Pageau veut en faire encore plus

Jean-Gabriel Pageau s'est payé un petit bain de... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Jean-Gabriel Pageau s'est payé un petit bain de foule dans son patelin de Gatineau mercredi.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec ses deux buts en désavantage numérique cette saison, tous deux contre Montréal, Jean-Gabriel Pageau s'est hissé au premier rang dans cette catégorie dans la LNH, à égalité avec un autre ex-Olympique, Paul Byron du Canadien, et avec Artem Anisimov, des Blackhawks.

N'allez quand même pas dire au Gatinois des Sénateurs que tout est au beau fixe avec l'unité de désavantage numérique des Sénateurs, dont il est un gros morceau.

Les problèmes de l'attaque à cinq (5 en 38) font beaucoup jaser en ce début de saison, mais ce n'est pas beaucoup mieux à court d'un homme, alors qu'Ottawa est 26e dans la LNH à ce chapitre avec 12 buts alloués en 48 chances, un pourcentage d'efficacité de 75%. Le Canadien a marqué son seul but alors qu'il profitait de l'avantage d'un homme, pendant la même punition où Pageau a ouvert la marque.

«Il y a toujours moyen de s'améliorer et tu veux toujours aider plus offensivement et défensivement. Je sais que j'ai un gros rôle en désavantage numérique et présentement, ça ne va pas bien. C'est important qu'on regarde tous les détails et qu'on revienne à la base pour remonter au-dessus des 80%, comme l'an dernier, au plus vite... Mais aussi bien que ça arrive en début de saison, on a le temps de s'ajuster pour devenir meilleurs», estime-t-il.

Son patron, Dave Cameron, est d'accord pour dire que son désavantage numérique n'est pas à la hauteur jusqu'à maintenant. «C'est un boni quand tu obtiens un but en désavantage numérique. Mais cette unité est un travail en cours à l'heure actuelle, nous ne sommes pas satisfaits de son travail. Il n'y a pas juste un problème, c'est une question d'ensemble. Pendant un bout de temps, on écopait de trop de punitions, mais là, c'est comme pour le reste, il faut exécuter», estime-t-il.

Un rôle plus offensif

Alors que Pageau est le deuxième meilleur buteur de son club (à égalité avec Bobby Ryan et Mike Hoffman) avec ses quatre filets, quelques observateurs avancent qu'il pourrait représenter une piste de solution pour aider l'avantage numérique. Il a justement fait une présence de 32 secondes lors de la seule supériorité numérique des siens à Montréal.

«C'est certain que j'aimerais ça, mais ce n'est pas quelque chose que je contrôle. (Mardi) je suis embarqué pour essayer de prendre une mise au jeu, donc c'est juste de continuer et si jamais ma chance arrive, c'est certain que je vais essayer de la prendre», a confié celui qui présente la meilleure fiche dans les cercles de mises au jeu (54,77% d'efficacité).

En attendant, Pageau a hâte d'ajouter une première passe à sa fiche cette saison. «Ça commence à presser, sinon on va commencer à dire que je suis un mangeux de puck», a-t-il blagué.

Le match de jeudi contre Winnipeg pourrait être une bonne occasion de le faire alors qu'il disputera son 100e match en carrière, et que son ailier québécois, Alex Chiasson, a obtenu plusieurs chances de marquer dernièrement. «On s'entend bien les deux ensemble, et avec Milo (Michalek). On sait où on s'en va sur la glace et une bonne chimie se développe. C'est certain qu'on aimerait contribuer un peu plus... Mais en continuant à jouer comme ça, ça va finir par rentrer.»

Petit bain de foule à Gatineau

Jean-Gabriel Pageau s'est payé un petit bain de foule dans son patelin de Gatineau mercredi, alors qu'il était présent pour l'inauguration officielle des travaux de la deuxième patinoire des Sénateurs.

Elle sera construite au parc Fontaine, dans le secteur Hull, grâce à un investissement de 200 000$ de la Fondation des Sénateurs, en partenariat avec la Ville de Gatineau et la compagnie Énergie Brookfield, dont les nouveaux bureaux avoisinent le parc.

La patinoire extérieure devrait pouvoir accueillir ses premiers patineurs vers la mi-décembre. C'est la deuxième de cinq planifiées à Gatineau d'ici 2018.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer