L'attaque des Sénateurs muselée

Les Sénateurs ont été défaits 2-1 sur la... (Associated Press)

Agrandir

Les Sénateurs ont été défaits 2-1 sur la patinoire du Verizon Center.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Sénateurs d'Ottawa se méfiaient de la grosse machine offensive des Capitals de Washington.

Ils ont tôt fait de constater que le club de la capitale américaine a bien changé.

Dirigés par le méthodique Barry Trotz, les Caps ont alloué moins de buts que quiconque dans la Ligue nationale de hockey. Ils sont devenus une grosse machine défensive, aussi. Mercredi soir, ils ont alloué zéro but. Et très peu de chances de marquer. Les Sénateurs ont donc été défaits 2-1 sur la patinoire du Verizon Center.

«C'est ça, une équipe dirigée par Trotz. C'était comme ça à Nashville. Rien n'a changé. Même quand on passait du temps dans leur territoire, nous étions souvent confinés à l'extérieur de l'enclave», note Bobby Ryan.

Le gardien de l'heure dans la LNH, Braden Holtby, est passé à quatre minutes de réussir son deuxième blanchissage de la saison.

Il a fallu une supériorité numérique de trois minutes, en fin de troisième période, pour que Ryan réussisse à le déjouer.

Cette supériorité numérique a été donnée aux Sénateurs à la suite d'une mise en échec douteuse de Tom Wilson à la tête de Curtis Lazar.

La fiche de Holtby s'élève quand même à 12-0-1 à ses 13 derniers départs. Il n'a pas subi un seul revers en temps réglementaire à la maison depuis le 28 octobre.

Son adversaire Andrew Hammond s'en est aussi très bien tiré. Qui plus est, il a prouvé qu'il est entièrement remis de sa blessure.

C'est une commotion cérébrale qui avait poussé le Hamburglar à l'inactivité pendant les quatre dernières semaines. Une commotion subie parce qu'il avait stoppé un ou deux lancers de trop avec son front.

Le match de mercredi était vieux de quatre minutes, à peine, quand il en a stoppé un autre.

Le boulet de canon a été lâché par le quart-arrière des Caps, John Carlson. Un lancer si puissant que son masque s'est détaché.

L'équipement a lâché. Le joueur en dessous a tenu le coup.

«Une bonne chose de réglée», dit celui qui a réussi 23 arrêts dans la défaite.

On anticipait un duel au sommet entre deux des meilleurs franc-tireurs de la Ligue nationale de hockey. À ce niveau, on a été déçus.

Mike Hoffman a été surveillé de près par les défenseurs adverses. Il n'a pas trop souvent eu la chance de se créer suffisamment d'espace pour décocher de bons lancers.

De l'autre côté de la patinoire, Alex Ovechkine n'a pas mal joué. C'est juste qu'il s'est fait voler la vedette par ses coéquipiers d'un autre trio.

Avec un seul point à ses six parties précédentes, Justin Williams ne traversait pas exactement sa meilleure séquence de la saison.

Contre les Sénateurs, l'ancien récipiendaire du trophée Conn-Smythe a été dominant. Dans la plupart de ses présences sur la patinoire, il a dicté l'allure du jeu.

Il a été à l'origine du revirement qui a mené au deuxième but des Caps, celui qui a été marqué par Carlson.

Le premier filet de la soirée a été inscrit par Michael Latta. Pour l'ancien des 67's d'Ottawa, il n'y avait pas de plus belle façon de célébrer son retour dans la formation. Trotz l'avait laissé de côté dans les deux rencontres précédentes.

Lazar tombe au combat

Une deuxième commotion cette saison pour Curtis Lazar?

On saura dans quelques heures. Après un match, l'information concernant les nouvelles blessures circule au compte-gouttes.

On sait que le centre de 20 ans s'est dirigé tout droit au vestiaire après avoir été frappé par Tom Wilson, en fin de troisième période.

On sait aussi qu'il a raté trois matches, à la fin du mois d'octobre, en raison d'une blessure à la tête.

«On espère qu'il ne s'absentera pas trop longtemps s'il doit s'absenter une fois de plus», a réagi à chaud Chris Neil.

Le vieil homme fort des Sénateurs a jeté les gants pour une rare fois. Il n'a pas hésité à se porter à la défense de son jeune coéquipier.

«J'ai vu rouge! Vous me demandez ce que j'ai vu? C'est ça. J'ai vu une mise en échec dangereuse. Une mise en échec qui méritait qu'on s'y attarde. J'ai vu rouge», dit le numéro 25, qui n'a pas marqué un seul but à ses 25 dernières parties.

Il est aussi trop tôt pour savoir si Wilson sera suspendu. À sa décharge, il s'est présenté devant les journalistes dans le vestiaire des Capitals en fin de soirée. Il a plaidé sa cause.

«J'ai simplement fait ce que nos entraîneurs me demandent de faire match après match», a-t-il déclaré, tout en précisant qu'à ses yeux, sa mise en échec n'avait rien d'illégal.

«Je ne veux pas critiquer les arbitres. Ils doivent parfois prendre des décisions très rapidement. J'aurais peut-être réagi différemment si nous avions perdu le match. Nous l'avons gagné. Il n'y a donc pas de problème», indique-t-il.

Le quatrième trio des Sénateurs n'a pas connu sa meilleure soirée dans l'ensemble. Lazar et Neil ont été sur la patinoire lors des deux buts marqués par les Capitals.

Leur partenaire de jeu Mark Borowiecki n'a presque pas été utilisé. En six minutes et 44 secondes de jeu, il a quand même complété quatre mises en échec.

Partager

À lire aussi

  • «La Force» est avec Kyle Turris

    Sénateurs d'Ottawa

    «La Force» est avec Kyle Turris

    Alors que la planète au grand complet s'apprête à célébrer le grand réveil de «la Force», Kyle Turris a enfilé son maillot des Sénateurs dans un... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer