Une charité qui rapporte gros

L'attaquant des Sénateur, Curtis Lazar.... (Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

L'attaquant des Sénateur, Curtis Lazar.

Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a eu le bouddha de Tom Chorske en 1996-1997. Il y a aussi eu Bruce Gardiner qui avait trempé sa palette dans une toilette pour changer sa chance. Et le Hamburglar a été un excellent porte-bonheur pas plus tard que l'an passé.

À ces épisodes heureux dans l'histoire des Sénateurs d'Ottawa, il faudra maintenant ajouter les dons de charité à des sans-abri de Mark Stone et Curtis Lazar.

Les deux attaquants ont marqué samedi soir dans le gain facile de 6-1 des Sénateurs contre les Maple Leafs de Toronto au Centre Canadian Tire. Après avoir marqué le premier de ses deux buts, un premier en neuf parties et 2e en 35 matches, Lazar a révélé en entrevue à la télévision nationale qu'il avait répété une expérience tentée par Stone, son cochambreur.

«Mark (Stone) me fait la vie dure parce que j'ai raconté l'histoire, mais il a marqué à ses trois derniers matches après avoir donné 50 $ US à un sans-abri pendant la pause du match des étoiles. Hier, j'ai fait la même chose, j'ai arrêté à un coin de rue et j'ai donné 50 $ US également à un sans-abri, et là j'ai compté deux buts pour la première fois. C'est du bon karma et j'espère que ça va continuer», a relaté Lazar après le match.

Les bonnes vibrations ne se sont pas arrêtées malgré qu'il en ait parlé puisque l'attaquant de deuxième année a marqué son deuxième but en troisième période, peu après que Stone ait compté dès la première minute de jeu de l'engagement.

«Il y a des gens moins fortunés que nous et je cherchais juste à en aider un. Soudainement, je me suis mis à bien jouer après avoir fait ça. Je crois plus ou moins au karma, mais il y a un peu de superstition là-dedans. Quand tu fais une bonne action, de bonnes choses arrivent ensuite pour une raison quelconque», a souligné Stone, qui a trois buts et deux passes à ses trois dernières parties, après une disette de huit parties sans point. La chance a aussi été de son côté en première quand il a reçu un coup de patin accidentel de Joffrey Lupul en pleine visière, ce qui l'a fait saigner du nez mais n'a pas causé plus de dommages.

Si ces gestes charitables sont contagieux, le prochain à avoir besoin de faire un don du genre est le centre Kyle Turris, qui est revenu au jeu après une absence de six parties samedi. Il n'a pas de but à ses 16 dernières sorties, remontant au 14 décembre dernier.

Son retour au centre du premier trio, entre Mike Hoffman et Bobby Ryan, a quand même donné plus de profondeur à l'attaque. L'entraîneur-chef Dave Cameron a décidé de ne pas rétrograder Jean-Gabriel Pageau, qui a gardé sa place sur la deuxième ligne avec Stone et Zack Smith. C'est plutôt Mika Zibanejad qui s'est retrouvé sur un troisième trio, entre Shane Prince et Alex Chiasson.

«Avec le résultat que nous avons eu (samedi), je ne pense pas que ces lignes vont changer, a dit Cameron. Nous avons joué avec beaucoup de vitesse, autant à cinq contre cinq qu'en désavantage numérique.»

Ayant chuté au dernier rang de la LNH, cette dernière unité a donné le ton en blanchissant les Leafs en quatre occasions avec l'avantage d'un homme. Après un but de Smith pour ouvrir le pointage à 19 secondes du début de la rencontre, Pageau a écopé d'une mineure qui a été écoulée sans problème et à sa sortie du cachot, il a alimenté Zibanejad sur une descente à deux contre un pour doubler l'avance des siens.

Bobby Ryan a réussi l'autre filet des siens, chassant le partant James Reimer à la faveur de Jonathan Bernier. Seul Pierre-Alexandre Parenteau a privé Craig Anderson d'un blanchissage en troisième, ce dernier s'avérant solide face aux 27 tirs des visiteurs pour freiner à trois la série de revers des Sénateurs.

Karlsson montre le chemin

Erik Karlsson avait dit vendredi qu'il se sentait en confiance et qu'il devait trouver un moyen d'entraîner ses coéquipiers dans son sillon.

Le capitaine des Sénateurs pouvait dire mission accomplie après le gain de 6-1 contre Toronto le lendemain, alors qu'il a préparé quatre buts des siens.

C'était la deuxième fois cette saison qu'il récoltait quatre passes dans un match, après le gain de 7-3 à Columbus le 14 octobre dernier. Le dernier défenseur à avoir accompli l'exploit est Chris Chelios, en 1994-1995.

«Nous sommes sortis de notre coquille et nous avons arrêté de penser pour juste jouer. C'est une bonne victoire, mais on ne peut pas s'emporter avec ça, comme on ne doit pas se décourager après une défaite. On se rend fous nous-mêmes avec certaines choses que nous faisons, notre manque de constance. On cherche encore des réponses à ça», a dit Karlsson après ce match où il a présenté un différentiel de plus-5.

Du même coup, le gagnant du trophée Norris de meilleur défenseur à deux occasions a rejoint Jamie Benn au deuxième rang des compteurs de la LNH avec 59 points, dont 48 passes (un sommet). «Ce n'est pas important pour moi, je préférerais être deuxième dans notre division, pour être bien honnête», a-t-il noté à ce sujet.

«Ce n'est pas surprenant avec lui, il est un des joueurs les plus dynamiques de la ligue, sinon le plus dynamique. Comme capitaine, on a besoin de telles performances de sa part et il le fait depuis le début de l'année», soulignait son coéquipier Mark Stone.

Dans ce gain, la recrue Ryan Dzingel a récolté son premier point en carrière, une passe sur le premier but de Curtis Lazar.

Il avait été rappelé de Binghamton plus tôt dans la journée tout comme le centre Nick Paul, mais ce dernier a été laissé de côté vu que Kyle Turris a été en mesure de revenir au jeu.

Il reste à savoir si un coup de coude de Mika Zibanejad à la tête de Tyler Bozak sera révisé par la LNH, ce dernier n'étant pas revenu au jeu par la suite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer