Stone rêve d'une sélection

Mark Stone affirme que ce serait un honneur... (Archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Mark Stone affirme que ce serait un honneur pour lui de représenter son pays.

Archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le directeur général d'Équipe Canada, Doug Armstrong, répète la même chose à tous ceux qui lui demandent. Mark Stone fait partie de la «liste des joueurs à surveiller» pour la prochaine Coupe du monde de hockey.

«Impossible d'ignorer tout ce qu'il a accompli dans la dernière année», a-t-il déclaré, la semaine dernière, lors d'un passage sur les ondes de la radio sportive d'Ottawa, TSN 1200.

Stone se gonfle d'orgueil quand on lui rapporte ces propos. Il ne serait vraiment pas difficile de le convaincre d'entreprendre la saison 2016-17 quelques semaines plus tôt que ses coéquipiers.

«Ce serait un immense honneur pour moi de représenter mon pays, surtout dans un tournoi où seront réunis les meilleurs joueurs de la planète», confie-t-il.

Stone n'a pas commencé à rêver des plus hauts sommets dans la dernière année. «Depuis le jour de mon repêchage que je m'y prépare. La route a été longue. J'en ai rencontré, des gens qui m'ont dit que je n'atteindrais mon but. Ils me disaient que je n'étais pas assez rapide, pas assez ci, pas assez ça...»

Cette saison, même si une suspension l'a poussé à rater deux matches, il réussit à se maintenir parmi les meilleurs marqueurs de la LNH.

Il est probablement, quand on y pense, le deuxième plus bel espoir des Sénateurs en prévision de la Coupe du monde après Erik Karlsson.

Le Tchèque Milan Michalek vieillit. Le Suédois Mika Zibanejad tarde à s'imposer. Craig Anderson et Bobby Ryan ont été très rapidement écartés du processus de sélection de USA Hockey quand est venu le temps de former l'équipe qui a pris part aux Jeux olympiques de Sotchi.

Il paraît que les directeurs généraux de l'équipe nord-américaine U23 s'intéresseraient à Cody Ceci, Curtis Lazar et Jean-Gabriel Pageau. Les trois gamins ont encore des choses à prouver.

Marc Méthot a participé au camp d'orientation d'Équipe Canada, quelques mois avant Sotchi. «Représenter mon pays sur la scène internationale fait toujours partie de mes objectifs. Je dois toutefois me rendre à l'évidence. Il ne manque pas de défenseurs de talent au Canada», reconnaît-il bien humblement.

En outre, Méthot voit fort bien Stone avec les doubles champions olympiques.

«Il est un de nos meilleurs joueurs. Il est toujours là quand ça compte. Il est super intelligent. Probablement un des joueurs qui sait le mieux utiliser son bâton dans la ligue.»

Fierté manitobaine

Stone est né en 1992. Quand on lui demande de parler de ses plus beaux souvenirs de hockey international, il évoque ce match du Championnat mondial junior de 2007 dans lequel Jonathan Toews a marqué trois buts dans la même séance de tirs de barrage.

«Je viens de Winnipeg. Il est plutôt rare de voir des gars de ma ville se tailler un poste avec Équipe Canada Junior. Toews était tellement prolifique cette année-là. C'était pas mal cool à voir.»

Stone connaît un peu Toews. «Il possède une résidence d'été pas trop loin du chalet de mes parents.» Mais il n'a pas vraiment eu la chance de s'entraîner avec lui durant l'été.

«Ses saisons sont tellement longues. Quand il rentre chez lui, il veut juste relaxer, faire du wakesurfing et relaxer en famille», dit Stone.

Ça pourrait changer. Deux des attaquants les plus complets de la LNH réunis au sein d'un trio défensif, formant une «connexion manitobaine» à la Coupe du monde? Ce ne serait vraiment pas fou...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer