Marc Méthot se sent «revivre»

«Je me sens revivre maintenant», dit Marc Méthot, satisfait d'avoir... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

«Je me sens revivre maintenant», dit Marc Méthot, satisfait d'avoir réglé son pépin contractuel.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il peut s'en passer, des choses, en 12 mois.

En septembre 2014, Marc Méthot a entrepris le camp d'entraînement en plein coeur d'une dispute de nature contractuelle avec la direction des Sénateurs.

Comme si ce n'était pas assez compliqué, il allait s'attirer davantage les foudres de ses patrons à cause d'une mystérieuse blessure au bas du dos. Ladite blessure l'a tenu à l'écart du jeu pendant quatre longs mois.

«Un an plus tard, je suis un homme complètement différent», a claironné Méthot aux journalistes, jeudi. «L'an dernier, je n'étais pas capable de faire mon travail. Quand tu n'es pas capable de faire ton travail, tu ne peux pas bien te sentir mentalement.»

«Je me sens revivre maintenant», annonce celui qui a finalement réussi à régler son pépin contractuel. Il a paraphé un contrat de quatre campagnes qui lui rapportera un salaire annuel de 4,9 millions $ US jusqu'en 2019.

Un joueur heureux est-il nécessairement un joueur performant? «Ça, je ne sais pas. Le fait que je me sens bien ne veut pas nécessairement dire que je vais bien jouer», intervient le défenseur franco-ontarien.

«Je ressens quand même une certaine pression de faire mon travail correctement. J'espère connaître un bon camp. J'espère que ça va bien se passer pour moi dans les matches préparatoires.»

Plus mince

Au tournoi de golf des Sénateurs, mercredi, Erik Karlsson a causé une petite surprise en avouant aux journalistes qu'il a gagné quelques livres durant l'été.

Jeudi, Karlsson est revenu sur sa déclaration. Il assure que ça ne devrait pas le ralentir sur la patinoire cette saison.

Méthot, en contrepartie, aurait perdu quelques kilos durant la saison morte. «Je ne sais pas trop combien. Trois ou quatre livres, peut-être.»

«Il n'est plus nécessaire d'être énorme pour connaître du succès dans la LNH. Les capacités cardio-vasculaires sont plus importantes que tout le reste. Je ne me présente plus au gym avec l'intention de faire plus de squats que les autres. Je m'entraîne différemment en espérant que ça va me permettre de connaître plus de succès, plus longtemps», complète-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer