Mark Stone suspendu

L'attaquant des Sénateurs Mark Stone a été suspendu... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

L'attaquant des Sénateurs Mark Stone a été suspendu deux matches pour son geste à l'endroit de Landon Ferraro, des Red Wings.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Sénateurs d'Ottawa étaient sans doute heureux de rentrer au bureau lundi matin. Ils pouvaient enfin tourner le mois à un mois d'octobre plus ou moins fructueux. Ils pouvaient enfin tourner la page de leur calendrier.

Le problème, c'est que novembre a plutôt mal débuté.

Ils venaient à peine de monter dans le train qui les a menés à Montréal quand ils ont appris qu'ils devront se passer de leur meilleur attaquant lors des deux prochaines parties.

Mark Stone n'est pas blessé. Il est suspendu.

Le Bureau de la sécurité des joueurs de la Ligue nationale de hockey a décrété qu'il avait fait preuve de témérité en assénant une mise en échec dangereuse sur l'attaquant des Red Wings de Détroit Landon Ferraro, samedi.

L'incident est survenu au beau milieu de la deuxième période, en zone d'attaque. Stone a écopé d'une pénalité mineure pour «mise en échec illégale à la tête d'un adversaire».

Le préfet de discipline Stéphane Quintal et ses conseillers ont déterminé que ce n'était pas suffisant. Au terme d'une audience téléphonique qui s'est déroulée lundi matin, ils ont déterminé que Stone méritait de passer les deux prochaines parties en tenue de ville.

Ce sont deux matches qu'il ne voulait pas rater.

Mardi, les Sénateurs rendront visite au Canadien de Montréal.

Jeudi, le numéro 61 s'installera sur la galerie de la presse du Centre Canadian Tire pour voir ses coéquipiers affronter l'équipe de sa ville natale, les Jets de Winnipeg.

Il devrait donc reprendre sa place dans la formation quand les Sénateurs rendront visite aux Hurricanes de la Caroline, samedi.

Dans la vidéo qui a été diffusée par la LNH mardi après-midi, le Directeur de la sécurité des joueurs Patrick Burke a été catégorique. «Il s'agit d'une mise en échec illégale visant la tête d'un adversaire.»

«Nous avons accepté la version des faits de Stone. Il a tenté de nous faire valoir qu'il était à la poursuite d'une rondelle libre. Il voulait obtenir une chance de marquer. Cela dit, Ferraro a réussi à s'emparer de la rondelle. Il s'en est vite débarrassé. À cet instant précis, l'objectif de Stone a changé. Il s'est donné le mandat de compléter une mise en échec sur Ferraro pour le ralentir et pour empêcher une descente en surnombre vers le filet d'Ottawa.»

«À compter du moment où Stone a cessé de pourchasser la rondelle, il se devait de compléter une mise en échec légale.»

Ça n'a pas été le cas.

Cette suspension - la première de sa carrière - coûtera cher à Stone. Il perdra près de 40 000 $US en salaire.

Il devrait en principe réagir à la décision de la LNH mardi matin, au Centre Bell. Il a refusé toutes les demandes d'entrevue, lundi.

Dans le train vers Montréal, son patron Bryan Murray a offert un laconique commentaire.

«La décision de suspendre Mark nous déçoit. Il n'avait jamais complété de mises en échec illégales auparavant. Selon notre lecture de la situation, il était à la poursuite de la rondelle et il cherchait à conserver sa place sur la glace lorsque celle de samedi a été complétée», estime le directeur général.

Dans son point de presse de lundi, l'entraîneur-chef Dave Cameron a offert le même plaidoyer.

Il en a rajouté une couche, citant une mise en échec de Henrik Zetterberg à l'endroit de Jean-Gabriel Pageau, dans le match de vendredi.

Même s'il a visé la tête du centre gatinois, le capitaine des Wings n'a pas été suspendu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer