Bobby Ryan donne un point aux Sens

Malgré un but tardif en troisième pour créer... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Malgré un but tardif en troisième pour créer l'égalité, les Sénateurs se sont quand même inclinés

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bobby Ryan gagne beaucoup d'argent cette saison. Ses patrons lui ont consenti un très généreux contrat parce qu'une fois de temps en temps, il peut faire des choses que personne d'autre ne peut faire sur une patinoire.

L'ailier américain a connu un de ces moments forts, lundi soir, au Centre Canadian Tire.

Le match tirait à sa fin. Les Sénateurs d'Ottawa se dirigeaient vers un échec en temps réglementaire contre les Red Wings de Détroit.

Ryan est sorti de nulle part pour marquer un but dont on se souviendra longtemps. Il a piqué la rondelle à Luke Glendening à la ligne bleue des Wings. Il s'est moqué de Mike Green. Il a déjoué Jimmy Howard.

Son but n'a pas fait gagner son équipe.

Tomas Tatar a eu le dernier mot, marquant le but qui a permis aux Wings de signer une victoire de 4-3 en prolongation.

«Je préfère retenir les éléments positifs de cette partie. Nous avons fait preuve de caractère. Nous n'avons pas lâché le morceau», résume Ryan.

C'est une façon de voir les choses.

En s'attardant sur ce détail, le numéro 6 décide d'ignorer le fait que les Sénateurs ont connu un autre mauvais début de match au Centre Canadian Tire.

Pour la neuvième fois en 10 parties devant leurs partisans, les Sénateurs ont encaissé le premier but.

Ils tiraient de l'arrière par deux buts au deuxième entracte.

C'était pourtant un match important.

Malgré leurs graves problèmes de constance, les Sénateurs s'accrochent au deuxième rang de la section Atlantique.

Ils réussissent à conserver leur place parce qu'à peu près toutes les équipes de ladite section - sauf le Canadien de Montréal - jouent pour ,500 depuis le début de la saison.

«Les Wings sont une des équipes qui nous suivent. Nous le savons. Ce match nous donnait une belle occasion de creuser l'écart. Nous n'avons pas été capables de le faire», dit Ryan, résigné.

«Les bonnes équipes trouvent une façon de gagner ces matches importants sans se donner trop de mal. Elles n'ont pas besoin de se rendre en prolongation chaque fois pour engranger des points.»

La moitié des 18 matches des Sénateurs ont pris fin en prolongation cet automne.

Mike Hoffman a été le premier à battre Howard, vers la fin d'une supériorité numérique, au premier tiers.

L'attaque massive d'Ottawa a donc participé au pointage dans les cinq dernières parties. Durant cette séquence heureuse, elle a inscrit sept buts en 14 tentatives.

L'autre but des Sénateurs a été marqué par Chris Wideman. Il s'agit de son troisième but en quatre parties.

C'était aussi le 5000e but marqué par les Sénateurs en saison régulière.

Dylan Larkin, Gustav Nyquist et Riley Sheahan ont marqué les trois buts de Détroit en temps réglementaire.

L'attaque ne constitue pas exactement le point fort des Wings en ce début de saison. Ils avaient marqué tout juste cinq buts dans leurs quatre parties précédentes.

Ils n'ont visiblement pas trop de mal à battre Craig Anderson.

Le gardien de buts numéro un présente maintenant une fiche de 4-8-2 en carrière contre le club de Motown. Il a néanmoins stoppé 33 tirs dans sa dernière sortie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer