La liste des éclopés s'allonge

Les Sénateurs d'Ottawa n'osent pas se prononcer sur... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Les Sénateurs d'Ottawa n'osent pas se prononcer sur la blessure de Mika Zibanejad.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Milan Michalek est blessé à l'index de la main droite. Il a subi cette blessure en bloquant un lancer de la pointe. Il s'absentera pendant quelques semaines, le temps que les os se ressoudent. Dossier réglé.

Mika Zibanejad? C'est plus flou. Son entraîneur Dave Cameron a dit qu'il «se sent un peu mieux». Combien mieux? Assez pour aller faire un tour dans le gymnase. Pas assez pour répondre aux questions des journalistes.

Le Suédois représente un «cas douteux» pour le match de jeudi, contre les Blackhawks de Chicago.

S'il se sent mieux, peut-on au moins écarter la possibilité d'une absence à très long terme?

«Je ne m'aventurerai pas sur ce terrain. Je n'écarterai aucun scénario, tranche Cameron. Vous savez aussi bien que moi comment fonctionnent ces blessures-là. Elles sont imprévisibles. Un jour, tout va bien. Le lendemain, ça dérape...»

L'entraîneur-chef des Sénateurs d'Ottawa parle ici des commotions cérébrales, le fléau qui frappe la Ligue nationale de hockey au grand complet et le club de la capitale fédérale en particulier.

Un reporter du réseau TSN a fait le décompte dans les dernières heures. Une vingtaine de hockeyeurs ont été tenus à l'écart du jeu en raison de maux de tête et de raideurs au cou depuis le début de la saison. Six d'entre-eux gagnent leur vie à Kanata.

«Pas de problème»

Zibanejad vient de s'ajouter à une liste où figuraient déjà Andrew Hammond, Curtis Lazar, Clarke MacArthur, Marc Méthot et Patrick Wiercioch.

«Il ne faut pas y voir une tendance. Je crois que nous sommes simplement malchanceux», a lancé Méthot mercredi.

Le défenseur franco-ontarien a raté trois parties, à la fin du mois d'octobre, après avoir subi la première commotion - mineure - de sa carrière.

«Je crois que les gars sont simplement plus sensibles à cette réalité. De nos jours, quand un joueur se blesse à la tête, il ne veut pas prendre de chances. Nous sommes tous conscients des dangers qui guettent les athlètes qui essaient de revenir au jeu trop rapidement.»

«Nous n'avons pas de problèmes avec une épidémie de commotions. Nous formons simplement un groupe prudent. Les gars suivent le protocole qui est établi.»

Les joueurs qui restent, ceux qui ont su éviter les blessures à la tête jusqu'à présent, ne se montrent pas plus inquiets que d'habitude. Les risques de commotions cérébrales font partie du métier. Chaque joueur qui signe un lucratif contrat pour évoluer dans la meilleure ligue au monde sait dans quelle galère il s'embarque.

«Les dirigeants de la ligue ont fait du bon travail dans les dernières années. Le nombre de coups à la tête est en baisse. Les gars y pensent à deux fois avant de frapper un adversaire qui se trouve dans une position vulnérable», estime Kyle Turris.

Ironiquement, le centre numéro un des Sénateurs a lui aussi été victime d'une rude mise en échec mardi. Tout comme son coéquipier Zibanejad, il a été renversé par le défenseur des Flyers de Philadelphie Radko Gudas.

«Peut-être, mais c'était une mise en échec légale. Un bon jeu de hockey», réagit Turris.

Dave Cameron souhaite le mieux pour ses joueurs. Lucide, il a néanmoins l'impression qu'il en perdra d'autres éventuellement.

«À cause de la vitesse du sport, il ne sera jamais possible d'éliminer complètement les coups à la tête. Nous voulons quand même essayer d'éliminer les coups prémédités», insiste-t-il.

Une blessure à la tête n'attend pas l'autre

  • Clarke MacArthur: le 14 octobre, 20 matches ratés
  • Marc Méthot: le 15 octobre, trois matches ratés
  • Curtis Lazar:  le 24 octobre, trois matches ratés
  • Andrew Hammond: le 15 novembre, sept matches ratés
  • Patrick Wiercioch: le 19 novembre, trois matches ratés
  • Mika Zibanejad: le 1er décembre, aucun match raté

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer