Les Sénateurs ont manqué de temps

Les Panthers de la Floride ont fait ce qu'ils devaient faire. Ils sont venus à... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Panthers de la Floride ont fait ce qu'ils devaient faire. Ils sont venus à Kanata et ils ont prolongé leur historique séquence de victoires.

Ils ont gagné un 11e match consécutif, jeudi. Ils ont battu les Sénateurs d'Ottawa 3-2.

Ça n'a pas été un match parfait. Les Sénateurs ont quitté la patinoire avec l'impression qu'ils méritaient de gagner. Et ils avaient sans doute raison.

«On pourra penser ce qu'on veut... À la fin de la journée, le résultat n'a pas été au rendez-vous», a lancé un Dave Cameron amer en fin de soirée.

Les Sénateurs ont alloué seulement 16 tirs à leurs adversaires. Ils ont possiblement joué leur meilleur match défensif de toute la première moitié de la saison.

Ils ont lancé deux fois plus souvent vers le filet floridien.

Roberto Luongo, gardien de buts de l'heure dans la Ligue nationale de hockey, a fait ce qu'il devait faire. Il a multiplié les gros arrêts pour empocher sa neuvième victoire consécutive. Durant cette séquence de neuf victoires, il a encaissé seulement 11 buts.

Max McCormick et Milan Michalek ont été les seuls joueurs à le déjouer au Centre Canadian Tire.

Il s'agissait du premier but de McCormick dans la Ligue nationale de hockey.

À n'en point douter, les Panthers débarquaient à Ottawa plein de confiance. Ils n'avaient pas subi la défaite depuis le 12 décembre.

Cameron n'avait pas trop voulu s'étendre sur les surprenantes performances de «l'autre» club durant les conférences de presse qui avaient précédé le match. Il s'était contenté de rappeler que sa troupe avait rendu visite aux Chats deux fois en décembre. «Nous avons offert deux performances pitoyables dans ces rencontres», avait-il souligné.

Il pourra toujours bien se consoler en se disant qu'à leur premier match à la maison en 2016, ses joueurs n'ont pas été pitoyables. Loin de là.

Sauf pour un très court segment de huit secondes, au premier tiers, durant lequel ils ont encaissé deux buts.

Craig Anderson n'y pouvait rien. La bête noire des Panthers a été victime de deux très mauvais jeux de ses défenseurs.

Il y a d'abord eu Patrick Wiercioch. En reculant un peu trop vite, il a donné à Reilly Smith l'écran dont il avait besoin pour ouvrir la marque. L'action venait à peine de reprendre lorsque Fredrik Claesson a effectué une passe parfaite à Vincent Trocheck, au beau milieu de l'enclave.

«Ça ne s'explique pas. C'est ça, le hockey», dit le coach.

Deux buts alloués en huit secondes. Il s'agit d'un nouveau record d'équipe pour Ottawa. En novembre 1993, les médiocres Sénateurs qui en étaient à leur deuxième saison avaient encaissé deux buts en 11 secondes sur la patinoire du vieux Winnipeg Arena.

Il se trouve qu'Anderson n'avait pas été trop occupé jusqu'à ce moment. Les tirs décochés par Smith et Trocheck étaient les deux premiers des Panthers.

Quand il a finalement réussi un arrêt, sur le troisième tir de la soirée, on a entendu des applaudissements moqueurs provenant des gradins du CCT. Cruel.

Aleksander Barkov a inscrit le but de la victoire au troisième tiers.

Anderson prend le blâme

Max McCormick ne pouvait s'empêcher de sourire après... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Max McCormick ne pouvait s'empêcher de sourire après avoir marqué son premier but dans la LNH.

Etienne Ranger, LeDroit

«C'est ma faute. Je suis responsable de cette défaite», a lancé un Craig Anderson abattu après la rencontre.

On aura beau lui dire que ses défenseurs ne l'ont pas aidé. Qu'ils ont commis deux grosses bourdes pour permettre aux Panthers de prendre les devants par deux buts au premier tiers.

Le gardien d'expérience des Sénateurs ne veut rien entendre.

«Mon travail consiste à effectuer le gros arrêt pour dépanner mes coéquipiers lorsqu'ils ont besoin de moi. Ce soir, je n'ai pas été capable de réussir ce gros arrêt», a-t-il déploré.

«J'étais debout devant mon filet, je n'étais pas trop occupé. J'étais bien placé pour voir mes coéquipiers livrer une grosse performance. Je n'ai pas été capable de faire ma part pour leur donner la victoire qu'ils auraient mérité», a conclu celui qui fut, avec Erik Karlsson, le joueur le plus utile aux Sénateurs durant la première moitié de la saison.

Les Sénateurs ont disputé leur 41partie de la saison jeudi. Ils présentent une fiche de 19-16-6.

Il y avait un contraste frappant entre la déception d'Anderson et la satisfaction de Max McCormick, en fin de soirée, jeudi.

La recrue ne pouvait s'empêcher de sourire après avoir marqué son premier but dans la LNH.

«Ce but, j'en ai rêvé pendant des années. Je suis vraiment fier d'avoir réussi à le marquer aux dépens d'un gardien de renom comme Roberto Luongo, mais j'aurais été tout aussi fier de déjouer n'importe quel autre gardien.»

En jouant de cette façon, l'ancien des Buckeyes de l'université Ohio State ne risque pas de perdre son poste de sitôt à Ottawa.

«Il complète vraiment très bien notre troisième trio, avec Page et Laser. Ils n'ont pas peur de se salir le nez. Ils nous donnent beaucoup d'énergie. Toutes les bonnes équipes de la LNH ont un trio comme celui-là», croit Dave Cameron.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer