De quel bois Chabot et White se chauffent-ils?

On attendait Chabot au CMJ de 2017. Tout... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

On attendait Chabot au CMJ de 2017. Tout porte à croire qu'il aura finalement un rôle important à jouer à la ligne bleue canadienne dès 2016.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Championnat mondial de hockey junior (CMJ) débute samedi matin. Il s'agit d'un événement incontournable sur le calendrier sportif. «C'est un des rares événements pour lesquels je serais prêt à payer si je devais me procurer des billets», admet Pierre Dorion.

Le directeur général adjoint fera partie d'une petite délégation d'une demie douzaine de représentants des Sénateurs d'Ottawa qui passeront une bonne partie du temps des Fêtes en Finlande. Cette année, le CMJ aura un cachet tout particulier pour eux. Cinq de leurs espoirs seront de la partie.

Même s'il suivra avec intérêt les performances des Européens Andreas Englund, Filip Chlapik et Christian Jaros, on sent que Dorion est particulièrement anxieux de voir ce que les Nord-Américains Thomas Chabot et Colin White feront.

Les deux joueurs qui ont été repêchés en première ronde par son club l'été dernier ont réussi à causer la surprise en se faufilant. Chabot devrait faire partie du top-6 en défensive d'Équipe Canada. White sera un des adjoints au capitaine de Team USA.

«C'est un tournoi qui regroupe les meilleurs joueurs de 19 ans de la planète. Retrouver ces deux joueurs de 18 ans au sein de deux équipes de pointe, deux équipes qui devraient se battre pour la médaille d'or, ça fait un petit velours. Ça nous en dit long sur les joueurs que nous avons repêchés», commente-t-il.

Voici un bref survol des joueurs que les partisans des Sénateurs voudront suivre dans les 11 prochains jours.

THOMAS CHABOT

Défenseur, Canada

«Nous avons surpris bien des gens quand nous l'avons repêché là où nous l'avons repêché», acquiesce Dorion.

Ce n'est pas que Chabot avait mauvaise réputation en juin dernier. Il n'avait simplement pas impressionné suffisamment de dépisteurs pour lui valoir la réputation d'un joueur qui pourrait être sélectionné au 18e rang de la première ronde.

Il avait encore moins épaté les bonzes de Hockey Canada. Ces derniers n'avaient même pas daigné lui offrir une invitation à leur camp d'évaluation estival.

Une blessure lui a finalement permis d'obtenir son ticket pour Calgary à la fin de l'été. Un gros début de saison chez les Sea Dogs de Saint-Jean lui a valu sa place au camp de sélection final d'Équipe Canada Junior en décembre.

On attendait Chabot au CMJ de 2017. Tout porte à croire qu'il aura finalement un rôle important à jouer à la ligne bleue canadienne dès 2016.

«Nous étions convaincus de son talent lorsque nous l'avons repêché. La décision de Hockey Canada de l'inclure dans l'équipe dès cette année nous confirme qu'on savait ce qu'on faisait.»

Dorion est bien placé pour savoir qu'un défenseur à caractère offensif de 18 ans peut laisser sa marque au CMJ. En 2009, quelques mois après avoir été repêché, Erik Karlsson a inscrit neuf points en six parties pour l'équipe de Suède.

L'homme de hockey franco-ontarien ne veut pas ajouter trop de pression à son jeune défenseur beauceron. Il ne lui demandera pas d'en faire autant.

«Tout dépendra du rôle qui lui sera confié. Si on l'utilise dans l'attaque massive, il devra produire. Sinon, il devra trouver d'autres façons d'aider son équipe.»

COLIN WHITE

Attaquant, États-Unis

«Savez-vous épeler les mots Frank et Selke?»

Le dépisteur des Sénateurs chargé d'évaluer les joueurs dans les écoles secondaires et dans les universités du nord-est des États-Unis, Lewis Mongelluzzo, jubilait. Dorion avait utilisé son deuxième choix de première ronde pour sélectionner White, un attaquant originaire de la grande région de Boston.

Alors que les journalistes cherchaient à en apprendre davantage sur cet espoir un peu méconnu, la première personne à qui ils s'adressaient plaçait la barre plutôt haute.

White venait à peine d'enfiler son chandail et sa casquette des Sénateurs. Mongelluzzo lui prédisait une brillante carrière, dans laquelle il remportera le trophée Frank-Selke, à titre de meilleur attaquant à caractère défensif dans la LNH.

La déclaration a été prise avec un grain de sel. Le dépisteur au style flamboyant a tendance à en beurrer épais.

Six mois plus tard, il faut reconnaître que son protégé n'a rien fait pour lui faire regretter ses propos.

White a inscrit 23 points à ses 16 premiers matches en carrière chez les Eagles de Boston College. «Selon ce qu'on me dit, il est aussi constant dans ses efforts que dans ses performances», souligne Dorion.

White passe de moins en moins inaperçu. Dans une récente entrevue accordée à la station de radio TSN 1200, à Ottawa, l'analyste Pierre McGuire a indiqué qu'il pourrait être prêt à jouer dans la LNH très bientôt. Peut-être même l'automne prochain.

Les Sénateurs ne sont peut-être pas rendus aussi loin dans leurs projections. «On me dit qu'il sera un des adjoints au capitaine de Team USA durant le Championnat mondial. Je vous rappelle qu'il n'a que 18 ans. Ça en dit long sur son caractère», croit Dorion.

ANDREAS ENGLUND

Défenseur, Suède

À sa deuxième participation au CMJ, le colosse de six pieds et trois pouces sera le capitaine de la formation suédoise. «Il suit le chemin qu'il doit suivre», fait Dorion. Le DG adjoint des Sénateurs a toujours bien aimé ce joueur qu'il a repêché en deuxième ronde en 2014. «Les défenseurs à caractère défensif n'obtiennent pas toujours le respect qu'ils méritent. Ils peuvent quand même aider une équipe à gagner. Andreas n'impressionnera jamais personne avec ses habiletés offensives, mais il pourrait être un des joueurs que nous enverrons sur la patinoire pour protéger une avance de 2-1 en fin de match. On pourrait offrir à Englund la possibilité d'évoluer à Binghmaton l'an prochain.

CHRISTIAN JAROS

Défenseur, Slovaquie

Un autre gros défenseur à caractère défensif. Les Sénateurs ont repêché Jaros à 19 ans, l'an dernier. Ils ont pu le sélectionner avec un modeste choix de cinquième ronde. «Christian est en voie de devenir un bel espoir pour notre organisation», dit Dorion. Jaros a entrepris la saison en première division en Suède. Après quelques parties, il a été cédé à un club de deuxième division. «Ça n'a rien à voir avec son jeu. Un riche commanditaire a décidé d'offrir tout plein de joueurs de talent à son club. Il a écopé.»

FILIP CHLAPIK

Centre, République tchèque

Les attentes envers l'attaquant tchèque semblent peu élevées. Il a été repêché en deuxième ronde l'été dernier et il a inscrit 23 points en 26 parties chez les Islanders de Charlottetown de la LHJMQ cette saison. Mais il demeure jeune. À 18 ans. Son équipe ne fait pas partie des favorites au CMJ. «Ce sera une première expérience pour lui. Il est intelligent. Il est un habile fabricant de jeux. Il est doué. Il doit simplement apprendre à travailler de façon plus constante», dit Dorion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer