Karlsson sonne la charge

Erik Karlsson a mené les siens jeudi soir... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Erik Karlsson a mené les siens jeudi soir avec deux buts contre les Blue Jackets de Colombus

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Sénateurs d'Ottawa ont possiblement joué leur meilleur match de l'automne. Assurément le match le plus complet, le plus émotif à domicile.

Leur bonheur n'était cependant pas complet, jeudi. Ils ont perdu deux joueurs durant la soirée... dont leur meilleur attaquant au mois de novembre. Bobby Ryan est rentré au vestiaire, blessé, alors qu'il restait quatre minutes à écouler à la troisième période.

Il était à l'infirmerie quand les Sénateurs ont complété le travail dans une victoire de 3-0 contre les Blue Jackets de Columbus.

«J'espère que ce n'est pas trop sérieux. Avec ses aptitudes bien particulières, il est un joueur pratiquement irremplaçable. Nous avons tous hâte d'en savoir un peu plus long à son sujet parce que personne ne devrait se blesser dans un match aussi amusant», a déclaré Craig Anderson, auteur de son 30e jeu blanc dans la Ligue nationale de hockey.

Les Sénateurs n'ont pas divulgué la nature exacte de la blessure à Ryan. Tout ce qu'on sait, c'est qu'il a eu beaucoup de mal après avoir été frappé solidement par David Savard dans un coin de la patinoire, en zone d'attaque.

Ryan a participé au pointage en obtenant une mention d'aide, contre les Jackets. Il surfe donc sur une séquence de sept parties consécutives avec au moins un point. C'est un sommet personnel.

«Bobby s'est remis à produire, en large partie, parce que le jeu de puissance connaît du succès. Je dois cependant reconnaître qu'il lance plus souvent. Il nous donne du bon hockey», estime l'entraîneur-chef Dave Cameron. L'autre éclopé de jeudi, c'est Patrick Wiercioch. Selon la direction, il est blessé au «haut du corps». Il pourrait bien s'agir d'une autre commotion cérébrale. Quand il est rentré au vestiaire, il avait l'air groggy.

C'est un autre défenseur, Erik Karlsson, qui a été le héros à l'attaque face aux Blue Jackets. Il a marqué les deux premiers buts de la soirée aux dépens de Curtis McElhinney. Il a ensuite préparé le troisième, que Kyle Turris a inscrit dans un filet désert.

Dire que tout le monde s'inquiétait pour le capitaine parce qu'il n'avait pas marqué un seul but dans les 14 premières parties de la saison. Sauf le capitaine. Il répétait, nonchalant, qu'il finirait par en marquer un paquet.

C'est lui qui avait raison.

On fait le compte, rapidement. Il en a inscrit cinq en plus d'obtenir quatre mentions d'aide à ses cinq dernières parties.

Il n'a toutefois pas été capable de marquer son troisième but. C'est un petit échec.

Il a connu neuf matches de deux buts dans la LNH, mais il n'a encore jamais réussi un tour du chapeau.

«Ça va sûrement venir, un jour. En attendant, je suis bien content d'avoir aidé Kyle à marquer dans un filet désert. Il en avait bien besoin», dit le Suédois.

On dit souvent que les Sénateurs ne connaissent pas un gros début de saison, mais ils n'ont subi qu'un seul revers en temps réglementaire à leurs sept derniers matches.

Ils compléteront samedi un séjour de cinq matches consécutifs à domicile. Jusqu'à présent, après quatre parties, ils présentent une fiche de 2-0-2.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer