Le secret d'Andrew Hammond

Andrew Hammond... (Paul Chiasson, Archives PC)

Agrandir

Andrew Hammond

Paul Chiasson, Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(LOS ANGELES) Andrew Hammond finira bien par rejoindre ses coéquipiers. Quand? C'est un mystère.

Le gardien de buts numéro deux a quitté les Sénateurs de façon précipitée lundi. La direction de l'équipe avait simplement affirmé qu'il avait une «affaire personnelle» à régler.

Le journaliste qui a cherché à en savoir davantage, mardi, a été accueilli avec une brique et un fanal. «Qu'est-ce qu'on vous a dit? C'est une situation personnelle. Tout ce que vous avez besoin de savoir, c'est que c'est personnel», a lancé Cameron.

Hammond ne reviendra pas à temps pour le match de mercredi. Chris Driedger devrait seconder Craig Anderson contre les Ducks.

Les Sénateurs effectueront ensuite des arrêts à Los Angeles, à San Jose et au New Jersey avant de rentrer à la maison.

«Je ne sais pas exactement quand Andrew reviendra. Oui, je m'attends à ce qu'il revienne un jour ou l'autre. Il s'occupe d'une affaire personnelle. Je n'ai rien d'autre à dire à ce sujet», a-t-il tranché.

Fin de la discussion.

En l'absence de Hammond, Craig Anderson pourrait fort bien affronter, coup sur coup, les trois formations californiennes.

Il s'agit d'une belle opportunité pour le vétéran qui était sur la liste des blessés lors du dernier passage des Sénateurs en Californie.

Devant les caméras, il feint l'indifférence. «Pour moi, nos trois prochains matches sont des matches comme tous les autres. Je suis bien conscient que nous allons affronter trois grosses équipes dans la prochaine semaine. Mon rôle à moi ne change pas. Je dois arrêter la rondelle le plus souvent possible pour donner une chance à mes coéquipiers de l'emporter», résume-t-il.

La prochaine victoire d'Anderson sera quand même sa 200e dans la LNH. Ce n'est pas un exploit à la portée de tous. Seulement 78 gardiens l'ont fait avant lui.

L'occasion qui se présente est belle. Les Ducks ont beaucoup de mal à marquer des buts.

«Je ne fais pas attention à ces choses-là, répond l'athlète de 34 ans. Toutes les équipes de la LNH misent sur des bons joueurs. Donc, toutes les équipes peuvent marquer.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer