Dion Phaneuf «très excité» de s'amener à Ottawa

Dion Phaneuf a hérité du numéro 2 de... (Paul Sancya, AP)

Agrandir

Dion Phaneuf a hérité du numéro 2 de Jared Cowen à son arrivée chez les Sénateurs, le numéro 3 étant déjà porté par Marc Méthot.

Paul Sancya, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(DETROIT) Dion Phaneuf ne s'est pas fait tordre un bras pour changer de camp dans la Bataille de l'Ontario.

En débarquant dans le vestiaire des Sénateurs mercredi, au lendemain de la mégatransaction impliquant neuf joueurs de la veille, l'ancien capitaine des Maple Leafs de Toronto a répété pas moins de neuf fois qu'il était «excité» d'enfiler son nouvel uniforme.

«On ne voit pas souvent ça, un échange entre des rivaux de division. Je suis très excité d'être ici. [Mardi], quand j'ai appris la nouvelle, j'avais des sentiments partagés. Tu dis au revoir à d'excellents coéquipiers, à une organisation solide que je dois remercier pour tout ce qu'elle a fait pour moi... Je n'ai que de bonnes choses à dire de mon temps à Toronto, mais après le choc initial, sur les deux vols (entre Calgary et Détroit), j'ai eu beaucoup de temps pour penser et je suis content de faire partie de cette équipe-ci», a-t-il dit d'entrée de jeu, une casquette des Sénateurs vissée fermement sur la tête après un premier entraînement matinal avec l'équipe.

Drôle de hasard, Phaneuf a joué son dernier match dans l'uniforme des Leafs contre les Sénateurs samedi dernier, dans un revers de 6-1. «Ça fait partie du sport professionnel, tu affrontes des gars sur la glace, tu les respectes et quelques jours plus tard, tu es dans le même vestiaire qu'eux. C'est inhabituel parce qu'on mon dernier match était contre eux, mais les gars m'ont bien accueilli et j'ai hâte de commencer», a-t-il souligné.

Le vétéran Chris Neil, qui avait failli lâcher les gants contre lui samedi, a d'ailleurs raconté comment Phaneuf est allé le rejoindre quelques heures plus tôt pour déjeuner à l'hôtel.

«J'avais essayé de me battre avec lui lors du match, et là on s'est mis à s'échanger des histoires. C'était drôle, mais ça fait partie de la game. Nous sommes contents de l'avoir parmi nous maintenant», a dit le dur à cuire des Sénateurs.

Phaneuf a mentionné qu'il savait qu'un échange l'envoyant à Ottawa était une possibilité, étant donné qu'il avait placé les Sénateurs sur une liste de 10 équipes auxquelles il accepterait de passer.

«Je l'ai fait parce que c'est une excellente organisation, avec des partisans passionnés, c'est pour ça qu'ils étaient sur ma liste et je suis excité que les choses aient tourné ainsi», a-t-il réitéré, mentionnant au passage que son épouse, l'actrice Elisha Cuthbert, n'avait pas d'objection à ce déménagement dans la capitale nationale.

Fier de représenter les Sénateurs

Après six ans à Toronto, il n'a pas trop voulu dresser de bilan de son séjour dans la Ville Reine.

«J'ai répondu à beaucoup de questions concernant Toronto et je sais que je vais devoir répondre à plusieurs autres au cours du reste de ma carrière. Je pense que j'ai joué avec autant d'ardeur que je le pouvais, travaillé aussi fort que je le pouvais pour cette organisation. J'ai été fier de jouer là et d'être un Maple Leaf de Toronto. Mais ça a changé. Je suis fier d'être un Sénateur d'Ottawa maintenant, je suis ici et je vais regarder vers l'avant», a-t-il maintenu.

Pour son premier match avec le numéro 2 (il n'a pas été question de demander son ancien numéro 3 à Marc Méthot, alors qu'il cherche un «nouveau départ»), Phaneuf a formé un deuxième duo avec Cody Ceci, qui appréciait de se retrouver avec un nouveau partenaire aussi expérimenté. «C'est un gros nom dans la ligue, c'est un excellent défenseur dans les deux sens de la patinoire, donc je suis excité d'avoir un nouveau partenaire», a-t-il indiqué.

Un qui était moins «excité» était Patrick Wiercioch, qui s'est retrouvé dans les gradins pour faire une place dans l'alignement au nouveau venu.

Cowen commente

Après sa première pratique avec les Maple Leafs de Toronto à Edmonton, l'ancien défenseur des Sénateurs Jared Cowen a commenté la transaction dans laquelle il a été impliquée la veille.

Dans une entrevue à la radio de TSN 1200, il a révélé qu'il avait demandé un échange au dg Bryan Murray plus tôt cette saison. «Je savais que quelque chose allait arriver, mais j'ai été surpris que ce soit Toronto. Je ne me souviens pas de la dernière fois qu'Ottawa et Toronto ont conclu un échange», a dit l'ancien choix de première ronde (neuvième au total).

Rappelé de Binghamton par les Leafs, Colin Greening, l'a accompagné à Edmonton.

Frattin reste à Toronto

Un des quatre joueurs acquis avec Dion Phaneuf, le centre Matt Frattin, va demeurer dans la Ville Reine alors que les Sénateurs ont annoncé mercredi qu'il était prêté aux Marlies de Toronto, meilleur club de la Ligue américaine de hockey.

Il sera donc un coéquipier de Tobias Lindberg, le Suédois cédé avec Cowen, Greening et Milan Michalek, actuellement blessé. Frattin a 22 points, dont neuf buts, en 47 parties avec les Marlies.

Les deux autres joueurs des mineures acquis dans la transaction, Casey Bailey et Ryan Rupert, ont pour leur part pris le chemin des Senators de Binghamton, qui joueront au CCT samedi contre Syracuse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer