Les Sénateurs plient face à l'Avalanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dion Phaneuf a eu plus d'effet à sa deuxième sortie avec les Sénateurs d'Ottawa qu'à sa première.

Les deux mentions d'assistance récoltées par le défenseur acquis des Maple Leafs mardi n'ont quand même pas été suffisantes alors que son nouveau club a encaissé une deuxième défaite en 24 heures, 4-3 face à l'Avalanche du Colorado devant 17 632 spectateurs qui lui ont réservé un accueil réservé au premier abord, puis plus chaleureux quand il s'est inscrit au pointage.

Ce revers dans un match d'unités spéciales fait mal alors qu'Ottawa occupe le 13e rang dans l'Est, à cinq points du huitième rang détenu par Pittsburgh, mais tout en ayant joué trois parties de plus que ces derniers.

«Je me sentais beaucoup plus à l'aise cette fois. J'ai trouvé que nous avons vraiment dominé le jeu en deuxième et troisième période. Leurs buts tôt, notre désavantage numérique a donné trop de buts, on doit faire un meilleur travail là-dessus. On a poussé et on n'a pas abandonné... Et je dois remercier les partisans pour leur accueil, je l'ai bien senti et ça fait chaud au coeur», a raconté Phaneuf après coup.

Après un but dans un filet désert de Blake Comeau qui faisait 4-2, Chris Neil a réduit l'écart avec 26 secondes à faire, mais c'était trop tard. les locaux n'ont pas menacé par la suite.

«On a fait du bon travail en n'abandonnant pas, on a eu nos chances. Leur gardien a bien joué aussi. C'est frustrant, ce sont des points dont on a besoin. On y croit encore ici, on pense encore qu'on peut se rendre où on veut, soit de se qualifier pour les séries», a noté Neil.

L'avantage numérique des Sénateurs leur avait permis de revenir dans le match après avoir laissé les visiteurs se forger une priorité de 3-0 grâce à autant de filets sur l'attaque à cinq.

Après un doublé de Jarome Iginla, ses 603e et 604e buts en carrière, et le filet de Nathan MacKinnon, le jeu de puissance a obtenu une première chance qui n'a absolument rien donné et plusieurs amateurs ont hué à la fin de celui-ci.

Les huées ont semblé réveiller les locaux, qui... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Les huées ont semblé réveiller les locaux, qui ont vu Mark Stone (notre photo) et Mike Hoffman ramener l'écart à un but.

Patrick Woodbury, LeDroit

Cela a semblé réveiller les locaux, qui ont vu Mark Stone et Mike Hoffman ramener l'écart à un but, chaque fois sur des passes de Phaneuf et Erik Karlsson. Le premier a fait dévier le tir sur réception de l'ancien capitaine des Maple Leafs, alors que le second a décoché un boulet, sur réception lui aussi, quand le capitaine des Sénateurs lui a placé la rondelle sur un tee, comme au golf. Karlsson franchissait du même coup le cap des 50 passes cette saison (il en totalise 51).

«La différence, c'est qu'ils sont trois en quatre en avantage numérique et nous avons été deux en quatre», soulignait Stone, qui a six buts et neuf points à ses six dernières sorties.

Andrew Hammond a obtenu le départ pour ce deuxième match en deux soirs, lui qui célébrait son 28e anniversaire de naissance. Il n'a pas eu beaucoup de chance de faire l'arrêt sur les trois buts qu'il a alloués sur 26 tirs. Il a bien failli réussir un arrêt spectaculaire sur le premier but d'Iginla, survenu après le tir sur le poteau de Blake Comeau à partir de l'enclave.

Dans l'espoir de secouer un peu son attaque, l'entraîneur-chef Dave Cameron avait apporté une légère modification à ses trios, inversant Alex Chiasson et Bobby Ryan sur ses deuxième et troisième lignes. Ça n'a cependant pas eu d'impact à cinq contre cinq alors que Kyle Turris et Mika Zibanejad, qui a retrouvé Ryan, ont été menottés, même si Zibanejad a obtenu 10 tentatives de tirs, dont cinq qui ont été stoppés par Semyon Varlamov.

Trop peu, trop tard

Même le jour de son anniversaire, Andrew Hammond... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 4.0

Agrandir

Même le jour de son anniversaire, Andrew Hammond a été incapable de gagner. 

Etienne Ranger, LeDroit

La magie du Hamburglar, ça semble bel et bien terminé.

Même le jour de son anniversaire, Andrew Hammond est incapable de gagner. Il ne l'a fait qu'une fois à ses six derniers départs, son seul gain en 2016 remontant au 4 janvier à St. Louis.

«C'était un de ces matches, c'est difficile de gagner quand tu donnes trois buts. On a montré du caractère en revenant dans le match, mais tu ne peux pas toujours te creuser un trou et t'attendre à en sortir. Notre désavantage numérique avait été bien meilleur récemment (écoulé les neuf dernières punitions lors des trois matches précédents), mais ils (Colorado) ont réussi à tirer avantage de certaines choses», a commenté Hammond après le revers de 4-3 encaissé le jour de son 28e anniversaire de naissance.

Les Sénateurs ont une fiche de 9-22-6 quand ils accordent le premier but à leurs adversaires, signe qu'ils ne sont pas trop bons à jouer du hockey de rattrapage.

«Il est important de connaître de bons départs à cette période de l'année. Depuis un bout de temps, je trouve que nos départs sont corrects. Le but que nous avons alloué durant l'infériorité numérique de quatre minutes ce soir nous a fait mal, mais nous n'avons pas lâché. Quand ils menaient 3-0, il aurait été facile d'éteindre les moteurs et d'attendre le prochain match. Les gars n'ont pas fait ça. Ils se sont battus jusqu'au bout», estimait l'entraîneur-chef Dave Cameron.

À l'autre bout du couloir, Patrick Roy soulignait que son gardien Semyon Varlamov a fait plusieurs gros arrêts sur les 26 qu'il a réalisés.

«Il était voilé sur le deuxième but, s'il voit la rondelle, il va l'arrêter, c'est ce qu'il a dit aux gars. Il a fait un bel arrêt (en troisième) de la jambière contre Hoffman. Ils ont tenté de revenir en troisième, comme on avait tenté de le faire quand ils sont venus chez nous et qu'ils menaient 4-1. On a joué juste assez bien pour tenir le coup et repartir avec une victoire», a dit l'entraîneur de l'Avalanche.

Varlamov a notamment frustré Ryan Dzingel sur une échappée en fin de deuxième période.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer