O'Connor veut s'inspirer de Dryden et Bishop

Matt O'Connor sera probablement le gardien partant des... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Matt O'Connor sera probablement le gardien partant des Sénators de Binghamton l'an prochain, selon Bryan Murray.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Matt O'Connor n'était pas né quand Ken Dryden défendait la cage du Canadien de Montréal dans les années 1970, mais ça n'empêche pas le jeune espoir des Sénateurs d'en savoir beaucoup sur lui, et de porter le numéro 29, lui aussi.

Le gardien de 23 ans acquis le mois dernier sur le marché des joueurs autonomes à sa sortie de l'Université de Boston est de passage dans la capitale cette semaine et il a rencontré la presse locale jeudi. Le dg Bryan Murray lui a présenté un chandail comme s'il venait d'être repêché, ce qui ne lui est jamais arrivé quand il y était éligible.

«On me l'a donné avant de me donner le choix, mais c'est parfait, c'est mon numéro des trois dernières années. Je le porte à cause de Ken Dryden, qui est un grand modèle pour moi... Il était l'idole de mon oncle, qui m'a beaucoup parlé de lui, et j'ai une copie de son livre, The Game, dans ma case, j'en lis des passages quand c'est tranquille. J'aimerais bien le rencontrer un jour, il est un individu bien équilibré et je pense que c'est important pour un gardien. Il est intelligent aussi», mentionnait O'Connor au sujet de Dryden, qui avait étudié le droit à l'Université d'Ottawa pendant un an au milieu de sa carrière dans la LNH, lorsqu'une dispute contractuelle avec le Canadien a éclaté.

Apprendre le métier

Intelligent lui aussi, O'Connor réalise très bien qu'il devra poursuivre son apprentissage du métier de gardien dans les mineures la saison prochaine, avec les Senators de Binghamton. «Aucune promesse ne lui a été faite, mais on pense qu'il pourrait être le gardien numéro un là-bas», a dit Murray, jeudi.

«J'ai appris beaucoup dans les rangs universitaires en affrontant un gars comme Jack Eichel du lundi au vendredi, avant de jouer la fin de semaine», a noté le cerbère de 6' 6", qui espère suivre le même genre de cheminement qu'un autre gardien format géant connu à Ottawa, Ben Bishop.

«Voir des gardiens comme lui se développer et suivre un chemin similaire - il allait à l'université du Maine, un club que j'ai affronté les trois dernières années - c'est excitant. Tout est une question de développement, c'est ce qu'on recherche et on travaille pour ça», a ajouté le Torontois, un ancien partisan des Maple Leafs qui a déjà commencé à tenter de convertir ses amis à la cause de leurs rivaux de la Bataille de l'Ontario.

Alors qu'il se retrouvera à Binghamton, probablement avec Chris Driedger, Murray devra décider plus tard cet été qui de Craig Anderson ou Robin Lehner sera échangé dans la foulée de la mise sous contrat d'Andrew Hammond le mois dernier.

«Probablement que d'ici une semaine ou deux, nous allons obtenir une offre qui sera la meilleure qu'on pourrait espérer. Il faudra décider à ce moment-là. J'espère que ce sera avant le repêchage (du 26 au 27 juin en Floride). Ce sera probablement avant le camp d'entraînement, en tout cas», a indiqué Murray.

Ce dernier a dit avoir eu des appels de «plusieurs équipes qui n'ont pas notre profondeur à cette position», et tout le monde pense que les Sabres de Buffalo, les Oilers d'Edmonton et les Sharks de San Jose sont les clubs les plus susceptibles d'avoir de l'intérêt. Les dépisteurs professionnels de l'équipe seront en ville la semaine prochaine pour discuter des besoins des Sénateurs. À la recherche d'un attaquant capable de joueur sur les deux premiers trios, Murray pourrait être prêt à rendre un échange «plus alléchant» en offrant plus qu'un gardien, «mais ces joueurs sont difficiles à obtenir, sauf lorsqu'il y a des problèmes reliés au plafond salarial».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer