Les Sénateurs volent la victoire aux Kings

Le Sénateurs célèbrent le but de Mark Borowiecki... (Mark J. Terrill, AP)

Agrandir

Le Sénateurs célèbrent le but de Mark Borowiecki dans un filet désert, en fin de troisième période.

Mark J. Terrill, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(LOS ANGELES) Il restait 15 minutes à écouler à la troisième période, samedi. Les Sénateurs d'Ottawa tiraient de l'arrière par deux buts. Aussi bien dire qu'ils étaient cuits.

Jonathan Quick était devant le filet des Kings de Los Angeles. Quick n'avait pas subi un seul revers en temps réglementaire à ses huit dernières parties.

En plus, il n'avait presque pas vu de caoutchouc de l'après-midi. Il était donc frais et dispos pour affronter une tentative de remontée tardive.

Quick est humain. Il a laissé passer trois lancers sur six. Les Sénateurs sont revenus de l'arrière. Ils ont signé une victoire de 5-3.

>> Sommaire du match (NHL.com)

«Nous avions besoin d'un petit coup de pouce. Nous avons reçu ce coup de pouce. J'ai bien hâte de voir où ce coup de pouce nous mènera», a lancé Bobby Ryan après la partie.

L'Américain a inscrit le premier des quatre buts consécutifs de son équipe au troisième tiers.

Jean-Gabriel Pageau, Mika Zibanejad et Mark Borowiecki (dans un filet désert) ont complété la remontée.

«Si c'est le plus beau but que j'ai marqué dernièrement? Je l'ignore, mais c'est nettement le but le plus important que j'ai marqué depuis un bout», a déclaré le défenseur défensif.

Il n'avait pas marqué depuis le 8 décembre 2015.

Cette victoire n'efface quand même pas tout.

Samedi, c'est le nouveau centre des Kings, Vincent... (Luis Sinco, Los Angeles Times via AP) - image 2.0

Agrandir

Samedi, c'est le nouveau centre des Kings, Vincent Lecavalier, qui a bondi sur une rondelle libre pour marquer son premier but de la saison. Son premier but depuis le 1er avril 2015.

Luis Sinco, Los Angeles Times via AP

Les Sénateurs tiraient de l'arrière par deux buts avec une quinzaine de minutes à faire au match et c'était entièrement leur faute. Ils ont joué - une fois de plus - avec indiscipline.

Dans les 40 premières minutes de la partie, ils ont permis à l'attaque massive des Kings de se délier les jambes à trois reprises.

Avec Anze Kopitar, Drew Doughty, Tyler Toffoli, Jake Muzzin et Milan Lucic, la première vague fait carrément peur.

Les Sénateurs n'étaient pas vraiment équipés pour faire face à ce quintette. Dans leur séquence de 1-8-1 à l'étranger, ils n'avaient pas exactement brillé en désavantage numérique. Ils avaient alloué 23 buts en 34 tentatives.

Comme si ce n'était pas suffisant, les Kings ont aussi obtenu un lancer de pénalité durant la deuxième période. Erik Karlsson était en beau fusil contre les officiels. Ces derniers n'ont pourtant qu'appliqué le livre des règlements à la lettre. Le capitaine des Sénateurs s'y est pris à deux mains pour freiner Toffoli dans son élan.

«J'ai été chanceux. Il a fait une superbe feinte. J'ai réussi à stopper un tout petit bout de la rondelle», a indiqué Craig Anderson. Le vétéran gardien a freiné l'ancienne gloire des 67's d'Ottawa quand il a obtenu son lancer franc.

Il venait de signer sa 200e victoire en carrière dans la LNH.

Toffoli a savouré sa revanche en inscrivant le troisième but de son équipe - à forces égales - au début du troisième tiers.

Ce n'est finalement pas la première vague qui a fait mouche, mais bien la seconde. Dans sa récente transaction avec les Flyers de Philadelphie, le directeur général des Kings, Dean Lombardi, est allé chercher quelques acteurs de soutien intéressants.

Samedi, c'est le nouveau centre de la deuxième vague du jeu de puissance, Vincent Lecavalier, qui a bondi sur une rondelle libre pour marquer son premier but de la saison. Son premier but depuis le 1er avril 2015.

Jeff Carter a été l'autre marqueur de Los Angeles.

Cameron a de bons mots pour Chiasson

Alex Chiasson... (Étienne Ranger, Archives LeDroit) - image 4.0

Agrandir

Alex Chiasson

Étienne Ranger, Archives LeDroit

«Je suis satisfait des efforts fournis par Alex. Je suis satisfait de l'attitude d'Alex. Ce sont les résultats qui laissent à désirer.»

Dave Cameron a fait cette déclaration lourde de sens, tout de suite après avoir annoncé qu'Alex Chiasson récupérait sa place dans la formation après avoir passé quatre parties dans les gradins.

Le Québécois a remercié son entraîneur en marquant le premier but des Sénateurs. Il s'agissait de son premier but en 27 parties.

«Ce n'est pas la première fois que je traverse une longue léthargie. Quand tu marques le premier but qui te permet de t'en sortir, tu as l'impression d'avoir des ailes. Tout d'un coup, tu disposes d'une demi-seconde supplémentaire pour compléter un jeu chaque fois que tu t'empares de la rondelle», a commenté le joueur, tout en faisant le souhait de marquer d'autres buts prochainement.

«Je n'ai pas vraiment les moyens de me permettre une longue léthargie en ce moment.»

Pour permettre à Chiasson de reprendre sa place, Cameron a rayé Max McCormick de la formation débutante.

L'entraîneur-chef a procédé à un autre changement face aux Kings. Fredrik Claesson a joué à la place de Chris Wideman à la ligne bleue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer