Un week-end peu reposant pour Karlsson

Erik Karlsson tentera de remporter le titre de... (Bruce Bennett, Getty Images/AFP)

Agrandir

Erik Karlsson tentera de remporter le titre de patineur le plus rapide de la LNH, samedi, lors du concours d'habiletés.

Bruce Bennett, Getty Images/AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Erik Karlsson aimerait profiter du week-end pour se reposer.

Ça risque d'être difficile. Seul représentant des Sénateurs d'Ottawa lors de la fin de semaine du match des étoiles, il devra passer les prochains jours en patins.

«J'ai l'habitude», disait celui qui prend part au rendez-vous annuel des stars pour la troisième fois de sa carrière.

«Il sera plus difficile pour moi de me reposer parce que je me retrouverai dans un environnement de hockey. Mais ce sera différent. Il y aura plus de plaisir que d'habitude. Ce sera moins sérieux.»

Le capitaine des Sénateurs tentera de remporter la Couronne du patineur le plus rapide de la Ligue nationale de hockey au concours d'habiletés, samedi. Dylan Larkin, Kristopher Letang et Brandon Saad seront ses rivaux.

Dimanche, il sera un des trois défenseurs représentant la section Atlantique, avec Justin Faulk et P.K. Subban, dans le tournoi à trois contre trois.

«Ce sera à moi de trouver des petites sources de distraction durant la fin de semaine pour m'éloigner de la pression. Nous avons tout besoin d'un petit répit, côté mental.»

Il faut dire que Karlsson était un peu à plat lorsqu'il a rencontré les journalistes de sa ville pour la dernière fois. C'était mardi soir. Son équipe venait de s'incliner, en temps réglementaire, devant les Sabres de Buffalo.

Il avait décoché neuf lancers dans cette partie. Un sommet pour lui cette saison. Il avait marqué un but. Ce n'était pas suffisant.

«J'avais l'impression de bien maîtriser mes lancers, mais je ne suis pas Ovechkine. Je ne suis pas un marqueur naturel. Je ne vais pas remplir le filet chaque soir», a-t-il dit.

Les Sénateurs ont entrepris la pause au 11e rang dans l'Association Est. Même après avoir connu un deuxième mois perdant consécutif, ils ne sont qu'à trois points des séries.

«Tout le monde est excité de profiter de quelques jours de congé. Les pauses sont rares dans une saison de hockey. Elles sont aussi nécessaires, c'est une question de survie.»

«Je m'attends donc à ce que tout le monde revienne bien reposé, prêt à reprendre le collier. Il nous reste 32 matches à jouer, selon mes calculs. Nous savons comment connaître une bonne fin de saison. Nous l'avons fait l'an dernier. Nous ne sommes pas dans une situation aussi périlleuse que l'an dernier, mais il faut commencer à engranger des points.»

«Gagner quand on connaît de bons matches. Gagner quand on connaît de mauvais matches. Peu importe. Il faut juste trouver des moyens de gagner.»

Karlsson peut aussi profiter des 32 parties qui vont rester pour améliorer ses chances de remporter un troisième trophée Norris.

Quatrième meilleur marqueur de la LNH, il se dirige vers une saison de 85 points.

Il y a un sacré bout de temps qu'un défenseur a connu une saison aussi productive. Le dernier à inscrire plus de 80 points dans une saison fut son compatriote Nicklas Lidstrom. C'est arrivé en 2005-2006.

«Pour qu'on puisse participer aux séries, je devrai jouer mon meilleur hockey chaque soir. C'est ma réalité. C'est la position dans laquelle je veux me trouver», complète-t-il.

«Je vais quand même essayer de profiter de mon séjour à Nashville pour oublier nos tracas pendant quelques jours. Passer du temps avec les gars là-bas, m'évader. Après, on verra. Nous sommes toujours dans la course. Nous sommes capables de faire une poussée en fin de saison.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer