Karlsson joint le club des mal cités

Le capitaine des Sénateurs, Erik Karlsson... (Claus Andersen, Archives AFP)

Agrandir

Le capitaine des Sénateurs, Erik Karlsson

Claus Andersen, Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Erik Karlsson avait fait beaucoup jaser il y a trois semaines.

Il avait alors dit que que la prolongation à trois contre trois était «plate» et que c'était «comme un entraînement punitif» pour lui.

Le capitaine des Sénateurs d'Ottawa a patiné un peu à reculons sur le sujet mercredi, avant que la LNH annonce que son traditionnel match des étoiles sera remplacé par un tournoi à trois contre trois en janvier prochain à Nashville.

«J'ai peut-être parlé trop vite et ce que j'ai dit a été pris un peu hors contexte. Ce n'est pas que je n'aime pas le jeu à trois contre trois, j'aime ça. Je pense juste que c'est un gros changement alors que j'aimais beaucoup le quatre contre quatre. J'imagine que je devrais lui donner plus de temps, même si on a déjà joué neuf fois (en prolongation à trois contre trois) et que j'ai obtenu une échappée. Je ne devrais pas me plaindre», a-t-il avancé après l'entraînement des siens.

Le récipiendaire du trophée Norris à deux reprises pense aussi qu'un peu tout le monde dans le giron de son équipe n'a pas à se plaindre tant que ça du début de saison des Sénateurs, qui sont installés au deuxième rang dans la division Atlantique avec leur fiche de 8-5-5.

«Il n'y a rien de mauvais avec ce qu'on a fait jusqu'à maintenant. Est-ce que je crois que nous avons joué notre meilleur hockey? Non, je ne pense pas et personne ne le pense. Mais nous avons fait assez de bonnes choses pour gagner des parties, on devrait se concentrer là-dessus au lieu de parler de ce qu'on fait mal. Il y a peut-être un peu trop de négativité dans l'entourage de l'équipe au lieu d'être positif en réalisant que nous sommes où nous sommes, soit dans une bonne position dans la ligue même si on n'est pas encore à notre meilleur», affirme Karlsson.

«On essaie de trouver notre chemin et on sait qu'on doit jouer mieux chaque soir. Mais on doit bâtir sur ce qu'on fait de bien, perfectionner un peu notre jeu et ça va bien aller alors qu'il reste encore beaucoup de chemin à faire cette saison», a-t-il ajouté.

Karlsson s'est retrouvé dans les faits saillants pour de mauvaises raisons à quelques reprises cette saison, notamment lorsque la recrue des Red Wings Dylan Larkin l'a contourné facilement à deux occasions cette saison. Sa confiance ne s'en trouve pas diminuée, cependant.

«C'est une question de décisions. Le jeu est rapide, il faut prendre une décision et parfois récemment, j'ai pris une décision où je me suis retrouvé du mauvais côté. Ça arrive. Je vais continuer à jouer de la même façon et des choses comme ça vont arriver à l'occasion. Malheureusement, il y a des joueurs qui s'améliorent», dit celui qui a quand même un différentiel de plus-6 en plus de ses 3 buts et 18 points, un sommet chez les Sénateurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer