Des Sénateurs inégaux s'inclinent à Nashville

Le défenseur des Predators, Barret Jackman, célèbre après... (Christopher Hanewinckel, USA TODAY Sports)

Agrandir

Le défenseur des Predators, Barret Jackman, célèbre après que son coéquipier Colin Wilson ait marqué le but gagnant face aux Sénateurs.

Christopher Hanewinckel, USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Nashville, TN) Dave Cameron a fini par mettre le doigt sur le bobo. S'il devait résumer le début de saison des Sénateurs d'Ottawa, il emprunterait le titre du mémorable western-spaghetti des années 1960 mettant en vedette Clint Eastwood: The Good, the Bad and the Ugly.

Good comme dans bon, bad comme dans mauvais et ugly comme dans très mauvais.

Quand l'entraîneur-chef a servi cette perle aux journalistes, mardi matin, il était loin de se douter que ses joueurs lui donneraient du «good», du «bad» et du très «ugly» dans un seul match, quelques heures plus tard.

Et le match n'a pas très bien fini. Les Sénateurs ont laissé filer deux avances pour finalement s'incliner 7-5 devant les Predators de Nashville.

«Un autre match où nous n'avons pas été capables de protéger une avance», constate Zack Smith.

Il y a quand même eu du bon. Les Sénateurs ont joué une grosse première période. Très grosse, même.

Les Predators sont reconnus pour connaître de très bons départs. À quatre occasions, depuis le début de la saison, ils avaient marqué dans les 10 premières minutes d'une partie.

Quand ils sont rentrés au vestiaire, au premier entracte, les Sénateurs menaient 3-1. Smith, de retour dans la formation après avoir été laissé de côté par son entraîneur samedi, avait marqué deux des trois buts de son équipe.

À ce moment là, Cameron devait se sentir en confiance.

Les Preds sont forts en début de match, mais ils ont beaucoup de misère avec le hockey de rattrapage. Ils ont beaucoup de misère à marquer des buts, point.

En plus, Craig Anderson traversait une bonne séquence. Il avait stoppé 74 des 77 lancers dirigés vers son filet à ses deux dernières sorties.

«Ce soir, c'est ma faute. Si j'avais pu faire quelques arrêts de plus, le résultat aurait été différent», dit celui qui a pourtant stoppé 31 rondelles.

«Pas facile de jouer à Nashville, a-t-il ajouté. Quand tu perds le momentum dans ce building, il est très difficile de le récupérer.»

C'est au retour de la pause que tout s'est gâché.

Le mauvais: les Sénateurs ont décoché seulement deux tirs au but durant la deuxième période.

Le très mauvais: ils ont laissé les Predators remonter la pente. Durant une séquence maudite de deux minutes et 28 secondes, Anderson a fait face à quatre tirs. Il en a laissé passer trois.

Colton Sissons, fraîchement rappelé du club école de Milwaukee dans la Ligue américaine, a marqué le premier but des Preds en première période. Shea Weber, Roman Josi et Austin Watson ont été les responsables de la remontée au deuxième tiers.

En marquant, le capitaine Weber a atteint le plateau des 400 points en carrière. La foule du Bridgestone Arena lui a réservé une ovation debout.

Mattias Ekholm, Barrett Jackman et Gabriel Bourque ont complété le travail en troisième.

Milan Michalek, Erik Karlsson et Curtis Lazar ont été les autres à déjouer Pekka Rinne.

Pour Karlsson, ce but est important. Il s'agit de son premier de la saison.

Pour Lazar, c'est un gros but aussi. Il n'avait pas marqué depuis le tout premier match de la saison. En plus, dans le premier match en question, il avait marqué dans un filet désert.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer