Pageau compte faire ses preuves

Jean-Gabriel Pageau aborde le camp d'entraînement des Sénateurs d'une... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Jean-Gabriel Pageau aborde le camp d'entraînement des Sénateurs d'une façon différente cette saison. Pour la première fois de sa carrière, il n'a pas un poste à gagner.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Atteindre la LNH, c'est difficile. Y rester, c'est encore pire. C'est un vieux cliché du hockey.

Daniel Brière a été un des derniers à l'utiliser, cet été, pour exprimer toute sa fierté d'avoir fait carrière dans la meilleure ligue au monde pendant 16 saisons.

Son dauphin, Jean-Gabriel Pageau, est sur le point de l'expérimenter.

Le centre gatinois aborde le camp d'entraînement des Sénateurs d'une façon différente cette saison. Pour la première fois de sa carrière, il n'a pas un poste à gagner.

Son contrat à sens unique signé l'été dernier lui garantit une place à Kanata en début de saison.

«Les gens pensent que ça m'enlève de la pression. Ça peut aussi m'en ajouter», a-t-il commenté cette semaine.

«J'arrive ici, je veux prouver que je mérite ce contrat. Je veux démontrer que les dirigeants de l'organisation ont pris la bonne décision de donner un contrat à un volet cet été. Je ne voudrais certainement pas qu'ils regrettent leur décision.»

Les Sénateurs n'ont pas souvent eu à critiquer Pageau au fil des ans.

Règle générale, l'ancien choix de quatrième ronde s'est assez bien acquitté des tâches qui lui ont été confiées.

À un certain moment, l'an dernier, le directeur général associé Pierre Dorion avait hâte qu'il se mette à produire. Après 32 parties, il avait inscrit seulement huit points.

Le numéro 44 s'est bien repris en inscrivant 11 points à ses 18 derniers matches. Il a notamment marqué trois buts dans les trois dernières parties de la saison régulière, alors que les Sénateurs se battaient désespérément pour se faufiler jusqu'aux séries.

Ça nous emmène à parler du deuxième grief que la direction des Sénateurs pourrait avoir au sujet de Pageau.

Dans les matches importants, il excelle. Dans les longues séquences creuses où l'enjeu est moins élevé, il peut lui arriver de s'effacer.

«La constance, ce n'est pas nécessairement quelque chose de facile à acquérir», se défend le jeune joueur.

«Je sais toutefois qu'il faut avoir de la constance pour se retrouver dans l'alignement de la LNH soir après soir. Devenir plus régulier, c'est clair que ça fait partie de mes objectifs», enchaîne-t-il.

Pageau ne se fixe pas d'objectifs quant au nombre de points qu'il pourrait amasser à sa première saison complète à Ottawa. Du moins, s'il le fait, il ne commet pas l'erreur de les partager avec des gens qui pourraient les noter dans un calepin.

«Je veux juste aider mon équipe à gagner. Je vais me concentrer sur mon rôle, sur l'énergie que je peux apporter. Les points suivront bien.»

On devrait en savoir plus long sur les attentes de la direction des Sénateurs dans les prochaines heures. Dave Cameron formera ses premiers trios samedi matin, quand les 61 joueurs qui participent au camp sauteront sur la glace pour leur première séance d'entraînement.

S'il répond aux attentes, s'il paraît bien dans les rencontres préparatoires, Pageau pourrait entreprendre la saison au centre du troisième trio. Curtis Lazar s'attend certainement à ce que ce soit le cas. Il aimerait aussi conserver sa place à ses côtés en tant qu'ailier droit.

«Nous avons patiné ensemble durant les matches simulés de l'été afin de conserver notre chimie», a révélé le kid de l'Ouest canadien.

«Nous savons ce que nous avons à faire. Nous allons pourchasser la rondelle dans le territoire adverse et nous ne seront pas content tant qu'elle ne sera pas dans le fond du filet.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer