En faveur des Sénateurs

Mike Hoffman demandait 3,4 millions. L'arbitre ne s'est... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Mike Hoffman demandait 3,4 millions. L'arbitre ne s'est pas montré si généreux envers le meilleur buteur des Sénateurs.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir pris une bonne centaine d'heures pour bien analyser le dossier, l'arbitre chargé de régler le litige entre les Sénateurs d'Ottawa et l'attaquant Mike Hoffman a tranché.

L'ailier gauche de 25 ans a obtenu un contrat d'un an durant lequel il devra se contenter d'un modeste salaire de 2 millions$ US.

On utilise le mot «modeste» parce que Hoffman a quand même dominé les Sénateurs en marquant 27 buts la saison dernière. En inscrivant 26 de ses buts à forces égales, il s'est retrouvé parmi les meneurs dans toute la Ligue nationale de hockey.

Dans leurs représentations devant l'arbitre, les conseillers de Hoffman avaient déterminé qu'il méritait de toucher un salaire de 3,4 millions$ US en 2015-16.

La direction des Sénateurs avait répliqué en offrant 1,75 million$ US.

On peut facilement conclure que leurs arguments ont eu plus de poids.

«Nous sommes satisfaits», a simplement résumé Pierre Dorion, hier après-midi.

Le directeur général adjoint a été joint à Lake Placid, où il suit un tournoi d'été réunissant des joueurs qui aspirent à prendre part au prochain Championnat mondial de hockey junior.

«Nous avons l'impression que nous avons bien vendu notre salade lors de nos deux séances d'arbitrage cet été», a-t-il enchaîné.

La semaine dernière, au terme de son passage devant l'arbitre, Alex Chiasson a hérité d'un contrat d'un an d'une valeur de 1,2 million$ US.

«Personne n'aime l'arbitrage, ce n'est pas très plaisant. Nous sommes quand même contents des résultats que nous avons obtenus. Mike, comme Alex, a obtenu le salaire qu'il mérite.»

En plus de souhaiter un salaire plus élevé, Hoffman aurait probablement espéré un contrat de plus longue durée au terme de sa productive campagne.

Surtout que les Sénateurs n'ont pas hésité à consentir un pacte de trois ans à leur autre prometteur ailier, Mark Stone.

«S'il faut vraiment comparer les deux joueurs, il faut reconnaître que Mark a été un de nos meilleurs joueurs en deuxième moitié de saison. Tandis que son jeu progressait, celui de Mike stagnait», estime Dorion.

«J'estime que Mike a joué son meilleur hockey durant les mois de novembre, décembre et janvier. Par la suite, les autres équipes ont commencé à lui accorder un peu plus d'attention. Il a eu du mal à s'y habituer.»

En fin de saison, durant la poussée vers les séries, le numéro68 a joué un rôle plus effacé. Il s'est retrouvé dans le quatrième trio plus souvent qu'à son tour.

«Il doit devenir un joueur plus complet. Il le sait.»

À son retour de Lake Placid, Dorion pourra profiter de ce qu'il restera de l'été.

Le dossier de Hoffman était le tout dernier à régler. La formation des Sénateurs semble complète.

«Je ne veux pas dire que tout est coulé dans le béton à 100%. Bryan Murray se garde toujours une porte ouverte, il se dit toujours prêt à faire le nécessaire pour améliorer notre formation.

«Cela dit, si nous devions entreprendre la saison avec les joueurs qui sont à notre disposition actuellement, je serais confiant. Nous aurions tous les outils nécessaires pour atteindre les séries éliminatoires», déclare Dorion.

«Nous avons perdu Eric Gryba, Robin Lehner et David Legwand. Pour le reste, nous allons miser sur le même noyau qui nous a permis de connaître une grosse fin de saison l'an dernier. Nous allons donc toujours miser sur la même jeune équipe talentueuse, en pleine ascension.»

sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer