Mrazek se dresse devant les Sénateurs

Petr Mrazek a volé la vedette à Dion... (Paul Sancya, AP)

Agrandir

Petr Mrazek a volé la vedette à Dion Phaneuf, qui effectuait ses débuts avec Ottawa mercredi soir.

Paul Sancya, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(DETROIT) Un match ne fait pas une carrière avec une nouvelle équipe, mais les débuts de Dion Phaneuf avec les Sénateurs d'Ottawa furent assez ardus merci.

Le défenseur acquis des Maple Leafs de Toronto dans un échange impliquant neuf joueurs n'a pas trop bien paru à sa première sortie avec son nouveau club dans un revers de 3-1 aux mains des Red Wings, mercredi soir à Détroit.

Il s'est surtout fait humilier par Henrik Zetterberg sur le deuxième but des locaux en début de troisième période, l'excellent Suédois passant la rondelle près de son bâton avant de prendre un tir vif qui a atteint la lucarne, ce qui devait être le but de la victoire.

Phaneuf n'avait pas trop bien paru à sa deuxième présence du match non plus alors que Gustav Nyquist l'a déjoué avec une feinte habile à un contre un et que l'arrière-garde a chuté en effectuant son pivot pour tenter de le contenir. Heureusement pour lui, le gardien Craig Anderson veillait au grain et a effectué l'arrêt sur un tir pas commode.

«Les gars ont été fantastiques pour m'accueillir pendant une journée qui était différente. J'ai eu du plaisir, mais je n'ai pas aimé le résultat final, a commenté Phaneuf après coup.»

«Je voulais faire tout ce que je pouvais pour aider l'équipe. Le départ a été difficile avec une chute, mais Andy m'a sauvé. Le deuxième but, j'aurais dû mieux jouer du bâton, mais il (Zetterberg) a fait tout un jeu. Il faut lui donner le crédit qui lui revient. Je pense avoir été décent, mais en fin de compte, on n'a pas ramassé les deux points.»

Phaneuf a joué 21 minutes et 57 secondes. Il a obtenu deux mises en échec, alors qu'un de ses tirs a été bloqué et deux autres ont raté la cible.

«Il a bien cadré dans l'équipe à mon avis, pensait son nouveau patron Dave Cameron. Il a réussi à les déranger avec son jeu physique. Il a été très vocal. Il a parlé beaucoup à Cody (Ceci, son partenaire), mais à tous ses coéquipiers aussi.»

Anderson n'a rien pu faire lorsque Danny DeKeiser a ouvert le pointage sur le premier tir des Red Wings, son lancer de l'enclave déviant sur le bâton de Marc Méthot avant de dévier à nouveau sur la barre horizontale. Ottawa avait auparavant menacé, mais le gardien Petr Mrazek avait résisté à leurs attaques initiales en plus de voir Zack Smith frapper un poteau dès les premiers instants de la rencontre.

C'est ce même Smith qui a privé l'ancien gardien des 67's d'un deuxième jeu blanc d'affilée en faisant dévier un tir de Mike Hoffman en avantage numérique avec 2:24 à faire dans le match.

Darren Helm a cependant scellé l'issue de la rencontre en marquant dans un filet désert.

Mrazek a effectué 22 arrêts, dont plusieurs difficiles. Il s'est notamment illustré en deuxième, frustrant coup sur coup Jean-Gabriel Pageau, Mark Stone et Mike Hoffman.

La traversée du désert de Kyle Turris, qui n'a pas marqué en 18 parties, s'est poursuivie alors qu'il avait une cage béante devant lui quelques instants avant le but de Zetterberg, sauf que Kyle Quincey a soulevé son bâton au dernier instant.

Les Sénateurs (25-24-6) voyaient ainsi les Red Wings (28-18-8) porter à huit points leur avance sur eux au classement dans l'Est et dans la division Atlantique.

Ils n'ont pas le temps de s'apitoyer sur leur sort alors qu'ils seront de retour au CCT jeudi soir pour la visite de l'Avalanche du Colorado.

«Un fort match», mais...

Bien avant que Zack Smith parvienne à déjouer... (Paul Sancya, AP) - image 3.0

Agrandir

Bien avant que Zack Smith parvienne à déjouer Petr Mrazek, l'attaque à cinq n'a pas réussi à profiter des chances qu'elle a obtenues au fil de la soirée.

Paul Sancya, AP

Le jeu de puissance a produit le seul but des Sénateurs dans la défaite des Red Wings, mais c'était un peu trop tard.

Bien avant que Zack Smith parvienne à déjouer Petr Mrazek, l'attaque à cinq n'a pas réussi à profiter d'un avantage de deux hommes de 27 secondes en milieu de troisième période. Elle n'a capitalisé que sur une de ses six chances au fil de la soirée au Joe Louis Arena.

«On a joué un fort match, quand tu provoque autant de punitions, c'est que tu joues bien, tu bouges tes pieds. Il faut leur donner du crédit, ils ont gagné la bataille des unités spéciales. Ils nous ont frustrés en ayant toujours deux joueurs dans nos lignes de tir», a indiqué Smith.

Le quart-arrière du jeu de puissance, Erik Karlsson, était d'accord. «On a bien joué mais eux aussi. On avait besoin d'un peu plus de tout le monde et on ne l'a pas obtenu au bon moment. Le fait qu'ils aient marqué en premier ne nous a pas affectés pourtant, on a bien joué par après. On n'a juste pas trouvé le moyen de compter», a dit le capitaine des Sénateurs.

Concernant les débuts de Dion Phaneuf, qui a joué à l'occasion sur le jeu de puissance à ses côtés, Karlsson a trouvé qu'il a «été bon, toute la brigade défensive a été bonne même s'ils ont marqué deux buts. Il nous a donné de la stabilité et je m'attends à ce qu'il soit encore meilleur quand il sera plus habitué à jouer avec nous. Mais on ne peut pas en demander plus de lui», a-t-il noté.

Phaneuf impressionné

Phaneuf a joué souvent contre Karlsson du temps où il était à Toronto et il a apprécié la chance de jouer à ses côtés. «Il est un joueur spécial. J'avais beaucoup de respect pour lui quand je jouais contre lui et j'en ai encore plus en jouant avec lui. On a beaucoup d'habileté à l'attaque sur ce club, et avec lui en arrière, il est un des meilleurs depuis plusieurs années, il produit et il est un des meilleurs passeurs de la ligue», a commenté le nouveau venu.

Le capitaine des Sénateurs a d'ailleurs obtenu une passe sur le but de Smith, atteignant le plateau des 60 points pour une troisième saison consécutive.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer