Les Sénateurs travaillent bien... mais se butent à James Neal

James Neal a marqué trois buts -- le... (Photo Marc DesRosiers-USA TODAY Sports)

Agrandir

James Neal a marqué trois buts -- le dernier durant les tirs de barrage -- pour donner aux Predators de Nashville une victoire de 4-3 sur la route.

Photo Marc DesRosiers-USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À leur sixième sortie de la saison, les Sénateurs d'Ottawa ont finalement réussi à jouer un bon match, un match complet. Pour la première fois, ils ont réussi à dominer un adversaire pendant 60 minutes.

Ils n'ont pas gagné.

Ils accueillaient samedi une des grosses équipes de l'Association Ouest au Centre Canadian Tire.

Il se trouvait que le gros ailier de la grosse équipe en question était en forme.

James Neal a marqué trois buts -- le dernier durant les tirs de barrage -- pour donner aux Predators de Nashville une victoire de 4-3 sur la route.

Personne, dans le camp des perdants, n'avait la mine basse après coup.

Cette défaite a fait plus de bien au moral des troupes que certaines victoires acquises auparavant.

«Nous avons bien joué. C'est ce que je retiendrai de cette rencontre. Nous avons fait tout ce qu'il fallait pour gagner. Parfois, dans notre business, on fait tout ce qu'il faut, mais le résultat n'est pas au rendez-vous. C'est la vie», a résumé Craig Anderson.

Pour une rare fois cet automne, le gardien des Sénateurs n'a pas été le plus occupé sur la patinoire.

Il a bloqué 22 rondelles. Son adversaire Carter Hutton a fait face à un barrage de 41 tirs.

«On méritait probablement mieux ce soir», a convenu l'entraîneur-chef Dave Cameron après le match.

«On a laissé filer un point, mais on sait que la saison est longue. D'ici la fin du calendrier de 82 parties, on finira sans doute par obtenir un point qu'on ne méritera pas. Ces choses-là ont souvent le don de s'équilibrer.»

L'attaque des Sénateurs a une fois de plus été dirigée par le premier trio.

Mike Hoffman a marqué deux buts et obtenu une mention d'aide.

Mark Stone a complété la soirée avec un but et une passe. Kyle Turris, avec deux passes.

Les autres attaquants ont été plutôt discrets.

En fait, Bobby Ryan s'est fait remarquer pour de mauvaises raisons. Son jeu sans conviction à la ligne bleue défensive a mené directement au but marqué par Craig Smith, au deuxième tiers.

La domination du premier trio irrite un brin Cameron.

«Il faut trouver des façons d'appuyer ces trois joueurs, car nous savons qu'ils ne pourront pas maintenir le rythme pendant 82 parties. Nous y travaillons. Nous y travaillons chaque jour», assure-t-il.

Les Sénateurs ne travailleront pas là-dessus dimanche. Ils auront droit à un congé d'entraînement.

Ils auront amplement le temps de revenir à la table à dessin en début de semaine. Ils pourront s'entraîner trois fois plutôt qu'une en attendant leur prochain match, jeudi, contre les Devils du New Jersey.

Marc Méthot profitera de ces journées pour se reposer et pour boire beaucoup d'eau.

Le défenseur numéro deux des Sénateurs a déclaré forfait, samedi soir. Il est grippé.

En son absence, le défenseur numéro sept Chris Wideman a pu enfin faire ses débuts dans la Ligue nationale de hockey.

L'Américain de Saint-Louis n'a pas été beaucoup utilisé. Il a passé un peu plus de 14 minutes sur la patinoire.

Il a eu le temps de tenter six tirs au but. Deux ont atteint la cible. Il a complété trois mises en échec et bloqué deux tirs.

«Généralement, quand un entraîneur analyse le rendement d'un joueur qui fait ses débuts, il ne se montre pas trop exigeant. Si le gamin ne s'est pas trop fait remarquer, on estime qu'il a bien fait son travail. Chris ne s'est pas contenté de se fondre dans la masse. Il a fait de bien belles choses pour nous», estime Cameron.

L'entraîneur a tellement apprécié le travail de sa recrue qu'il n'a pas hésité à l'utiliser durant la période de prolongation.

Avec un peu de chance, les Sénateurs auraient pu régler le cas des Predators durant ces cinq minutes jouées à trois contre trois.

Stone a obtenu deux belles occasions de lancer, dans l'enclave. Chaque fois, la rondelle a bondi par-dessus sa palette.

«Généralement, en prolongation, la qualité de la glace n'est pas très bonne... Ce n'est pas une excuse. Il aurait fallu que je trouve un moyen de compléter ces tirs», lance Stone, déçu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer