L'attaque massive marque deux fois

Craig Angerson a repoussé 25 des 27 tirs... (Associated Press)

Agrandir

Craig Angerson a repoussé 25 des 27 tirs dirigés vers lui dans la victoire des siens.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le jeu de puissance des Sénateurs d'Ottawa est correct à la maison. Sur la route, il est excellent.

C'est dur à expliquer. C'est comme ça.

Mardi soir, au BB & T Center, le travail des vedettes dans les unités spéciales a encore permis à l'équipe d'aller chercher deux gros points. L'attaque massive a généré les deux premiers buts dans une victoire de 4-2 contre les Panthers de la Floride.

Le défi était pourtant de taille. Le succès des Panthers passe par plusieurs petites choses. Entre autres, par le succès en désavantage numérique. Avant de sauter sur la patinoire, mardi, ils avaient survécu à leurs 20 dernières pénalités sans allouer un seul petit but.

Zack Smith a mis fin à cette séquence en marquant sur un tir sur réception au début de la deuxième période.

Kyle Turris a remis ça, inscrivant à son tour un but à cinq contre quatre dans la première minute de la troisième.

Mike Hoffman et Jean-Gabriel Pageau - dans un filet désert - ont complété la marque en fin de soirée.

«J'ai marqué un but en supériorité numérique. Incroyable. On me dit qu'il s'agit de mon premier but en supériorité numérique en trois ans», a lancé Smith, amusé, en rentrant au vestiaire.

L'attaque massive des Sénateurs a terminé la soirée avec une fiche de deux en quatre. Son taux d'efficacité après 13 matches sur la route s'élève à 33%.

«La clé, c'est le mouvement de la rondelle. Même quand nous poussons les joueurs à se déplacer beaucoup. Donc, ils se fatiguent. Ça finit souvent par payer», croit Bobby Ryan.

Les Panthers retrouvaient mardi leurs partisans après avoir passé neuf journées sur la route.

C'est bien connu. Le premier match à la maison au retour d'un long voyage n'est jamais facile.

Gerard Gallant avait bien pris le temps de mettre ses joueurs en garde contre le piège. Il leur avait suggéré de consulter le calendrier et le classement.

Les Sénateurs nous devancent par trois points et nous allons les affronter à cinq reprises d'ici la fin de la saison, a-t-il noté.

Ses jeunes joueurs ont bien réagi. Devant une foule de 11 571 personnes, ils ont bien su contenir les attaquant dynamiques des Sénateurs à forces égales.

Ryan connaissait par exemple un de ses meilleurs matches de la saison. Dans les 40 premières minutes, il était absolument partout sur la glace.

Deux périodes à tout faire... sauf marquer. Il a finalement réussi à s'inscrire au pointage en récoltant une mention d'aide sur le but de Turris.

Les jeunes Panthers travaillaient bien, leur vétéran gardien était là pour sauver les meubles dans les situations désespérées.

Le bon vieux Roberto Luongo disputait son 887e match en carrière. Quand il s'est installé devant son filet en début de soirée, il a officiellement devancé Tony Esposito. Il s'est installé au septième rang du classement des gardiens qui ont le plus travaillé dans la LNH.

Il aurait mérité un meilleur sort.

Il affrontait cependant Craig Anderson.

Un peu comme l'attaque massive des Sénateurs, qui brille sur la route, Anderson excelle en Floride. Sa fiche en carrière contre les Panthers s'élève maintenant à 12-4-1.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer