énergie qu'il apporte», estime-t-il.

Concernant Neil, son dur à cuire de 36 ans qui écoule la dernière année de son contrat, il a indiqué avoir eu une conversation avec son agent, Todd Reynolds, et il attend une proposition de sa part. «On veut qu'il reste ici et qu'il joue son 1000e match (la saison prochaine) avec nous», assure l'homme de hockey de Shawville.

Ce dernier a ajouté que les négociations avec le clan Hoffman, le franc tireur qui a 24 buts et sera joueur autonome avec compensation l'été prochain, ne sont pas très avancées. «On ne pousse pas trop fort présentement», a-t-il déclaré.

Un avenir à définir

Bryan Murray n'a pas voulu répondre mercredi quand il s'est fait demander s'il en était à sa dernière période d'échanges à la barre des Sénateurs.

«C'est une question piège à laquelle je ne répondrai pas, a-t-il dit d'entrée de jeu. Je vais prendre une décision (quant à son avenir) à un moment donné, je ne sais pas encore quand. J'ai eu de bonnes conversations à ce sujet et je vais attendre. Je n'ai pas demandé plus de temps à (Eugene Melnyk, le propriétaire), il m'a juste dit de prendre mon temps et le faire au moment opportun. Il est très bon et juste, et évidemment très intéressé par ma santé.»

À ce sujet, le septuagénaire qui combat toujours un cancer du côlon a mentionné qu'il se sent «pas mal bien». «Je vais faire passer ma famille en premier, ce que je n'ai pas fait souvent au fil de ma carrière alors que je me suis engagé à fond dans le hockey. Je veux faire la meilleure chose pour tout le monde qui est impliqué», a-t-il ajouté.

Rappelons que le contrat de Murray est structuré de telle façon que la présente saison est censée être sa dernière comme directeur général, après quoi il pouvait assurer la transition en acceptant un poste de consultant spécial pour les deux prochaines années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer