Problèmes défensifs: la solution aux est ici, dit Méthot

Marc Méthot assure que les solutions aux problèmes... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Marc Méthot assure que les solutions aux problèmes de l'équipe se trouvent dans le vestiaire.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il paraît qu'il ne faut pas trop rêver de voir Matt Duchene dans l'uniforme des Sénateurs prochainement. Compléter une transaction est particulièrement difficile à l'ère du plafond salarial.

En plus, si Bryan Murray bougeait, il paraît qu'il souhaiterait d'abord améliorer sa brigade défensive.

Marc Méthot suggère à son directeur général de ne pas trop se mettre de la pression sur les épaules.

La brigade défensive d'Ottawa, telle qu'on la connaît actuellement, serait toujours capable de remplir sa mission.

«La solution à nos problèmes est dans le vestiaire», a lancé le Franco-Ontarien aux quelques reporters qui se sont attardés devant son casier, après la défaite de lundi.

«Chaque joueur qui est ici est un joueur de la LNH», a-t-il souligné.

Méthot ne peut pas nier que ses comparses ont connu des hauts et des bas cet automne.

Les Sénateurs ont commis deux fois plus de revirements non provoqués que les Red Wings dans le match de mardi.

La soirée a été particulièrement pénible pour Patrick Wiercioch.

Le défenseur qui devait en principe compléter le deuxième duo de l'équipe cette saison risque sérieusement de perdre son poste quand le blessé Jared Cowen sera en mesure de glisser son pied enflé dans son patin.

Mais Wiercioch n'est pas le seul défenseur qui se cherche à Ottawa.

«Il faut reconnaître que les Red Wings ont un style bien particulier. Ils sont un peu plus passifs. Ils ne se jettent pas sur la rondelle comme le font plusieurs autres équipes. Leurs joueurs sont habiles avec leurs bâtons. Pour connaître du succès contre eux, il faut de patience et de la confiance autour de nous filet. Nous avons clairement eu des problèmes dans notre zone défensive lundi», note celui qui, à 30 ans, est l'aîné de la brigade défensive ottavienne.

«Nos ennuis sont difficiles à expliquer. Nous avons connu quelques matches plus difficiles dernièrement. J'avais vraiment l'impression que nous étions en train de nous replacer quand nous avons sorti une grosse performance contre New York samedi dernier.»

Méthot a le goût de plaquer le manque de constance sur le dos de la jeunesse.

«Ce sont des choses qui peuvent arriver avec une brigade défensive toute jeune. Un groupe qui manque d'expérience va te donner des bons matches de temps en temps. Il va également t'en donner des moins bons. Tout le monde apprend en même temps.»

Les problèmes des Sénateurs, selon le jeune vétéran, ne sont pas tous imputables au travail des défenseurs.

Méthot souligne que les attaquants ont eu du mal à franchir la ligne bleue adverse contre les Wings.

«De notre côté, nous avons eu du mal à lancer au filet. Ils bloquaient tout. C'est un peu frustrant, mais c'est une frustration qu'on peut facilement surmonter.»

Remaniement?

Jusqu'à présent, Dave Cameron a fait preuve d'une certaine retenue. Il n'a pas trop jonglé avec ses duos défensifs.

On a senti lundi qu'il avait envie d'expérimenter. Pendant un bref moment, en troisième période, Méthot a effectué quelques présences sur la patinoire avec Mark Borowiecki.

Erik Karlsson, pendant ce temps, a patiné avec la recrue Chris Wideman.

«Ça s'est bien passé. À notre niveau, dans la LNH, nous n'avons pas le choix. Il faut s'adapter. Si jamais les entraîneurs me demandent de changer de partenaire, de jouer avec un autre défenseur, ça ne me posera pas de problème.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer