Le manque de constance irrite Cameron

Dave Cameron... (Sean Kilpatrick, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Dave Cameron

Sean Kilpatrick, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est un petit problème, mais un petit problème qui traîne. Déjà, la semaine dernière, on sentait que ça tracassait Dave Cameron.

Au lendemain du match inaugural de la saison régulière des Sénateurs d'Ottawa, l'entraîneur-chef avait lui-même choisi d'en parler avec les journalistes. «Nous avons alloué deux buts rapprochés dans ce match. Ce n'est pas la première fois que ça nous arrive. Il faudrait que ça cesse», avait-il déclaré.

Dans le match inaugural en question, les Sénateurs avaient été chanceux. Le deuxième but des Sabres n'avait finalement pas compté. La reprise vidéo avait prouvé qu'il y avait eu hors-jeu sur la séquence.

Hé bien, le petit problème s'est manifesté une fois de plus, jeudi, à Pittsburgh.

Craig Anderson s'en veut d'avoir alloué le premier but de la soirée. Il estime qu'il aurait pu facilement stopper le lancer d'Evgeni Malkine.

Il n'aurait en revanche pas pu faire grand-chose pour empêcher Daniel Sprong de doubler l'avance des Penguins, deux minutes et deux secondes plus tard.

Cameron n'a plus vraiment envie de parler publiquement de ce problème.

«Nous manquons de constance», a-t-il craché, de façon très sèche, lorsque le sujet est revenu sur le tapis à son retour au Centre Canadian Tire, vendredi midi.

Il n'a pas été plus éloquent lorsqu'on lui a demandé comment il comptait s'y attaquer. «Je vais répéter, répéter et encore répéter.»

Heureusement, Mark Borowiecki était plus bavard.

Par sa façon de répondre aux questions, l'honnête défenseur nous a fait comprendre que Cameron n'est pas le seul à s'en faire.

«Il nous arrive de paniquer, je pense. Nous allouons un but et, très rapidement, je sens que nous devenons tendus. Nous avons tellement peur d'encaisser un deuxième but que ça finit par nous nuire», a-t-il réagi.

Sur la route, le premier but alloué fait mal. Le deuxième peut carrément vous casser les jambes.

«C'est une question de momentum, croit Borowiecki. Ils marquent un but, puis un autre. Leur building explose de joie. Le club local se nourrit de cette énergie.»

«Ce n'est pas compliqué. Quand nous encaissons un but, il suffit souvent de prendre une grande inspiration. Il faut ensuite se souvenir que nous avons un système de jeu et qu'il faut le respecter. Le système de jeu existe pour nous donner une chance de gagner... même lors de ces soirées où nous ne jouons pas très bien.»

Les Sénateurs ont une raison particulière de vouloir livrer une grosse performance, samedi soir, lorsqu'ils recevront la visite des Predators de Nashville.

Ils profiteront d'une pause de quatre jours après cette partie. Il serait bien plus facile de profiter de cette pause durant les journées d'entraînement après une victoire.

«Les séances d'entraînement sont importantes pour toutes les équipes. En ce moment, nous avons de la difficulté quand nous n'avons pas le contrôle de la rondelle. Nous éprouvons des problèmes de compétitivité. Nous travaillons fort, mais nous ne sommes pas assez compétitifs», croit l'entraîneur.

Nuance?

«Les joueurs compétitifs remportent leurs bagarres à un contre un. Il faut travailler fort pour se rendre à la rondelle, mais il faut être compétitif pour gagner sa bataille.»

Anderson déçu, Cameron muet

Craig Anderson... (Graham Hughes, Archives La Presse Canadienne) - image 3.0

Agrandir

Craig Anderson

Graham Hughes, Archives La Presse Canadienne

Craig Anderson était déçu de rater le premier match à domicile de la saison, la fin de semaine dernière. Pourrait-il jouer les spectateurs pour une deuxième soirée consécutive au Centre Canadian Tire? Dave Cameron laisse planer le doute.

Lors de sa dernière rencontre avec la presse, l'entraîneur n'a pas voulu confirmer l'identité du gardien qui affrontera les Predators.

Cameron pourrait offrir un troisième départ consécutif au vétéran Anderson pour lui permettre d'enfin jouer devant ses partisans. «Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. Celui-là en fait partie, mais il ne figure pas au sommet de la liste», indique-t-il.

Avec sa fiche de 3-1 et sa moyenne de buts alloués de 2,47, l'Américain de 34 ans fait partie de ceux qui n'ont pas grand-chose à se reprocher en ce début de saison.

«Toute notre équipe peut atteindre un niveau supérieur. Notre défi consiste à emmener tout le monde à atteindre ce niveau en même temps. Cela dit, nos gardiens n'ont pas mal joué depuis le début de la saison», estime Cameron.

L'entraîneur jongle avec l'idée d'apporter une autre modification à sa formation. Il pourrait permettre au défenseur Chris Wideman de faire ses débuts dans la LNH, samedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer