Un éclopé et deux revenants

Mika Zibanejad a eu très peur. Quand le bâton de Jori Lehtera s'est glissé sous... (Archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mika Zibanejad a eu très peur. Quand le bâton de Jori Lehtera s'est glissé sous sa visière, lundi soir à Saint-Louis, il a vraiment cru pendant un moment qu'il perdrait l'usage de son oeil droit.

«Tout est rentré dans l'ordre maintenant. Je peux voir. C'est vraiment le plus important. On peut dire que j'ai été très chanceux dans ma malchance», déclare-t-il.

«Au début, je ne voyais presque rien, mais j'étais bien conscient qu'il y avait du sang partout. J'étais vraiment inquiet. Je n'avais jamais rien vécu de tel. Aujourd'hui, je me sens très, très chanceux.»

Tellement chanceux qu'il ne devrait pas rater une seule autre présence sur la patinoire. Il ne sera peut-être pas à son meilleur lorsque les caméras de télévision se braqueront vers lui, jeudi soir. L'incident dans lequel il a été impliqué lui a laissé un oeil noir des ligues majeures.

Il sera quand même à son poste lorsque les Sénateurs d'Ottawa accueilleront les Panthers de la Floride au Centre Canadian Tire.

L'infirmerie se vide tranquillement.

Après avoir raté cinq semaines de travail parce qu'il s'était fracturé un doigt, Milan Michalek entend récupérer son poste.

«J'ai encore un peu mal à la main, mais ça devrait aller», promet le peu bavard vétéran tchèque.

Il ne serait pas le seul revenant dans ce match.

Après avoir raté six parties en raison d'une blessure à la cage thoracique, Cody Ceci pourrait aussi reprendre son poste. «On verra bien. Je me sens très bien en ce moment et j'ai l'intention de jouer, mais si je ressens de la douleur à mon réveil jeudi matin, je devrai peut-être changer mes plans», indique le défenseur numéro trois.

Il va sans dire que le retour combiné de ces trois joueurs d'impact changerait le visage des Sénateurs.

L'équipe a remporté seulement deux de ses sept dernières rencontres.

Une bête noire

Le prochain défi ne sera pas plus facile. Les Panthers forment l'équipe de l'heure dans la Ligue nationale de hockey. Ils viennent de remporter leurs 10 dernières parties.

Dave Cameron n'a pourtant pas trop l'air de se soucier de l'impressionnante fiche de ses prochains adversaires.

«Ce qui me chicote, c'est que nous avons eu la chance de les affronter à deux reprises en décembre. Chaque fois, nous avons été pitoyables», rage l'entraîneur-chef.

«Nous nous retrouvons dans une lutte. Nous allons probablement lutter jusqu'à la toute fin. Dans les trois dernières parties, j'ai bien aimé le rendement de notre équipe. Le résultat n'a pas été au rendez-vous dans deux de ces trois parties, mais notre façon de faire les choses était la bonne. Le défi, maintenant, c'est de répéter. Plus le temps va passer, plus ce sera difficile. Tout va se passer plus rapidement. Les petits jeux cutes qui fonctionnaient en début de saison ne fonctionneront plus.»

Bien entendu, le retour au jeu des blessés devrait aider.

«Le plus gros avantage, c'est que le retour des vétérans permettra à certains joueurs de retrouver des rôles différents; des rôles qui leur conviendront davantage», dit Cameron.

Le retour de Ceci et Michalek pourrait pousser certains joueurs à passer quelques soirées dans les gradins. Les Américains Shane Prince et Chris Wideman pourraient être les premiers à écoper.

David Dziurzynski a quant à lui été soumis au ballottage, mercredi midi. S'il n'est pas réclamé par une autre organisation de la LNH, il retournera sans doute à Binghamton.

MacArthur patine

Mika Zibanejad a eu très peur. Quand le... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Contrairement à Milan Michalek et Cody Ceci, Clarke MacArthur est loin d'être prêt à reprendre sa place dans la formation débutante.

Toutefois, sa présence sur la patinoire mercredi matin a eu pour effet de remonter le moral de tous au Centre Canadian Tire.

Le vétéran ailier, à l'écart du jeu depuis bientôt trois mois en raison d'une commotion cérébrale majeure, a effectué quelques tous de glace vêtu d'un survêtement sportif.

«Premièrement, Clarke est un coéquipier. Il est un être humain. Il est un bon coéquipier. Les gars se font du souci pour lui. La blessure qu'il a subie est sérieuse. Certains joueurs ont été obligés de mettre un terme à leurs carrières parce qu'ils ont subi des blessures similaires», souligne Dave Cameron.

«Le simple fait de revoir Clarke sur patins, c'est énorme», a-t-il enchaîné.

Les médecins des Sénateurs ne croient pas que la carrière de MacArthur soit compromise. Dans un entretien avec les médias, le mois dernier, le directeur général Bryan Murray a même laissé entendre qu'il pourrait recommencer à jouer d'ici la fin de la saison régulière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer