«La Force» est avec Kyle Turris

Kyle Turris a disputé 293 matches consécutifs dans... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Kyle Turris a disputé 293 matches consécutifs dans l'uniforme des Sénateurs.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que la planète au grand complet s'apprête à célébrer le grand réveil de «la Force», Kyle Turris a enfilé son maillot des Sénateurs dans un 293e match consécutif, mercredi.

Deux cent quatre-vingt-treize parties. Il s'agit officiellement de la deuxième plus longue séquence dans l'histoire de l'équipe.

Le record appartient pour l'instant à Chris Phillips. Le fiable défenseur a pris part à 311 rencontres d'affilée, entre février 2008 et décembre 2011. Si tout continue de bien aller, Turris fracassera cette marque le mardi 2 février prochain, à Pittsburgh.

Pour éviter les blessures sérieuses et jouer aussi longtemps, il faut une bonne part de chance. On y reviendra.

Parce que Turris avait envie de se confier, avant le match de mercredi. Il faut de la chance... et une bonne part de travail.

Il faut aussi être bien entouré.

«J'ai été chanceux de rencontrer le préparateur physique des Sénateurs, Chris Schwarz. Vous savez que j'aime bien Ottawa. Toutefois, la raison principale qui me pousse à passer tous mes étés dans cette ville, c'est que je ne veux pas trop m'éloigner de lui», confie le centre.

Schwarz, un homme très populaire auprès des joueurs des Sénateurs, a mis au point un programme d'entraînement estival sur mesure pour le joueur relativement frêle.

«J'ai eu des problèmes de santé durant les premières années de ma carrière, quand j'appartenais aux Coyotes de Phoenix. Le programme de Schwarzie me permet d'entretenir les parties de mon corps qui ont déjà été blessées tout en m'aidant à prévenir de nouvelles blessures. C'est complexe, mais je dirais que nous accordons beaucoup d'importance aux petits muscles car souvent, ce sont eux qui soutiennent les gros.»

Durant la saison, Turris consacre beaucoup de temps et d'attention aux exercices d'étirement. «J'ai une routine de trois à quatre minutes que je répète avant chaque match. Même si elle n'est pas très longue, j'y tiens mordicus.»

Turris n'est quand même pas immunisé contre les petits bobos. Pour disputer 293 matches d'affilée, il faut aussi miser sur une bonne force de caractère. À ce niveau, le nouvel homme de fer des Sénateurs puise une fois de plus sa motivation dans les premières années de sa carrière, à Phoenix.

«J'ai déjà raté trop de matches durant ma carrière. Mes entraîneurs chez les Coyotes m'ont laissé de côté une bonne quarantaine de fois quand j'étais en santé. Ils m'ont peut-être même rayé de la formation 50 fois. En tous cas. J'ai raté suffisamment de parties. Je ne veux plus en rater une seule», dit-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer