Débuts pénibles pour O'Connor à Binghamton

Un mois après le début de la saison, le gardien d'avenir des Sénateurs est... (PATRICK WOODBURY, Archives LeDroit)

Agrandir

PATRICK WOODBURY, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un mois après le début de la saison, le gardien d'avenir des Sénateurs est toujours à la recherche de sa première victoire chez les professionnels.

Matt O'Connor a été impliqué dans cinq décisions jusqu'ici.

Il a été battu par Mike Condon à son premier - et seul - départ dans la Ligue nationale, le 11 octobre.

Depuis, il a obtenu quatre fois la chance de jouer dans la Ligue américaine. Il a été battu chaque fois.

Sa situation ne semble pas en voie de s'améliorer. Au contraire. À ses deux derniers départs, il a encaissé un grand total de 10 buts.

«Je ne dirais pas qu'il s'est dégonflé. Nous parlons d'une recrue. À leur première année, les joueurs ont beaucoup de choses à digérer», réagit l'entraîneur d'O'Connor chez les Senators de Binghamton, Luke Richardson.

Ce dernier souligne que toutes les performances du jeune géant n'ont pas toutes été mauvaises jusqu'ici.

Puisque les B-Sens entreprendront vendredi leur première série de trois parties en autant de soirs de la saison, il souligne que ses deux gardiens auront la chance de jouer.

«Rick Wamsley communique constamment avec Matt. Au chapitre du travail quotidien, je n'ai rien à redire. Il a connu de bonnes séances d'entraînement tout au long de la semaine. Il doit juste continuer à travailler. Il va bien finir par s'adapter.»

La direction des Sénateurs sera patiente... jusqu'à un certain point.

L'autre gardien du club école, Chris Driedger, a gagné plus souvent qu'à son tour en octobre.

«Pour l'instant, les deux méritent de jouer. Ils sont jeunes. Ils doivent apprendre le métier. Plus tard, durant la deuxième moitié de la saison, je me donnerai le droit de m'appuyer davantage sur le gardien qui gagnera le plus souvent. Pour apprendre à devenir un gardien de buts numéro un, il faut jouer souvent», dit Richardson.

Plein de bons attaquants

Au rayon des joueurs qui connaissent un lent départ à Binghamton, Matt O'Connor n'a pas énormément de compagnie.

À l'attaque, chez les Senators, ça va même plutôt bien. Un quatuor de joueurs se partage la tête du classement des meilleurs marqueurs avec une récolte de sept points en huit matches.

Personne n'est vraiment surpris de voir Eric O'Dell au sommet. «Il a toujours connu du succès à notre niveau. Il m'épate quand même un peu. Je ne savais pas qu'il travaillait aussi fort en zone défensive qu'en zone offensive», souligne Richardson.

Les jeunes Ryan Dzingel, Tobias Lindberg et Cole Schneider font belle figure à ses côtés.

Dzingel a rejoint les trois autres avec une solide récolte de quatre points à son dernier match, vendredi dernier.

«Il a connu un bon camp à Ottawa. Il avait été notre meilleur joueur dans notre premier match préparatoire contre l'équipe de l'Université Carleton. Il a obtenu plusieurs bonnes chances de marquer en début de saison. Quand il n'a pas réussi à en profiter, nous avons vite senti la frustration monter chez lui», explique Richardson.

Les Sénateurs ont vu un certain potentiel offensif chez Dzingel à sa dernière saison universitaire, en 2013-14. Un peu comme O'Connor, ses débuts dans la Ligue américaine n'ont pas été étincelants.

«Il a un don spécial. On dirait que la rondelle le suit sur la glace. Même Wamsley, qui est habituellement très sévère envers les espoirs, lui reconnaît ce talent. Il commence à utiliser son don en défensive. Ça va le rendre encore meilleur.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer