Gâcher le retour de Lehner

L'ancien gardien d'avenir des Sénateurs, Robin Lehner, a... (Archives, Associated Press)

Agrandir

L'ancien gardien d'avenir des Sénateurs, Robin Lehner, a été échangé l'été dernier.

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La motivation ne devrait pas manquer pour les Sénateurs d'Ottawa mardi soir alors qu'ils disputeront leur dernière partie avant la pause du match des étoiles.

Avant de profiter d'un congé d'une semaine pour aller se prélasser sur des plages du Sud, ils auraient grand besoin d'une victoire pour montrer que celle de dimanche contre les Rangers de New York n'était pas un mirage. Ce faisant, ils gâcheraient aussi le retour au Centre Canadian Tire de leur ancien gardien Robin Lehner, qui devrait obtenir le départ alors que c'est Chad Johnson qui a affronté les Rangers lundi soir.

Lehner revient à peine d'une absence d'un peu plus de trois mois, lui qui avait subi une sévère entorse à une cheville lors du match inaugural de la saison, le 8 octobre contre ces mêmes Sénateurs. Il n'avait pas été impliqué dans la décision ce soir-là, quittant après 27: 30 de jeu en ayant alloué un but sur 12 tirs. Depuis son retour au jeu, il a encaissé trois défaites, même s'il a été solide comme l'indique son taux d'efficacité de ,934.

L'ancien gardien d'avenir des Sénateurs a été échangé l'été dernier avec David Legwand contre un choix de première ronde (21e au total) utilisé pour choisir l'espoir Colin White, rappelons-le.

«Il est un de nos bons amis à tous, il a été un bon gardien pour nous et il est une bonne personne. Les gars vont être heureux de le voir à nouveau alors qu'il revient d'une blessure. Mais c'est un gros match pour nous, on a pris du retard sur une place en séries et ça nous prend une victoire avant la pause. Il va falloir faire les bonnes choses comme contre n'importe quel autre gardien», soulignait l'attaquant Mark Stone lundi après l'entraînement des siens.

«Il va certes y avoir une compétition interne, plusieurs des gars aimaient beaucoup Robin, il était un bon coéquipier. Ils vont vouloir le battre, mais tout avantage qu'on peut avoir à le connaître est équilibré par le fait qu'il nous connaît aussi. Il va être excité et va vouloir revenir prouver que notre organisation s'est trompée à son sujet. Ce sont tous des facteurs qui vont entrer en jeu», estimait pour sa part l'entraîneur-chef Dave Cameron.

Un fier compétiteur, Lehner ne demanderait certes pas mieux que d'empocher sa première victoire contre son ancien club hier, mais il a tenté de diminuer l'importance de ce match devant les journalistes de Buffalo lundi.

«Ça fait quelques mois maintenant (qu'il a été échangé) et je sens vraiment que je fais partie de cette équipe. Ça va cependant être une partie amusante contre plusieurs bons amis, à un endroit où j'ai de bons souvenirs», a-t-il dit au Buffalo News.

Le cerbère suédois affrontera celui qui était dans son chemin pour le poste de gardien numéro un à Ottawa, Craig Anderson, qui vient de blanchir les Rangers sur 35 lancers.

«Pour moi, le gars qui est à l'autre bout n'a pas d'effet. Ce n'est pas comme quand j'étais jeune et que je devais affronter un Patrick Roy ou un Martin Brodeur, a indiqué Anderson. J'avais une excellente relation de travail (avec Lehner), on joue un style similaire, on a le même sens de l'humour. L'autre gardien est toujours celui qui comprend la position, donc c'est facile de lui parler... Comme moi quand je suis parti de Chicago, ce qui a bien tourné, il avait probablement besoin d'obtenir un nouveau départ et une chance (d'être numéro un).»

Anderson a une excellente fiche en carrière de 12-3-1 contre Buffalo, avec une moyenne de 2,18 et un taux d'efficacité de ,933.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer