Retour raté à la maison

Cal Clutterbuck a marqué le deuxième but des... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Cal Clutterbuck a marqué le deuxième but des siens, en deuxième période, permettant de niveler la marque 2-2.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir passé - presque - deux semaines à se promener aux quatre coins des États-Unis, les Sénateurs d'Ottawa étaient fébriles à l'idée de retrouver leurs partisans. Ils n'ont malheureusement pas été capables de souligner leur grand retour à la maison en leur offrant une victoire, vendredi.

Les grosses pointures des Islanders de New York ont pris les commandes du match en troisième période. Ils ont marqué trois buts sans riposte au retour du deuxième entracte pour s'en tirer avec une victoire de 5-2 au Centre Canadian Tire.

» Sommaire du match (NHL.com)

Un autre revers, donc. Les Sénateurs ont perdu huit matches en temps réglementaire à leurs 12 dernières sorties.

«Nous avons eu des problèmes généralisés dans cette troisième période. Partout sur la glace, on dirait que certains joueurs ne veulent pas la rondelle. Les Islanders ont tout fait correctement en troisième période. Nous avons tout fait de la mauvaise façon. C'est gênant», déclare Bobby Ryan.

Après le match de jeudi, au New Jersey, Dave Cameron rageait contre son équipe. 

Vers la fin de son point de presse, on a jugé bon lui poser une dernière question. Comment croyez-vous que votre formation réagira lors du match de vendredi?

«Bonne question. Vous devriez leur demander», avait-il répondu.

Le coach ne devait pas être trop satisfait lorsqu'il a vu le résultat. Les Sénateurs ont connu un autre lent départ. Ils ont écopé de trois pénalités mineures dans les 20 premières minutes du match contre les Islanders. Ils ont donc, en quelque sorte, commis les mêmes impairs que la veille face aux Devils.

«Au moins, nous avons réussi à survivre à cette période en allouant un seul but. Je n'étais donc pas complètement découragé», a-t-il commenté en fin de soirée.

Ils ont réussi à revenir dans le match. Ryan et Erik Karlsson, deux des rares joueurs qui ont continué de produire à un rythme satisfaisant dans les dernières semaines, ont déjoué coup sur coup Jaroslav Halak pour donner l'avance aux Sénateurs au mitan.

Le but de Karlsson était son 10e. Le capitaine a également profité de la soirée pour inscrire son 50e point de la saison.

Il se dirige allègrement vers la meilleure saison de sa carrière. Il n'avait jamais atteint le plateau des 50 points aussi rapidement dans une saison.

Ça ne va peut-être pas mener les Sénateurs en séries, mais...

Nick Leddy, Cal Clutterbuck, Travis Hamonic, John Tavares et Kyle Okposo ont marqué les buts des visiteurs.

Andrew Hammond, si solide dans la première partie de la soirée, n'a pas été capable de compléter le travail. Ça lui fait une seule victoire à ses sept dernières parties.

«Je ne suis pas différent des autres. Je dois mieux jouer», constate le gardien.

Les Sénateurs ont écopé d'une autre pénalité mineure au début du troisième tiers. Chris Neil est allé s'asseoir au banc pour coup de bâton.

On en parle parce que cette infraction mineure a permis au vétéran d'atteindre un plateau digne de mention. Il est officiellement devenu le 26e joueur de l'histoire de la Ligue nationale de hockey à passer 2400 minutes au cachot.

Une autre fracture pour Michalek

Milan Michalek a subi une fracture à un... (Adrian Wyld, PC) - image 3.0

Agrandir

Milan Michalek a subi une fracture à un doigt - une autre - en bloquant un lancer.

Adrian Wyld, PC

Il faut être drôlement malchanceux pour subir une fracture à un doigt en bloquant un lancer. Imaginez un peu quand cela se produit deux fois dans la même saison!

Milan Michalek avait déjà donné. Après avoir bloqué un lancer de Radko Gudas, dans le match du 1er décembre dernier contre les Flyers de Philadelphie, il s'était retrouvé sur la touche pendant un mois. Son sacrifice l'a fait rater 16 rencontres.

Très mauvaise impression de déjà-vu pour l'ailier tchèque, donc. La deuxième période tirait à sa fin, vendredi, quand il a bloqué un autre tir avec son gant droit. Il a secoué la main avec vigueur avant de rentrer au banc. Il a tout de suite compris que ça n'allait pas.

Les rayons X ont tôt fait de révéler une nouvelle fracture.

«Une grosse perte pour nous. Je ne vous le dirai jamais assez. Milan est un vrai pro. Nous venons d'en recevoir une nouvelle preuve. Il faisait son travail correctement quand il s'est blessé. Voir un joueur se blesser en se sacrifiant pour ses coéquipiers, ça m'arrache le coeur», commente Dave Cameron.

L'entraîneur-chef n'est pas le seul à pleurer la perte de Michalek.

«Quelle malchance! C'est tellement malheureux. Quand Milan est revenu au jeu au début du mois, il nous a rapidement communiqué son énergie. Il a recommencé à se comporter comme un leader. La complicité s'est rapidement installée entre moi, Mika et lui», souffle Bobby Ryan.

«Milan, c'est un vrai leader silencieux. Dans la dernière portion de la saison, alors que nous allons nous battre pour une place en séries, nous aurions grand besoin de lui», croit Mark Borowiecki.

Le courageux défenseur a lui aussi rentré au vestiaire après avoir bloqué un lancer au troisième tiers. Il n'est toutefois pas blessé sérieusement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer