Une 3e étoile pour Anderson

Le gardien des Sénateurs Craig Anderson a maintenu... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le gardien des Sénateurs Craig Anderson a maintenu une moyenne de buts alloués de 1,58 et un taux d'efficacité de ,951.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lors des quatre saisons précédentes, Craig Anderson a passé beaucoup de temps sur la liste des blessés, toujours à ce temps-ci de l'année.

En santé cette fois, il a même été à son meilleur au cours de la dernière semaine, au point où la Ligue nationale de hockey lui a décerné sa troisième étoile de la semaine.

Le cerbère américain de 34 ans n'a été devancé que par Jaromir Jagr, des Panthers de la Floride (trois buts en trois matches, dont son 742e en carrière, troisième meilleur total de l'histoire de la LNH), et Erik Haula, centre du Wild du Minnesota (deux buts, cinq passes).

Il a été retenu pour avoir aidé son équipe à remporter trois victoires de suite, avec une moyenne de 1,58 but alloué par partie ainsi qu'un taux d'efficacité de ,951, en plus d'arrêter tous les cinq tirs de barrage auxquels il a été confronté.

«Ça montre que lorsque l'équipe se regroupe et gagne quelques parties, il y a des bénéfices personnels à retirer d'un jeu d'équipe. C'est pourquoi j'ai été retenu», a déclaré Anderson après avoir appris sa nomination.

Gardien le plus occupé de la LNH alors qu'il a fait face à un total de 1541 lancers, Anderson n'a pu s'empêcher de blaguer quand LeDroit lui a demandé comment il expliquait sa durabilité cette saison.

«On sort souvent pour souper au restaurant», a-t-il lancé, faisant référence à l'accident de cuisine de février 2012 où il s'était blessé à une main en tentant de séparer du poulet congelé avec un couteau après un match en février 2012, alors qu'il menait la LNH pour les victoires et la moyenne de buts alloués.

«Plus sérieusement, il y a eu des accidents bizarres, sur la glace comme en dehors, lors des dernières années. Je n'y pense pas trop, je vis ma vie au quotidien et si quelque chose doit arriver, ça va arriver», a-t-il ajouté, philosophe.

Anderson a déjà joué 48 parties cette saison - il a une fiche de 25-19-4 avec une moyenne de 2,76 et un taux d'efficacité de ,917 - et il se dirige vers une campagne de plus de 65 matches, ce qu'il n'a pas fait depuis 2009-2010 (71 matches) avec l'Avalanche du Colorado.

«On touche du bois, il est sur une bonne séquence où il voit bien la rondelle. Il a eu un peu de chance, comme (samedi) alors que Zetterberg lance sur la barre horizontale en prolongation, il ne trouve pas la rondelle, mais Datsyuk lance directement sur lui, ou il fait cette glissade à deux jambières après avoir chuté (contre Justin Abdelkader). Mais en général, il fait beaucoup d'arrêts solides qu'il fait paraître comme étant faciles, ce qui me dit qu'il est bien placé», analyse son entraîneur des gardiens Rick Wamsley.

L'an passé à pareille date, c'est Andrew Hammond qui avait volé la vedette dans le dernier droit, menant les Sénateurs aux séries avec sa fiche de 20-1-2 pendant qu'Anderson ratait 19 parties en raison d'une blessure à la main droite. Mais comme le «Hamburglar» en arrache cette saison (fiche de 3-6-2), Anderson va jouer la majorité des matches d'ici la fin de la saison, tant que le club est dans la course pour une place en séries, en tout cas.

«Tout est dans la tête et présentement dans ma tête, je me sens frais et dispo. J'ai eu bien assez de repos, il y a eu différentes pauses et maintenant, le calendrier est bon, on joue aux deux jours. Il suffit de prendre les matches un à la fois, il ne sert à rien de mettre la charrue avant les boeufs», a noté Anderson, qui pourrait battre le record de 67 matches disputés de Patrick Lalime.

C'est l'attitude que toute l'équipe veut prendre au début d'un voyage de trois parties dans l'Ouest, qui survient au cours de la dernière semaine avant la date limite des transactions, lundi prochain. «On s'était fixé comme objectif d'aller chercher six points la semaine dernière à la maison, et là on veut le faire à nouveau sur la route, dans trois édifices où il est difficile de gagner», a souligné Bobby Ryan. 

Est-ce que les Sénateurs ont la même sensation qu'au début de leur séquence historique de l'an dernier? «Pas encore. Posez-moi la question à nouveau après 10 ou 12 victoires de suite!», a ajouté Ryan.

MacArthur du voyage

Lors des quatre saisons précédentes,... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Prochaine étape d'un éventuel retour au jeu pour lui, Clarke MacArthur a accompagné ses coéquipiers lors de leur vol nolisé vers l'Ouest canadien lundi.

Il est peu probable qu'il soit lancé dans la mêlée à Edmonton, Calgary ou Vancouver cette semaine, mais l'entraîneur-chef Dave Cameron n'a pas fermé la porte complètement.

«Je dirais qu'il est proche d'un retour. J'attends qu'il obtienne le feu vert (des médecins), mais je ne sais pas quand ça va venir. Le plus tôt serait le mieux», a-t-il déclaré.

MacArthur avait composé un «cinquième trio» avec Shane Prince et David Dziurzynski à l'entraînement de l'équipe.

Ce dernier se remet d'une blessure au genou et comme il était suffisamment rétabli, les Sénateurs l'ont cédé à leur club-école de Binghamton après la pratique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer