Ryan prend la route en VR

Bobby Ryan... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Bobby Ryan

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bobby Ryan est un homme patient. Vraiment pas stressé.

Quand ses vacances estivales ont pris fin, l'athlète professionnel le mieux payé d'Ottawa s'est installé derrière le volant. Il s'est branché sur Twitter pour annoncer le début d'un périple de 3500 kilomètres.

Il a quitté la région rurale de l'Iowa où il se terre durant l'été à bord d'un luxueux véhicule récréatif.

Cinq journées de route plus tard, son épouse Danielle et lui ont atteint la capitale canadienne.

«C'était un projet dont nous parlions depuis quelques années, déjà. L'idée nous est venue quand les Ducks d'Anaheim m'ont échangé aux Sénateurs», raconte-t-il.

«Je ne sais pas trop pourquoi, mais les choses ont débloqué rapidement cet été. J'ai trouvé un beau VR usagé en bonne condition. Je me suis dépêché de l'acheter.»

Le road trip des Ryan est un sujet de conversation chaud à Kanata, ces jours-ci. À une dizaine de jours de l'ouverture du camp d'entraînement, les joueurs se réunissent plusieurs fois par semaine dans un aréna de hockey mineur pour patiner ensemble.

Certains ne manquent pas de taquiner l'ailier droit de 28 ans.

À une certaine époque, le défenseur Eric Gryba faisait chaque année le voyage entre Saskatoon et Binghamton au volant de son camion. En tant que défenseur dans la Ligue américaine, il gagnait moins de 70000$US par saison.

Ryan vient de signer un contrat de sept ans qui lui rapportera un salaire de 7,25 millions$ US par saison. Il a les moyens de voyager autrement.

«Je n'ai jamais campé quand j'étais jeune, mais je me dis que c'est une belle façon de voir du pays. D'ailleurs, nous allons probablement étirer le voyage, quand nous allons partir en sens inverse, à la fin de la saison. Nous allons probablement nous accorder deux bonnes semaines. Nous allons rendre visite à des amis. Nous allons visiter les États du sud. Danielle n'a jamais eu la chance de voir les routes 40 et 66. Les paysages sont superbes. Je veux qu'elle voie ça», raconte Ryan.

«À part ça, les gars se fichent un peu de ma gueule quand ils sont en groupe. Quand ils m'approchent individuellement, ils ont des questions sérieuses à me poser sur mon voyage. Ils ont l'air de trouver mon VR pas mal cool...»

Là-dessus, il dit vrai.

Des jaloux

Un autre joueur a déjà confié au Droit qu'il a l'intention de faire l'acquisition d'un campeur en 2016.

Dans leur voyage, les Ryan ont rendu visite à la famille de Clarke MacArthur, dans la région de Rochester, dans l'État de New York.

«Quand ils sont arrivés, j'ai tout de suite averti ma femme que je voulais un véhicule comme celui de Bob. Nous avons deux enfants. Je ne peux pas imaginer une façon plus simple et plus agréable de voyager pour nous.»

Dans la région de Rochester, Ryan et MacArthur ont pris le temps de jouer une ronde de golf sur le légendaire terrain du Oak Hill Country Club.

Les deux hommes ont aussi chaussé les patins.

À quelques semaines du début du camp, Ryan ne pouvait pas se permettre de passer une semaine entière loin de la patinoire.

Il a également fait un arrêt dans la région de Des Moines, en Iowa, pour s'entraîner avec des joueurs d'âge junior et midget.

«Je me sens bien à l'heure actuelle. Parce que j'ai été capable de m'entraîner tout l'été, je me sens beaucoup mieux qu'à pareille date l'an dernier», assure celui qui a récolté 54 points en 78 parties la saison dernière.

sstlaurent@ledroit.com

C'est maintenant officiel, Chris Phillips ne participera pas au prochain camp d'entraînement des Sénateurs.

Dans un communiqué envoyé hier après-midi, le directeur général Bryan Murray a levé le voile sur les nouveaux problèmes de santé du vétéran de 37 ans.

« Chris a subi une opération, plus tôt cet été, pour soigner la blessure qui l'a embêté tout au long de la saison dernière. Tout semblait rentrer dans l'ordre. Toutefois, durant son travail en réhabilitation, il a subi une nouvelle blessure, une fissure discale », révèle Murray.

« Chris aura donc besoin d'un mois de plus afin de subir des traitements avant de pouvoir rejoindre ses coéquipiers sur la patinoire. Il ne pourra pas prendre part au camp. Nous croyons quand même qu'une guérison complète est à sa portée. Quand il sera de retour en santé, il pourra jouer un rôle majeur dans les succès de notre équipe cette saison », ajoute-t-il.

Phillips a disputé son dernier match le 5 février dernier.

Le défenseur par excellence dans la Ligue américaine la saison dernière, Chris Wideman, pourrait profiter de sa convalescence prolongée pour se tailler un poste dans la LNH.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer