Anderson en plein contrôle

Craig Anderson n'a subi qu'une seule défaite en... (Archives AFP/Getty Images)

Agrandir

Craig Anderson n'a subi qu'une seule défaite en temps réglementaire en huit sorties au mois de novembre jusqu'à présent.

Archives AFP/Getty Images

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Le grand responsable des deux victoires des Sénateurs d'Ottawa, cette semaine, c'est Craig Anderson. Ça fait un peu drôle à dire. Un gardien qui a laissé passer sept rondelles en deux soirées de travail s'en tire avec les grands honneurs.

«Je vais utiliser l'analogie qu'on utilisait pour parler de Grant Fuhr dans le bon vieux temps. Peu importe le nombre de rondelles qui passaient, il s'arrangeait pour stopper celle qu'il fallait quand il fallait gagner le match», a déclaré l'entraîneur-chef Dave Cameron devant la caméra de Sens TV, mercredi.

Anderson et les Sénateurs venaient de signer une victoire de 5-3 contre l'Avalanche du Colorado.

C'était la quatrième victoire consécutive de l'équipe d'Anderson et de Cameron.

En novembre, les Sénateurs présentent une fiche de 7-1-2.

Leur gardien de buts numéro un, lui, a conservé une fiche de 6-1-1.

«Il a été exceptionnel. Vraiment, exceptionnel», insiste Cameron, dans une entrevue qui est disponible dans l'application mobile des Sénateurs.

Anderson, un peu comme les Sénateurs, a connu ses moments les moins brillants en troisième période cette semaine.

Mardi, à Dallas, ils menaient par quatre buts au début de la troisième période. Ils ont encaissé trois buts dans les 14 dernières minutes de jeu.

Scénario similaire à Denver. Ils menaient par trois buts au deuxième entracte. Le suspense a été fort en fin de soirée. Mika Zibanejad a complété la marque dans un filet désert alors qu'il restait sept secondes au tableau.

«Nous avons bien joué contre l'Avalanche. Du début à la fin de la partie, nous avons fait ce que nous avions à faire. Nous avons placé des rondelles en fond de territoire adverse. Nous avons réussi nos sorties de zone quand il fallait», a dit le gardien à Sens TV.

«Nous avons joué de façon simple. C'est ce qu'il fallait. C'était notre deuxième partie en autant de jours. Nous savions dès le départ que le niveau d'énergie ne serait pas optimal. C'était notre deuxième match en autant de soirs. Nous avons trouvé une façon de prendre les devants et nous avons réussi à protéger notre avance.»

Après le match à Denver, les Sénateurs ont pris la direction de l'Arizona.

Ils ont profité du congé national américain de la Thanksgiving pour se reposer. Ils avaient congé, jeudi. Ils reprendront l'entraînement vendredi en prévision du troisième et dernier match de leur voyage. Ils affronteront les Coyotes samedi au Gila River Arena.

«Nous avons la chance de connaître un voyage mémorable. Une petite victoire de plus et ce sera la réalité», souligne Cameron.

Prince marque enfin...

Shane Prince.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Shane Prince.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Il était temps, diront certains.

À son 15e match en carrière, Shane Prince a enfin réussi à marquer son premier but dans la LNH. «Je suis immensément soulagé. C'est évident. Une léthargie, c'est vraiment la pire chose qui peut arriver à un athlète professionnel. Plus rien n'a de sens tant et aussi longtemps que tu n'as pas réussi à t'en sortir», a déclaré la recrue, soulagée après le match de mercredi au Colorado.

Prince a en fait marqué deux buts face à l'Avalanche.

Il n'était pas le seul membre de l'organisation des Sénateurs qui semblait soulagé. «Mes coéquipiers étaient tous heureux pour moi. Ils forment un super groupe de gars. Je suis vraiment heureux de célébrer mes premiers buts avec eux», a confié Prince à Sens TV.

L'entraîneur Dave Cameron était bien content, lui aussi. Il cherche depuis plusieurs semaines un ailier gauche capable de produire pour évoluer de façon régulière dans les deux premiers trios. «Le hockey, c'est un drôle de sport. Shane avait obtenu quelques chances de marquer dernièrement. Je lui conseillais de continuer à placer la rondelle au filet. Je lui disais que la loi de la moyenne finirait par jouer en sa faveur. Il a fini par obtenir son premier but», a dit l'entraîneur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer