Un gabarit impressionnant

L'attaquant québécois Gabriel Gagné mesure six pieds et... (La Tribune, Sébastien Lajoie)

Agrandir

L'attaquant québécois Gabriel Gagné mesure six pieds et cinq pouces. L'an dernier il a marqué 35 buts en 67 parties avec les Tigres de Victoriaville.

La Tribune, Sébastien Lajoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SUNRISE) Tous les joueurs qui ont été repêchés par les Sénateurs d'Ottawa ce week-end se retrouveront dans la capitale dans quelques heures. Ils ont tous accepté de prendre part au camp de perfectionnement estival, qui débute demain.

Ils obtiendront tous une opportunité d'impressionner leurs nouveaux patrons.

Certains ont intérêt à livrer la marchandise plus que d'autres.

L'attaquant québécois Gabriel Gagné, premier joueur sélectionné en deuxième ronde par Ottawa samedi, ne semble par exemple pas étouffé par la pression.

Quand on lui a demandé de se comparer à un joueur qui évolue dans la Ligue nationale en ce moment, il a choisi un ancien récipiendaire des trophées Hart et Maurice-Richard.

«Je vais devenir un joueur comme Corey Perry», a-t-il lancé, à la surprise des journalistes qui l'interviewaient au BB & T Center, samedi matin.

«Un peu comme Perry, je suis un grand bonhomme qui est bon autour du filet adverse. J'aimerais ça devenir un joueur comme Corey Perry, c'est certain», a précisé le Lavallois de 18 ans qui mesure six pieds et cinq pouces.

C'est d'ailleurs - en large partie - parce qu'il mesure six pieds et cinq pouces que les Sénateurs ont repêché Gagné si tôt.

Ils ont même complété une transaction avec les Devils du New Jersey pour devancer leur rang de sélection.

«S'il peut réussir à répéter certains des exploits de Perry, ce sera vraiment super», lance un dépisteur des Sénateurs, Don Boyd, sans trop se prendre au sérieux.

«Avec son gabarit, Gagné est un joueur impressionnant. Il nous a également impressionnés par sa capacité à marquer des buts à différents endroits sur la patinoire. Quand il se trouve sur la patinoire, il assure une certaine présence devant le filet adverse. Il est un attaquant en puissance qui peut marquer des buts. Au début de la deuxième ronde, nous n'avions pas les moyens de nous priver d'un joueur comme ça», ajoute-t-il.

À sa deuxième saison complète chez les Tigres de Victoriaville, dans la LHJMQ, Gagné a marqué 35 buts en 67 rencontres. Sa fiche aurait pu être meilleure, encore, s'il avait été plus constant. Il a connu quelques périodes moins productives. Entre le 26 septembre et le 1ernovembre, il a touché la cible une seule fois en 12 parties.

«Je n'ai pas eu un très bon début de saison parce que je voulais trop en faire. Je pensais trop à mon repêchage. À un certain moment, j'ai parlé avec mon coach.

«Il m'a dit de juste jouer, tout simplement. Quand je l'ai écouté, je me suis remis à scorer des buts. Plus je marquais, moins j'avais à me préoccuper de mon repêchage», raconte le joueur.

Les Sénateurs ont d'autres façons d'expliquer son lent départ.

«Un jeune homme qui grandit rapidement doit s'ajuster à son corps, rappelle Don Boyd. Les Tigres ont connu un lent départ en tant qu'équipe. Gabriel faisait partie des leaders de son club. Il se mettait beaucoup de pression sur les épaules parce qu'il cherchait à faire la différence. En fin de saison, son niveau de compétition avait grimpé en flèche.»

Gabriel Gagné a de qui retenir. Son père mesure six pieds et quatre pouces et pèse 250livres.

Le talent athlétique viendrait plutôt du côté de sa mère.

Un frère et un cousin de sa mère, Robert Forget et Claude Ferragne, ont fait partie de l'équipe d'athlétisme canadienne - en saut en hauteur - lors des Jeux olympiques de Montréal.

sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer