Inhabituellement bons

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une victoire facile contre un club en reconstruction comme les Maple Leafs de Toronto, c'est une chose.

Un gain convaincant contre les finalistes de la Coupe Stanley qui venaient de gagner 10 de leurs 11 matches précédents, c'en est une autre.

Les cyniques diront que le Lightning de Tampa Bay avait envoyé son substitut, Andreï Vassilevski, dans la mêlée à la place de Ben Bishop, l'ancien Sénateur qui n'avait pas perdu en temps réglementaire contre eux (8-0-3) depuis l'échange qui l'a sorti de la capitale. Il affrontera plutôt le Canadien mardi soir à Montréal.

Le Russe, qui passe une partie de ses étés à s'entraîner à Ottawa, avait quand même gagné ses six départs précédents, mais les Sénateurs n'ont pas fait de quartier contre ce choix de première ronde dans une victoire de 5-1 au centre Canadian Tire.

Mark Stone, encore lui, a dirigé l'attaque avec deux buts et une passe, cette dernière ayant permis à son compagnon de trio Zack Smith d'ouvrir le pointage pour un deuxième match de suite. Pour ne pas être en reste, le troisième membre de leur trio, Jean-Gabriel Pageau, a récolté un but dans un filet désert ainsi que deux mentions d'assistance.

Les Sénateurs (25-23-6) sont nettement plus à l'aise quand ils jouent avec une avance, eux qui ont porté leur fiche quand ils marquent en premier à 16-3-0.

«C'est toujours bon de partir le match du bon pied et marquer tôt. Mais la clé, c'est de bien jouer défensive. Nous avons un gardien de classe mondiale en Craig Anderson et quand il n'est pas épuisé parce que l'autre club obtient trop de chances, il va faire les arrêts pour nous», a dit Stone, qui est bien parti pour répéter le scénario de sa saison dernière, où il avait récolté 26 points en 45 parties avant le match des étoiles, puis 38 en 35 après celui-ci. Cette saison, il en avait 33 lors des 48 rencontres avant la pause, et il en a maintenant huit en quatre parties depuis que les meilleurs joueurs de la ligue sont allés s'amuser à Nashville - et qu'il a fait un don à un clochard.

Stone n'en voulait pas à Pageau d'avoir marqué alors qu'il était en quête de son premier tour du chapeau. «On avait besoin de marquer, ça viraillait un peu trop dans notre zone», a-t-il ajouté.

Shane Prince a marqué son premier but après une disette de 25 matches au cours d'un premier tiers dont les locaux sont sortis en avant 2-1, J.T. Brown lui ayant répliqué 34 secondes plus tard en fin d'engagement.

Ce fut la seule faille dans la muraille de Craig Anderson, qui a fait face à 32 tirs. Vassilevski, lui, en a repoussé 24.

«C'est un temps de l'année où tu as besoin de points au classement. Mais battre Tampa Bay, ça devrait aider notre confiance. On peut bâtir sur un autre bon départ à un match, et de continuer ensuite pendant 60 minutes», estimait l'entraîneur-chef Dave Cameron.

Les Sénateurs, qui remportaient un deuxième match consécutif pour la première fois depuis les 16 et 18 janvier en Californie, joueront leur prochain match mercredi soir contre les Red Wings à Détroit, avant de revenir au CCT le lendemain pour accueillir l'Avalanche.

«Ça fait du bien de contribuer»

Shane Prince... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Shane Prince

Patrick Woodbury, LeDroit

Non, Shane Prince n'avait pas fait de don à un sans-abri avant le match de lundi soir.

L'attaquant des Sénateurs n'a pas eu besoin de suivre les traces des superstitieux Mark Stone et Curtis Lazar pour réussir ce qui devait s'avérer le but gagnant du gain de 5-1 contre le Lightning.

«J'en ai entendu parler, c'est bon pour eux. J'aime faire de bonnes actions moi aussi, mais je n'en ai pas fait avant ce match», a-t-il confié en réprimant un sourire.

Prince a secoué les cordages pour la première fois en 26 parties, soit depuis qu'il avait réussi un doublé au Colorado le 25 novembre dernier.

«Ça fait du bien de contribuer un peu. J'ai travaillé fort toute la saison et je n'avais pas les bonds de mon côté. Ça faisait du bien d'en avoir un», a dit l'ancien des 67's, qui a capitalisé sur un harponnage du gardien Andreï Vasilevskiy à l'endroit de son nouveau compagnon de trio Alex Chiasson. «Les lignes ont été mélangées et notre trio (avec Curtis Lazar) fonctionne bien. Toute l'équipe "clique" depuis deux matches», a ajouté Prince.

Parfaits en désavantage numérique

L'unité de désavantage numérique des Sénateurs a été parfaite (trois en trois) pour un deuxième match consécutif, elle qui est bonne dernière dans la LNH. Et le gardien Craig Anderson n'a pas eu de miracles à effectuer devant son filet.

«La clé pour nous de ce temps-ci, c'est d'avoir un bon départ. Que l'on prenne les devants ou non, on prend le momentum et c'est de ça qu'on a besoin. C'est bien plus facile de jouer avec une avance qu'en se creusant un trou. On a joué du hockey de rattrapage pas mal trop souvent et on s'est rendu compte qu'on n'aime pas ça», a souligné Anderson après ce deuxième match de suite où il n'allouait qu'un but.

Le gardien a probablement réservé son meilleur arrêt à Nikita Kucherov sur une échappée en deuxième période, alors qu'Erik Karlsson le pourchassait même s'il n'avait plus de bâton, celui-ci ayant explosé alors qu'il tentait un tir à la ligne bleue adverse. «De le voir patiner à un million de milles à l'heure pour revenir comme ça, ça me porte à essayer encore plus fort de réaliser l'arrêt pour lui», a dit Anderson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer