Anderson fait la différence

Craig Anderson a réservé son plus bel arrêt... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Craig Anderson a réservé son plus bel arrêt à Jack Eichel, lors de la période de prolongation.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'était peut-être la tempête du nouveau siècle mardi dans la capitale, mais ça n'a pas été la partie de l'année au centre Canadian Tire.

Devant des gradins dégarnis, une foule annoncée de 15 893 amateurs dont environ les deux tiers étaient présents, les Sénateurs ont cependant au moins réussi à enrayer leur séquence noire de trois revers de suite en arrachant un gain de 2-1 en tirs de barrage aux Sabres de Buffalo.

Même en l'absence de deux de leurs meilleurs attaquants, Evander Kane et Tyler Ennis, les Sabres ont largement dominé au chapitre des tirs, 39-26, et il a encore fallu une excellente performance du gardien Craig Anderson pour que les locaux s'en tirent avec les deux points de classement.

Celui-ci a arrêté Jack Eichel sur une échappée en prolongation, puis il n'a rien cédé en fusillade alors que Bobby Ryan et Kyle Turris ont tous deux déjoué le gardien des Sabres Robin Lehner entre les jambières, coup sur coup.

«On a joué un match patient, on n'a pas pris de chances. Ils ont joué solidement en défensive aussi, c'était un ces matches serrés. On a perdu un peu de momentum en deuxième, mais j'ai tenu le fort et on est revenu plus fort en troisième», estimait Anderson, la première étoile de la rencontre après coup.

Eichel, le deuxième choix du dernier repêchage, avait montré une partie de l'étendue de son talent sur le but des siens qui ouvrait le pointage, se retournant rapidement sur lui-même pour repérer Matt Moulson seul devant le filet. Ce dernier a déjoué Anderson sous la jambière pour secouer une longue disette, son dernier but remontant au 1er novembre dernier, il y a 45 matches.

Ryan Dzingel lui a donné la réplique à peine 69 secondes plus tard alors qu'il a saisi le retour de son propre tir qui était dans les patins de Marcus Foligno à l'embouchure du filet de Lehner.

Anderson a eu besoin de l'aide de ses poteaux à deux reprises au cours du premier tiers, puis il s'est particulièrement illustré en deuxième alors que les visiteurs ont dominé 18-9 au niveau des tirs. Il a notamment arrêté Mark Pysyk sur une descente à deux contre un lors d'un avantage numérique de Buffalo.

Le meilleur arrêt de Lehner à l'autre bout a été aux dépens de Curtis Lazar au début de l'engagement, et il s'est aussi signalé en prolongation en sortant la mitaine contre Erik Karlsson sur une descente à deux contre un.

Mais il n'a pas aussi bien paru sur les échappées de ses anciens coéquipiers Ryan et Turris lors des échappées de la fusillade. «Le gardien a normalement l'avantage dans cette situation, il est plus familier avec ce que tu aimes faire. On a juste essayé d'être patient, il est assez agressif comme gardien, il fallait le faire bouger, a dit Ryan. C'est une victoire qui fait du bien. Récemment, on avait l'impression que quelque chose de mauvais arrivait à chaque partie. On l'avait encore, cette impression, mais on s'est battu contre cet état d'esprit.»

Un but émotif pour Ryan Dzingel

Le premier but en carrière dans la LNH... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Le premier but en carrière dans la LNH de Ryan Dzingel est tombé à point pour les Sénateurs.

Etienne Ranger, LeDroit

Un premier but en carrière dans la LNH est toujours spécial, et celui de Ryan Dzingel, à son septième match depuis son rappel, est tombé à point pour les Sénateurs.

En créant l'égalité peu après que les Sabres aient ouvert la marque à la septième minute de jeu, il a éliminé l'avantage du premier but dans la rencontre, que son club alloue la plupart du temps.

«C'était toute une sensation. J'ai ressenti beaucoup d'émotions en pensant à ma famille et à quelques amis qui ont perdu leurs mères récemment, je leur avais dit que j'en compterais un pour elles. J'ai un peu perdu le fil quand j'ai célébré», a-t-il raconté dans le vestiaire après le gain de 2-1 contre les Sabres.

Un de ses amis qui a eu la douleur de perdre sa mère est son agent, Eddy Ward.

Dzingel a failli préparer un but quand il a été envoyé sur la patinoire en prolongation, mais Robin Lehner a stoppé le tir sur réception d'Erik Karlsson sur une descente à deux contre un. Ensuite, il a frappé l'extérieur du poteau sur une autre chance.

«C'était une belle marque de confiance de la part de l'entraîneur de me donner cette chance. Je ne voulais pas faire de gaffe, j'étais sur la glace avec Karl et Hoff (Mike Hoffman), ces gars-là sont de très bons joueurs. J'ai juste essayé de leur donner la rondelle et faire tout ce que je pouvais. Mon tir sur l'extérieur du poteau n'était pas aussi proche que je le pensais», a-t-il noté.

Son patron Dave Cameron était évidemment heureux du travail de sa recrue: «Il apporte un élément de vitesse qui est très utile depuis qu'il est arrivé. Il a été bon, on doit juste lui rappeler de demeurer du bon côté de la rondelle, attendre ses chances et utiliser sa vitesse quand elles se présentent. C'est ce qu'il fait, c'est bon jusqu'à maintenant», estimait-il.

«J'aime le fait qu'on a trouvé le moyen d'aller chercher deux points. On n'avait pas notre niveau "A" de jeu, ce n'est pas une excuse mais plusieurs gars sont grippés, on n'était pas certain qu'ils pourraient jouer, ce qu'ils ont fait finalement. On s'est bien battu jusqu'à la fin», a-t-il aussi mentionné en analysant le jeu de son club.

Premier match pour Paul

La deuxième fois a été la bonne pour la recrue Nick Paul, qui a pu disputer son premier match dans la LNH contre les Sabres mardi, alors qu'il avait été rappelé de Binghamton la veille. Le centre de 1,93 m (6' 4") et 104 kg (230 livres) avait été rappelé une première fois il y a deux semaines, mais il n'avait pas été appelé à disputer un seul match alors que le jour de son rappel, Kyle Turris étant revenu au jeu.

Cette fois, il devait remplacer un Mika Zibanejad affaibli par un virus, mais quand ce dernier a finalement été en mesure de jouer, Paul a pris la place de Shane Prince sur le quatrième trio.

«C'est excitant, je pense que mon corps est bien préparé après avoir pratiqué ici pendant deux semaines. Mais il faut que je garde mon calme pour que les nerfs ne prennent pas le dessus», avait raconté Paul en matinée.

Il espérait que ses parents se rendent au CCT sans problème, eux qui ont tenté de faire la route de Toronto en voiture malgré la tempête.

Prières pour «Stuntman» Stu

L'annonceur-maison des Sénateurs et animateur de radio «Stuntman» Stu Schwartz a appris tard lundi qu'il était atteint de la leucémie, une forme de cancer, et il a été hospitalisé mardi pour des traitements qui devraient durer environ un mois.

La nouvelle a évidemment secoué l'organisation des Sénateurs, déjà éprouvée par celui du dg Bryan Murray.

En prélude à son point de presse matinal, l'entraîneur-chef Dave Cameron lui a d'ailleurs adressé un message: «J'aimerais commencer par dire que nos pensées sont avec Stuntman Stu Schwartz, qui a appris qu'il a une bataille devant lui. Nous pensons à lui. Quand ces choses-là arrivent, tu oublies à quel point tu apprécies quelqu'un. Ses annonces pendant les matches et lors des galas où il divertit tout le monde tout en aidant à amasser beaucoup d'argent avec son enthousiasme. On veut lui laisser savoir qu'on pense à lui et on lui souhaite le meilleur, à lui et sa famille», a-t-il dit.

«C'est une nouvelle difficile à avaler, mais toute la communauté d'Ottawa va l'appuyer, moi le premier. Il est bien entouré et on va l'encourager», a indiqué le centre Curtis Lazar.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer