Que diable s'est-il passé?

Le plus long voyage de la saison a pris fin exactement comme il a débuté. (Associated Press)

Agrandir

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le plus long voyage de la saison a pris fin exactement comme il a débuté.

Les Sénateurs d'Ottawa ont entrepris leur périple d'une douzaine de jours à travers les États-Unis, le 10 janvier, en recevant une raclée à Washington.

Ils l'ont complété jeudi au New Jersey en recevant une deuxième leçon de hockey.

Une remontée tardive n'a pas changé l'issue de la soirée. Les Sénateurs avaient quand même le caquet bas en quittant le Prudential Center au terme d'un revers de 6-3.

«Ce soir, j'ai l'impression qu'un club de calibre junior s'est frotté à un club de la Ligue nationale», a lancé avec dépit le capitaine perdant Erik Karlsson.

Les Devils ont eu besoin d'une séquence de neuf minutes et sept lancers au but, au premier tiers, pour se forger une avance insurmontable. Après, ils ont pu se la couler douce.

Que diable s'est-il passé?

Après avoir passé 12 longues journées sur la route, les Sénateurs étaient peut-être fatigués. Ils avaient peut-être déjà la tête dans l'avion qui devait les ramener à la maison.

«En tout cas, les gars ne pouvaient pas être fatigués. Dans ce voyage, ils ont plus de journées de congé et de repos qu'ils pouvaient en demander», a craché l'entraîneur-chef Dave Cameron.

Les Sénateurs se sont possiblement fait jouer un tour. Un trio inattendu a mené la charge pour les Devils.

D'ordinaire, un club qui débarque au New Jersey sait à quoi s'en tenir. Il suffit de museler Michael Cammalleri, Lee Stempniak et Adam Henrique pour connaître une petite soirée tranquille.

Jeudi, pour une rare fois, c'est le deuxième trio du club de John Hynes qui s'est manifesté.

Tout a commencé par l'éveil de la recrue Joseph Blandisi.

Les amateurs de hockey de la capitale se souviennent peut-être de ce gamin qui a disputé une soixantaine de parties chez les 67's d'Ottawa de la LHOntario entre 2012 et 2014.

Blandisi disputait jeudi son neuvième match dans la LNH. Dans les huit premiers, il avait obtenu deux maigres mentions d'aide.

Il a été le premier à marquer un but aux dépens de Craig Anderson.

Dans le temps de le dire, il a ajouté deux passes payantes à sa fiche pour la soirée.

Kyle Palmieri a réussi un doublé. Travis Zajac a chassé le vétéran gardien américain quand il a mis fin à une disette de 27 parties sans marquer.

Andrew Hammond, qui n'avait pas joué depuis Washington, a pris la relève. Ses coéquipiers n'ont pas tout de suite cessé de commettre des bourdes. Zack Smith a échappé la rondelle en zone neutre. Lee Stempniak s'est échappé pour marquer.

Les Sénateurs n'avaient pas alloué cinq buts dans une période depuis le 26 mars 1995.

Ce soir-là, les pauvres Craig Billington et Don Beaupré avaient goûté à la médecine des jeunes Nordiques de Québec.

«Nous n'étions pas capables de mettre un frein à l'hémorragie. Je ne comprends toujours bien pas ce qui nous est arrivé», dit Mika Zibanejad.

Le Suédois, Mike Hoffman et Cody Ceci ont inscrit les buts d'Ottawa en fin de match. C'était trop peu... et beaucoup trop tard.

Henrique a complété la marque dans un filet désert.

Hoffman était de la partie

Le plus long voyage de la saison a pris fin exactement... (Associated Press) - image 3.0

Agrandir

Associated Press

Ç'aurait pu être pire.

Au moins, Mike Hoffman a joué.

Lundi, quand le meilleur buteur des Sénateurs a quitté la patinoire flanqué d'un soigneur, à San Jose, on craignait le pire. Commotion cérébrale? Fracture de la clavicule?

Dans les deux cas, il aurait pu s'absenter pendant une très longue période.

Trois jours plus tard, il s'est déclaré apte à jouer. Touchant du bois, il a expliqué aux journalistes qu'il avait évité le pire.

«Je ressens surtout des raideurs au cou. J'ai eu des maux de tête, aussi, à cause du whiplash. Sincèrement, je m'en tire à bon compte. Mes blessures auraient pu être bien plus sérieuses. Je suis pas mal chanceux de ne pas me retrouver sur la liste des blessés à long terme», a-t-il résumé.

C'est quand même ironique, quand on y pense. Les entraîneurs des Sénateurs reprochent souvent à Hoffman de ne pas foncer avec suffisamment d'autorité vers le filet adverse.

«Je ne me souviens pas d'avoir déjà heurté un poteau de cette manière, dit le hockeyeur de Kitchener. Ce sont des choses qui arrivent. Je me répète, mais je suis vraiment chanceux d'avoir heurté le poteau avec mon cou. J'ai déjà subi une fracture de la clavicule et c'est une des pires blessures qu'un joueur peut subir.»

Tous les joueurs n'ont pas eu cette chance. Kyle Turris espérait aussi prendre part à la rencontre. Il n'avait jamais raté un match depuis le jour où il s'était joint aux Sénateurs.

Il a fini par abdiquer. Il n'a même pas pris part à la période d'échauffement.

Par mesure de sécurité, Matt Puempel avait été rappelé de Binghamton. Dave Cameron n'a finalement pas eu besoin de lui.

Fredrik Claesson a été renvoyé chez les Senators de la Ligue américaine. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer