Nouvelles responsabilités pour les joueurs de soutien

Jean-Gabriel Pageau est prêt à assumer les responsabilités... (Photo Patrick Woodbury, archives LeDroit)

Agrandir

Jean-Gabriel Pageau est prêt à assumer les responsabilités offensives que Dave Cameron pourrait lui confier.

Photo Patrick Woodbury, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dave Cameron a été catégorique sur un truc. Pas question pour les Sénateurs de rappeler un autre joueur de Binghamton pour l'instant.

Cela signifie qu'il pourrait utiliser 11 attaquants et sept défenseurs, jeudi, contre les Blackhawks de Chicago. «Ce n'est pas quelque chose de nouveau. Ça s'est déjà vu ailleurs dans le monde du hockey», dit-il.

Ça veut aussi dire qu'il s'appuiera davantage sur ses attaquants de soutien.

Il y en a un, au moins, qui est prêt.

«J'espère que les gars vont être corrects. S'ils sont corrects, pour nous autres, ce sera un plus. Sinon, s'ils me donnent une chance, je serai prêt à la saisir au maximum», lance Jean-Gabriel Pageau avec enthousiasme.

«Mercredi, quand j'ai eu ma chance de jouer avec Mark Stone et Zack Smith, ça s'est quand même bien passé en troisième période. On va voir comment les gars filent. On va s'adapter», précise-t-il.

Une promotion dans l'échiquier, un temps de glace accru pourrait lui permettre de prendre un nouveau départ. C'est évident.

Le Gatinois se montre lui-même assez sévère, quand on lui demande d'évaluer ses performances jusqu'ici.

«Je dois être plus constant. J'ai eu de bons matches, de bonnes performances. J'en ai eu d'autres qui étaient moins bonnes. Je pense que je dois trouver une constance, match après match. Je dois être meilleur à ce niveau», dit-il.

Pageau a pris part aux 24 matches des Sénateurs jusqu'ici. Il a marqué six buts. En maintenant ce rythme, il pourrait fort bien connaître une saison d'une vingtaine de buts, ce qui n'est pas vilain pour un centre numéro trois.

La moitié de ces buts ont été réussis lors d'infériorités numériques, ce qui devrait ajouter à son bonheur.

Encore une fois, Pageau jette un regard froid sur la situation.

Les Sénateurs occupaient mercredi le 18e rang dans la LNH en infériorité numérique avec un taux de réussite légèrement sous la barre des 80%. Ça vous enlève un peu le goût de vous péter les bretelles...

«C'est certain que notre désavantage numérique nous a donnés de la misère au début de la saison. J'ai une grosse responsabilité là-dessus. Parce que les performances n'ont pas été à la hauteur jusqu'à maintenant, c'est certain que d'ici la fin de la saison, je veux améliorer ça», dit-il.

Pageau a perdu un complice, mardi, lorsque Milan Michalek a quitté la patinoire blessé. Il va s'ennuyer. «Nous avons joué ensemble durant presque toute la saison. Nous avions une belle complicité.»

Un copain perdu, un copain retrouvé? Les nouvelles blessures pourraient pousser Cameron à l'utiliser de nouveau aux côtés de Curtis Lazar.

Greening croise les doigts

Jean-Gabriel Pageau pourrait profiter des blessures pour jouer davantage, dans des situations qui pourraient lui permettre de mettre davantage sa créativité à l'attaque.

Colin Greening pourrait profiter des blessures pour jouer, point.

L'ailier terre-neuvien a du mal à y croire. Il y a une dizaine de jours, il regardait passer les jours à Binghamton, convaincu qu'il y passerait l'hiver au grand complet.

Il a été rappelé pour servir de police d'assurance durant le récent voyage dans l'ouest. Même si tout porte à croire qu'il remplacera Michalek, il refuse de s'emballer.

«J'espère que ça va se passer ainsi. Rien n'est coulé dans le béton. Je devrai en parler à Dave. Si on me donne ma chance, je serai content. Sinon... C'est ça qui est ça.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer