Cameron a sa petite idée au sujet de la performance de Turris

Kyle Turris connaît tout un début de saison.... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Kyle Turris connaît tout un début de saison.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Kyle Turris ne sait pas trop comment expliquer ses performances en octobre.

Il n'a pas l'habitude des gros débuts de saison. Il a marqué seulement un but en neuf parties en octobre 2014. Il en a inscrit deux en 12 parties en octobre 2013.

Cette année, le centre numéro un des Sénateurs a marqué sept buts dans le premier mois du calendrier régulier.

«Je ne sais pas trop ce qui m'arrive. Tout est pareil. J'ai encore travaillé avec notre préparateur physique Chris Schwarz l'été dernier. Il m'aide beaucoup, mais m'a-t-il plus aidé que dans les années passées?»

«Je dois peut-être mes récents succès à mon fils d'un an. Nous faisons nos siestes d'avant-match ensemble maintenant...»

Dave Cameron a sa théorie à offrir sur les succès de Turris. Et non, il n'accorde pas trop d'importance au soutien du petit Beckett, qui a bouffé son premier gâteau d'anniversaire le 12 septembre dernier.

«Kyle passe un peu plus de temps devant le filet adverse. Il fréquente davantage ces coins de la patinoire où la plupart des buts sont marqués. En d'autres mots, il va plus souvent jouer dans le trafic», résume-t-il.

En d'autres mots, le joueur à qui l'entraîneur a confié le titre d'assistant-capitaine en début de saison est devenu un modèle pour les jeunes coéquipiers...

«Bof... Juste pour ceux qui souhaiteraient marquer plus de buts», répond Cameron, cynique.

«Mais oui, dans l'ensemble, nous aimerions voir nos joueurs se comporter ainsi. Ce n'est pas nécessairement un endroit où il est facile de jouer. Ce n'est pas très invitant. Les défenseurs adverses ne veulent pas que vous vous y sentiez à l'aise», ajoute-t-il.

Turris, lucide, a bien l'intention de «continuer à travailler exactement de la même façon» dans le but de prolonger sa séquence le plus longtemps possible. La saison est encore jeune. Il ne se permet pas encore de rêver au trophée Maurice-Richard.

«C'était juste un bon mois. J'essaie de reprendre là où j'ai laissé l'an dernier. Je veux juste aider l'équipe par tous les moyens. Je me concentre aussi sur mes mises en jeu et j'essaie de bien jouer défensivement.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer