Lazar et Pageau réunis... pour l'instant

Comme toujours, Curtis Lazar (à droite) avait un... (Patrick Doyle, La Presse Canadienne)

Agrandir

Comme toujours, Curtis Lazar (à droite) avait un large sourire après un entraînement matinal passé aux côtés de son centre de la fin de la saison dernière, Jean-Gabriel Pageau.

Patrick Doyle, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(BUFFALO) Après avoir joué dans la rue avec des jeunes de son nouveau quartier dimanche dernier, Curtis Lazar était heureux de disputer un premier match sur la glace mercredi soir au First Niagara Center.

Comme toujours, il avait un large sourire après un entraînement matinal passé aux côtés de son centre de la fin de la saison dernière, Jean-Gabriel Pageau, alors que la recrue Tobias Lindberg allait obtenir la première audition sur leur flanc gauche laissé vacant par le départ d'Erik Condra vers Tampa Bay.

Si tôt dans le camp, l'entraîneur-chef Dave Cameron n'allait cependant pas garantir que son dynamique duo de jeunes attaquants amorcera la saison ensemble.

«La tendance est de débuter avec ce qui a fonctionné la saison dernière, la chimie qui est établie. Mais l'opposition et les blessures vont dicter beaucoup de décisions au fil de 82 parties. On ne va pas dire qu'il est coulé dans le béton que ce gars-là va jouer avec celui-ci ou celui-là.»

«Les auditions sont pour savoir qui sont nos 12 meilleurs attaquants, lesquels vont jouer tous les soirs à la fin du camp», a indiqué Cameron avant de prendre le chemin de Buffalo.

Qu'il joue avec Pageau ou un autre centre, Lazar promet d'être plus dangereux en attaque qu'à sa saison recrue dans la LNH, alors qu'il a été limité à six buts et neuf passes en 67 parties, en plus d'être blanchi lors des six matches de la série contre le Canadien.

«J'ai l'intention de faire de grands pas vers l'avant en offensive et ça commence dès maintenant... La dernière fois que je suis allé à Buffalo, j'ai compté mon premier but, donc je veux poursuivre cette lancée. Je suis pas mal plus confiant en arrivant au camp, je sais qu'il faut que je lance plus souvent pour compter. J'ai travaillé beaucoup sur mon tir cet été, je vais avoir la chance de tester mes limites en matches pré-saison et ça m'excite», a-t-il indiqué.

Lazar, qui a connu des saisons de 38 et 41 buts chez les juniors à Edmonton, ne demanderait pas mieux que de mériter du temps en avantage numérique dès cette saison. Il devait d'ailleurs être utilisé sur une deuxième unité, mercredi.

«Ça fait longtemps que je n'ai pas joué en avantage numérique, depuis le championnat mondial junior (de décembre et janvier dernier), je pense que c'est là que je vais être le plus rouillé.»

«Je vais tenter de garder les choses simples, voir le jeu et le réaliser. Surtout, je veux lancer la rondelle très souvent. Je ne veux pas être connu seulement comme un gars qui marque ses buts en ramassant les vidanges à trois pieds du filet, tout le monde me taquine parce que c'est ce que j'ai surtout fait l'an dernier», a-t-il rappelé.

Avec Michalek?

Heureux d'avoir retrouvé son jeune ailier droit de 20 ans quand le «groupe A» a été créé par Cameron cette semaine, Pageau est curieux lui aussi de voir qui pourrait patrouiller le flanc gauche, Milan Michalek étant une possibilité parmi plusieurs autres.

«On n'a aucune idée qui ça va être. Curtis et moi avions une bonne chimie avec Erik Condra, ça allait super bien. Malheureusement, il est parti, mais quelqu'un va prendre sa place et va être prêt à faire le même genre de travail», soulignait le centre gatinois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer