Shane Prince a espoir d'être choisi

Shane Prince.... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Shane Prince.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les statistiques nous laissent croire que Shane Prince a été meilleur que Matt Puempel, la saison dernière, dans la Ligue américaine.

Les dirigeants des Sénateurs qui ont passé beaucoup de temps sur la route qui sépare Ottawa et Binghamton nous confirment que ce fut effectivement le cas.

Prince possède aussi un avantage sur le plan technique sur son principal rival pour le dernier poste disponible à l'attaque, à Ottawa, cette saison. Contrairement à Puempel, il devra être soumis au ballottage s'il ne parvient pas à se tailler un poste au sein du grand club.

Avec ces deux as dans son jeu, comment se fait-il qu'il n'ait pas déjà gagné la bataille?

Dave Cameron a offert une piste de réponse, durant son point de presse d'hier.

«J'aime bien Shane, mais il doit s'améliorer en défensive. Ce sera son plus important défi cette saison.»

Cameron précise sa pensée. Prince n'est pas atroce défensivement. «Mais disons qu'il doit continuer de travailler. Les jeunes joueurs ont tous le même défaut. À l'entraînement, ils veulent tous travailler sur leurs forces. Il faut les emmener à travailler sur leurs carences. Bien jouer défensivement, ce n'est pas si compliqué. À moins d'être un joueur excessivement dynamique, c'est un truc nécessaire.»

«Shane n'a pas besoin de remplacer Erik Condra. Il doit quand même atteindre un niveau où je me sentirai à l'aise de l'envoyer sur la patinoire.»

Plus tard, dans la même conversation, Cameron a vanté les progrès effectués par Puempel en défensive.

«Matt a vraiment évolué», dit-il.

On se demandait pourquoi Puempel avait obtenu une audition prolongée de 13 parties la saison dernière, alors que Prince a été renvoyé à Binghamton après deux petits matches.

Maintenant, on sait.

CONFIANT POUR LA SUITE

À 22 ans, Prince se réjouit ces jours-ci d'avoir atteint la phase finale du camp d'entraînement. «Je ne m'étais pas rendu aussi loin l'an dernier et je ne conserve pas un souvenir bien précis des camps précédents», dit-il.

Il a marqué deux buts lors de sa dernière partie hors-concours, dimanche, contre les Hurricanes de la Caroline.

Il a donc l'impression de faire ce qu'il faut pour forcer la main de la direction. Il croit qu'il a sa place dans la meilleure ligue au monde.

«Avant mon premier match, l'an dernier, les gars m'ont dit de ne pas m'inquiéter. Que le hockey ici est plus rapide, plus axé sur les habiletés. Ça reste du hockey. Ça tombe bien. La vitesse et les habiletés sont mes deux principaux atouts.»

Prince, tout comme Puempel, a été repêché par les Sénateurs en 2011.

À certains moments, on l'a senti impatient.

Près de 20 joueurs issus de cette cuvée ont déjà franchi le plateau des 100 parties jouées dans la LNH.

Prince, un choix de deuxième ronde, a même été devancé par son copain Jean-Gabriel Pageau. Ce dernier avait été un choix de quatrième tour par Ottawa en 2011.

L'Américain assure qu'il n'a jamais perdu espoir.

«Je ne peux pas consacrer trop d'énergie à me consacrer aux autres joueurs. Je ne veux surtout pas commencer à regarder ce qui se passe ailleurs, au sein d'autres organisations. Les Sénateurs aiment prendre le temps de bien développer leurs joueurs dans les mineures. La plupart des joueurs qui font partie de l'équipe en ce moment ont fait leurs classes à Binghamton.»

«J'ai pris mon temps. Après trois années à Bingo, j'estime être un meilleur joueur, sur la glace comme à l'extérieur.»

sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer