Phaneuf contribue aux deux bouts de la glace

Les Sénateurs l'ont emporté 3-2 en tirs de... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Les Sénateurs l'ont emporté 3-2 en tirs de barrage samedi contre les Red Wings. Dans la victoire, Zack Smith a doublé Kyle Turris au chapitre des buts comptés.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dion Phaneuf a compté un premier but dans l'uniforme des Sénateurs d'Ottawa samedi soir au Centre Canadian Tire, un but important qui a aidé son nouveau club à remporter une victoire de 3-2 en tirs de barrage contre les Red Wings de Détroit.

Mais après ce troisième gain consécutif de son équipe, une première depuis la fin de novembre, l'entraîneur-chef Dave Cameron estimait que c'est la contribution à l'autre bout de la patinoire du vétéran défenseur acquis dans une méga transaction avec les Maple Leafs de Toronto qui commence à se faire sentir.

«Vous ne pouvez pas surestimer ce que Dion Phaneuf a fait au sein de notre top-4, les sorties de zone, la couverture en zone défensive. Toutes ces choses se sont améliorées depuis que Dion est arrivé ici, a noté Cameron. Vous ajoutez un très bon joueur à la brigade défensive, vous vous mettez à bien jouer et ça ajoute à la confiance de l'équipe.»

Après trois revers à l'arrivée de Phaneuf, les Sénateurs n'ont accordé que cinq buts lors de leurs trois gains consécutifs, allouant moins de chances de compter de haute qualité même si le gardien Craig Anderson fait encore face à plusieurs tirs (39, 32 et 31 lors des victoires contre Buffalo, la Caroline et Détroit).

«J'aime le style qu'on pratique présentement, on est plus conservateurs, on joue moins de façon run and gun», a souligné Anderson après le match où il a repoussé les trois tirs des Wings en fusillade.

Le but de Phaneuf pour créer l'égalité avec moins de quatre minutes à faire dans le match a relégué au second plan la deuxième période difficile du capitaine Erik Karlsson, qui a commis deux gaffes très remarquées sur les buts des visiteurs.

«C'était une bonne sensation (de marquer), le crédit doit aller à Mark Stone qui a voilé le gardien. Je n'oublierai jamais la réaction des amateurs, c'était un moment spécial pour moi comme joueur. Mais le plus important, c'est qu'on a trouvé le moyen de gagner un match contre un club qu'on pourchasse», a dit Phaneuf, ajoutant que la rondelle, récupérée par Ryan Dzingel, va «se retrouver sur mon mur».

Ce même Phaneuf s'est porté à la défense de son nouveau capitaine, également. «Je ne dirais pas qu'on a racheté ses erreurs. Nous sommes tous ensemble. Vous voyez comment il joue, il fait des jeux incroyables soir après soir. Le but qui dévie sur son bâton, c'est une malchance qui arrive à tout le monde», a-t-il souligné.

Il parlait d'un but de Brad Richards en fin de deuxième tiers, alors que Karlsson a aussi fait cadeau de la rondelle à Andreas Anthanasiou dans l'enclave pour lui permettre d'ouvrir le pointage.

«Dure période pour le numéro 65 des Sénateurs d'Ottawa, mais ça ne nous a pas affecté du tout, a dit Karlsson. Ces choses-là vont arriver à l'occasion, j'ai juste continué à jouer. L'équipe au complet a joué un fort match, personne ne s'est découragé. On méritait de gagner ce match, même si malheureusement, ça a pris des tirs de barrage. Sur le premier but, le gars (Anthanasiou) a crié pour la rondelle et comme j'avais deux joueurs sur le dos, j'ai automatiquement cru que c'était un de nos gars. Les gars m'ont bien appuyé par la suite et c'est pourquoi on s'en sort avec deux points.»

C'était la 40e fois cette saison qu'Ottawa accordait le premier but d'une rencontre et seulement la 11e qu'ils revenaient ensuite pour l'emporter (contre 23 défaites et 6 revers en prolongation/fusillade).

«On essaie de dire à nos joueurs de ne jamais abandonner le système de jeu, de continuer à jouer de la même façon, peu importe le pointage. C'est ce que font les clubs qui gagnent de façon constante. Nous sommes bien meilleurs à ce niveau récemment, et si on veut avoir une chance lors de la vingtaine de parties qu'il nous reste, il va falloir continuer à jouer de la même façon. On ne peut pas jouer du hockey à haut risque et avec finesse tout le temps», estime Dave Cameron.

Les Sénateurs mettront maintenant cette recette à l'épreuve lors d'un voyage dans l'Ouest canadien qui débutera mardi à Edmonton, passant ensuite par Vancouver et Calgary.

Turris doublé par Smith

Dans le rayon des choses inattendues cette saison chez les Sénateurs, voir Zack Smith doubler Kyle Turris pour le nombre de buts comptés à la fin février figure certes au premier rang.

En complétant une stratégie de Jean-Gabriel Pageau samedi soir, Smith a égalé sa meilleure production en carrière, qui remontait à la saison 2011-2012, avec son 14e but de la campagne. C'est un de plus que Turris, qui demeure dans sa profonde léthargie: aucun but à ses 23 derniers matches, aucun point à ses 12 derniers.

Le centre numéro un des Sénateurs a au moins contribué au gain de son club contre les Red Wings en marquant l'unique but de la fusillade, son deuxième du genre la semaine dernière alors qu'il avait ajouté un but d'assurance contre les Sabres.

Turris ne peut même pas se consoler en se disant qu'il obtient des chances de compter: contre Buffalo, il n'avait pas obtenu de tirs au but, et c'était la même chose samedi contre Détroit. Il n'a même pas tenté un lancer qui a été hors cible ou bloqué par l'adversaire.

«J'essaie tout simplement de foncer au filet et créer de la circulation pour aider l'équipe à remporter des victoires», a succinctement résumé Turris quand il s'est fait demander s'il espérait que ses succès au concours d'habiletés se transposent éventuellement lors des 60 minutes réglementaires.

En attendant un réveil offensif du centre qui joue en dépit d'une blessure à une cheville, Dave Cameron se réjouit de la contribution de Smith.

«Dans la nouvelle LNH, tu as besoin de trois trios qui représentent une menace en offensive. Avec Zack qui a joué sur nos deux premières lignes à l'occasion, mais qui est surtout dans le top-9, qui compte des buts en plus d'être robuste, c'est un gros bonus pour nous», a-t-il affirmé samedi soir, avant de donner son congé dominical habituel à sa troupe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer