Heureuses retrouvailles pour MacArthur

Clarke MacArthur se réjouit de voir son ancien coéquipier... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Clarke MacArthur se réjouit de voir son ancien coéquipier avec les Maple Leafs, Dion Phaneuf, débarquer à Ottawa.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(DETROIT) Seul Sénateur à avoir joué aussi pour les Maple Leafs, Clarke MacArthur a été surpris comme un peu tout le monde en apprenant que les Sénateurs avaient fait l'acquisition de Dion Phaneuf.

«On m'a déjà demandé par le passé quel genre de gars il est. S'il est un gars qui cadrerait bien, des choses comme ça. Évidemment qu'il aurait sa place dans n'importe quelle équipe, tout le monde le voudrait dans son top-4. Il est un bon gars dans la chambre. Je ne savais pas que ça s'en venait cependant», a-t-il réagi après avoir pris part à l'entraînement facultatif de l'équipe mardi, avant son départ pour Détroit.

«Je pense qu'il va être fantastique. Il est un gars de caractère, ce dont nous avons besoin. Il a fait beaucoup de chemin à Toronto pour devenir le capitaine des Leafs, c'est un endroit où il n'est pas facile de jouer. Ce l'est encore plus pour le gars qui doit accepter les critiques. Il va solidifier notre brigade défensive», a-t-il ajouté.

Le dg Bryan Murray a confirmé plus tard que MacArthur était un des vétérans de son équipe qui ont été consultés alors que les dirigeants de l'équipe faisaient leurs devoirs concernant celui qui héritera du numéro 2 de Jared Cowen à Ottawa.

Concernant le fait que les deux rivaux de l'Ontario aient consommé un échange aussi important, MacArthur pense que les partisans des Sénateurs vont rapidement adopter Phaneuf quand il va endosser l'uniforme de leurs favoris.

«C'est fou, je ne peux pas le croire. Vous connaissez mieux que moi l'histoire des échanges entre ces deux clubs, il n'y en a pas eu beaucoup. Obtenir le capitaine des Leafs... tout peut arriver au hockey. Moi, quand je suis arrivé ici, personne ne savait que j'avais joué là.»

«Pour lui, tout le monde sera excité après une semaine environ. Il n'y a pas d'amour entre ces deux clubs. Nous pensons être meilleurs que Toronto, et nous le sommes. Ça va être fantastique avec qui s'en vient», ajoutait MacArthur.

Aussi déçu

Ce dernier était déçu de voir les Jared Cowen, Milan Michalek et Colin Greening quitter cependant, un sentiment que partageait le capitaine Erik Karlsson.

«C'est un échange majeur pour nous, on cherchait à améliorer notre défensive depuis un bout de temps et il est l'option retenue. Mais c'est triste de voir d'autres gars partir, en particulier Milo (Michalek), qui est arrivé ici en même temps que moi. On est passé à travers beaucoup de choses ensemble, on est de bons amis en dehors comme sur la glace. Malheureusement, j'ai vu plusieurs de mes amis proches quitter cette équipe», a souligné Karlsson, parlant notamment des Daniel Alfredsson, Peter Regin et Robin Lehner.

«Dion s'en vient et j'espère qu'il va être un leader, un vétéran qui va être là du premier jour jusqu'au jour où il va quitter», a aussi mentionné Karlsson.

Échange entre vieux routiers

Les échanges entre les Sénateurs et les Maple Leafs sont très rares, mais les vieux routiers que sont leurs directeurs généraux actuels, Bryan Murray et Lou Lamoriello, n'en sont pas à leur premier troc ensemble.

Du temps où il était dg des Mighty Ducks d'Anaheim, Murray avait même conclu avec Lamoriello, âgé de 73 ans comme lui, un gros échange à sept joueurs qui a éventuellement eu un impact sur l'histoire de son futur club.

En juillet 2002, il avait envoyé Jeff Friesen, Oleg Tverdovsky et Maxim Balmochnykh aux Devils du New Jersey, l'ancien club de Lamoriello, pour obtenir les services de Petr Sykora, Jean-Francois Damphousse, Mike Commodore et Igor Pohanka.

Au printemps 2003, ce même Friesen allait ensuite faire très mal aux Sénateurs en comptant le but gagnant du septième et ultime match de la finale de l'Est, en route vers la coupe Stanley remportée par les Devils de l'entraîneur gatinois Pat Burns.

Murray espère évidemment que cet échange-ci aura un meilleur résultat final pour l'équipe de son patelin.

«Lou m'a appelé pour autre chose et j'ai amené le nom de Phaneuf sur le tapis. Il était prêt à en parler et discuter de quelques autres joueurs. On connaissait la situation contractuelle, qu'on sauverait de l'argent par rapport à son contrat au cours des premières années, ça fonctionne pour nous du point de vue du budget. Il savait ce dont j'avais besoin pour que ça se produise. On s'est parlé souvent, je suis en étant de choc que personne n'ait entendu parler qu'on faisait ça. Lou est un bon homme avec qui travailler, il va faire du bon travail à Toronto», a relaté Murray, qui lui aurait parlé de la possibilité il y a un certain temps, avant de reprendre les pourparlers samedi de façon plus sérieuse.

Quand il dirigeait les Red Wings, Murray se souvient aussi d'avoir refilé le défenseur Lee Norwood pour obtenir l'ailier gauche Paul Ysebaert.

C'est seulement le troisième échange entre les rivaux de la Bataille de l'Ontario, après l'acquisition de Brad Marsh contre des considérations futures en 1992, celle d'un neuvième choix utilisé pour choisir Pavol Demitra contre Brad Miller, 

Le gardien Damian Rhodes s'était amené de Toronto également en 1996, mais indirectement: c'était dans le cadre d'un échange à trois équipes avec les Islanders de New York, qui avaient cédé Wade Redden également pour obtenir le gardien Don Beaupré, le récalcitrant défenseur Bryan Berard et Martin Straka.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer