Wiercioch apprécie les responsabilités qu'on lui confie

Patrick Wiercioch a passé près de 30 minutes sur... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Wiercioch a passé près de 30 minutes sur la glace dimanche.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il n'y a pas qu'Erik Karlsson qui a dû jouer plus souvent qu'à son tour dimanche à Tampa Bay.

Patrick Wiercioch a été le deuxième défenseur le plus utilisé des Sénateurs alors que Mark Borowiecki avait été expulsé tôt dans le match et que Cody Ceci a déclaré forfait après une période. Il a passé pas moins de 29:14 minutes sur la glace et il n'a été sur la glace que pour un but de l'adversaire, le dernier réussi dans un filet désert.

«Patrick a été très bon récemment, il lit le jeu simplement et fait des jeux simples. Il 'compétitionne' et il retrouve le niveau de jeu avec lequel il a fini la saison dernière», notait Dave Cameron lundi.

En deuxième moitié de saison en 2014-2015, Wiercioch s'était assez imposé pour se faire inviter au Championnat mondial par Équipe Canada. Il en a arraché au début de la présente campagne, au point où il a été retranché de l'alignement à cinq occasions par son entraîneur alors qu'il était en santé.

«Quand tu joues plus souvent, tu es plus confiant, c'est certain», souligne le défenseur de 25 ans qui a seulement trois passes à sa fiche cette saison, avec un différentiel de moins-5.

«J'ai aimé ça jouer autant, ça ne m'était pas arrivé depuis mes années à l'université. On aurait aimé un résultat différent, c'est certain, mais on a quand même bien composé avec la situation. Quand tu joues bien et que tu déplaces la rondelle rapidement, tu ne sens pas la différence entre jouer autant et jouer 18-20 minutes. Tu le ressens plus quand tu essaies d'aller chercher un but et que tu montes et descends la patinoire à quelques occasions», a-t-il ajouté.

Pendant la rencontre, Cameron a séparé Karlsson et son partenaire habituel, Marc Méthot, Wiercioch remplaçant ce dernier aux côtés du capitaine, qui a joué 36:34 minutes, un record personnel.

«C'était amusant de jouer avec Erik, je n'avais pas été son partenaire aussi longtemps lors des trois dernières années probablement. Il s'ajuste à n'importe quel partenaire et il fait des choses qu'aucun autre défenseur ne peut faire. C'est le fun de le regarder aller quand tu es à sa gauche», notait Wiercioch.

Cameron a laissé entendre que l'expérience pourrait possiblement se répéter dans le futur.

«On a séparé 'Karl' (Karlsson) et Méthot pour mieux distribuer leur temps de glace, en sachant très bien que 'Karl' serait le cheval qu'on utiliserait le plus, comme à tous les matches. Les quatre ont bien répondu et on a aimé la paire formée par Erik et Patrick», a indiqué l'entraîneur-chef.

Pas d'audience pour Borowiecki

Il n'y a pas qu'Erik Karlsson qui a dû jouer plus souvent... (Associated Press) - image 3.0

Agrandir

Associated Press

Expulsé du match après 100 secondes dimanche à Tampa Bay pour une mise en échec à l'endroit de Brian Boyle qui, à la reprise, semblait légale, Mark Borowiecki n'a pas été convoqué par le préfet de discipline Stéphane Quintal à une audience qui aurait pu mener à une discipline supplémentaire lundi.

Au contraire, les Sénateurs avaient bon espoir que la LNH annulera la punition de match qui lui avait été imposée automatiquement avec la majeure pour obstruction, ce qui peut s'avérer important car une accumulation de punitions de match peut mener à une éventuelle suspension.

«Je ne sais pas si elle va être annulée (la punition de match), je sais seulement qu'il ne sera pas suspendu, a dit Dave Cameron lundi. La ligue fait du bon travail pour réviser des choses comme ça et si elle pense qu'il y a eu une erreur, elle va la corriger, ce qui est une très bonne initiative.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer